Partagez|

Caly to Asmo; oops i did it again !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Caly L. Alifay
AUROR.



MessageSujet: Caly to Asmo; oops i did it again ! Mar 14 Aoû - 1:18

C A L Y & A S M O
kill 'em all



      « Oh écoute fais pas la gueule... j't'ai déjà qui qu'j'étais désolé. »

    Il avait envie de rire, terriblement. Mais Caly ne voulait pas d'une autre baston, en plein milieu du hall d'entrée de Ste Mangouste, en pleine nuit. Il fit un effort surhumain dans ce sens. Cette soirée avait être encore plus violente que d'habitude, et le jeune homme ne semblait pas secoué par les événements. Malgré le sang sur son visage et sur ses vêtements, il restait souriant, comme... satisfait de ce meulage de tronches.

    Encore une fois, il était rentré tard. En partie à cause de la surcharge de travail administratif merdique que son ancien mentor lui imposait chaque jour. Et également à "cause" d'une nouvelle blondinette dont la vertu avait été froissé par le beau garçon qu'était Alifay. Quoi de mieux pour faire dérailler Asmo? Les cheveux et les vêtements encore en vrac, rentrer à pas d'heure avec ce parfum de sexe qui lui collait à la peau tout ça en feignant de revenir du ministère, exténué par une journée de travail. Ce qui n'était pas tout à fait faux.

    S'il n'avait pas été crevé, affamé, en manque et tiraillé par une profonde migraine, la "discussion" se serait déroulé différemment, sans nul doute. Mais tout les éléments étaient réunis pour un pétage de plombs en règle. D'abord Way fit sa crise de jalousie quotidienne, pendant que Caly s'autorisait un petit écart de conduite en se préparant une trace. Voilà deux semaines que la cruelle sensation de manque le dévorait de l'intérieur. Et la prendre fut une grossière erreur. Son mal de crâne s'intensifia dangereusement, et le brun savait parfaitement ce qui risquait d'en résulter. Oh oui il a essayait de s'enfuir de l'appartement, mais ni Asmo ni ses jambes ne semblaient être disposés à le laisser partir.

    Alifay n'a que de flous souvenirs du début de la bagarre. il croit se souvenir que c'est un poing dans la gueule qui l'a fait tomber par terre, ce qui expliquerait l’œil au beurre noir et la douleur aiguë au coccyx. Lullaby, attiré par la voix de son maître, s'était interposé entre les deux colocataires et avait mordu Asmodeus au mollet. C'est quand ce dernier a menacé le chien avec un objet quelconque (notons que Caly n'a même pas identifié l'arme pointé sur son chien, ça aurait pu être autant une baguette qu'une banane) qu'il s'est levé et a pris ce qu'il lui passait sous la main pour "stopper" son cher et tendre. Il s’avérait que c'était une fourchette pleine de sauce tomate, qui fini sa course planté au dessus de son épaule. Les esprits se sont calmé suite à ce geste. Qui sait ce qu'il se serait passé si Asmo avait répliqué ? La mort d'un des deux barjos, certainement. Ca aurait probablement était un bien pour l'humanité.

    Way avait retiré la fourchette d'un geste sec, tout en serrant les dents. Paniqué par un jet de sang impressionnant, Caly repris la fourchette et la replanta dans la plaie, pour "arrêter" l’hémorragie. Totalement débile comme réflexe, mais ce fut la seule chose qu'il "pensa" à faire. Aucun d'eux n'avaient songé à utiliser la magie pour stopper l’hémorragie et face à tout ce sang, il n'y avait qu'une solution.

    Nous voilà donc à Ste Mangouste, avec un auror qui avait une affreuse envie de rire et un fou furieux avec un couvert dans l'épaule. Ils avaient fières allures, ces deux la. Et les quelques patients présents si tard dans la nuit s'étaient écarté, de peur qu'ils s'en prennent à eux, dans un sursaut de folie. Sage décision. Espérons que la sorcière d'accueil ne décide pas de les enfermer avec une jolie chemise blanche et étroite, même si c'était amplement mérité.

_________________


« La pire drogue, c'est l'amertume,
elle empoisonne la vie »
Revenir en haut Aller en bas
Asmodeus B. Way
SANS TRAVAIL FIXE.



MessageSujet: Re: Caly to Asmo; oops i did it again ! Mar 14 Aoû - 11:34




    AVERTISSEMENT - LANGAGE EXPLICITE


    Caly - « Oh écoute fais pas la gueule... j't'ai déjà qui qu'j'étais désolé. »

    J'adresse à Caly un regard remplis de reproches et de toute la culpabilité que j'aimerais lui infligée. Oh la douleur, je m'en contre fiche, j'aime ça! C'est son comportement en règle générale que je veux lui faire payer. Cette odeur de parfum sucré sur sa peau. " LUI il arrive à se taper toutes les nana qu'il veut". Moi c'est autre chose! Je leur fait peur pour la plupart et partant de ce point ce n'est pas forcement facile de se les mettre dans son lit. Et si la demoiselle n'y va pas de son plein gré, je ne me mets aucunement à égalité avec Caly. Je pousse un grognement pour moi même tout en serrant fermement le poing jusqu’à m'enfoncer les ongles dans la paume de la main. Je ne voulais pas aller à Ste-Mangouste. Trop de monde, trop de putain de microbes. " Tu vas te chopper une maladie et ta queue va pourrir" Je secoue la tête violemment avant de fixer mon regard sur une lampe à la lueur trop blanche et qui clignote au-dessus de nous.

    Asmodeus - Arrête de t’excuser...tout est de ta faute. La prochaine fois , je le bouffe à la sauce piquante ton clébard.

    Ma langue glisse lentement sur mes lèvres pour lui indiquer que tout cela me mets terriblement en appétit. Qu'elle drôle d'idée que de s'attacher à un chien, je ne comprendrai jamais mais, c'est bon pour moi puisque cela m'offre un point de pression supplémentaire sur Caly. "Tu n'as pas la moindre emprise sur lui" Oh que si ! Notre dispute repasse dans ma tête, ce connard sais que je ne supporte pas d'attendre tout seul comme ça. J'aurais du lui péter toutes ses affaires à ce bouffon. Moi qui avait juste envie de sa queue en moi ! " Tu ne la mérite pas!"

    Asmodeus - Ta gueule!

    C'est sortis tout seul. Je secoue les épaules et m’apprête à reprendre la parole lorsqu'une infirmière d’accueil se dirige droit vers nous. Je ne manque pas de la détaillée de bas en haut. Plutôt bonne dans petit uniforme moulant. Je m'arrête sur l'ouverture de sa chemise et la naissance de son décolleté.

    Lydia - Que puis je pour vous messieurs?

    Avant même de laisser à Caly la moindre chance d'ouvrir la bouche, je bondis sur mes deux pieds et indique la fourchette à la demoiselle avant de pointer Caly du doigt. J'appuie sur la blessure et une giclure de sang atterris en plein sur la blouse blanche de l'infirmière dont le badge indique le prénom Lydia. Je la trouve encore plus sexy maintenant mais ce n'est pas la que je veux en venir du tout.

    Asmodeus - Il à tenter de m'assassiner. A deux reprises...

    Je serre les dents et me penche vers l'infirmière comme sous le ton de la confidence mais je parle assez fort pour que Caly puisse entendre mes paroles.

    Asmodeus - Il est pas net..Je me demande si il n'a pas consommé des substances illicites en plus de son tempérament dangereux!

    Je me recule avec sur mon visage dessiné le plus victorieux des sourires. "C'est toi qui va finir par te retrouver enfermé ici" Un frisson me glisse le long de la nuque, il est cependant trop tard pour faire marche arrière.

.

_________________


MAGIC TRICKS ARE
SO OVERATED

"Some men aren't looking for anything logical, like money. They can't be bought, bullied, reasoned, or negotiated with. Some men just want to watch the world burn. "
Revenir en haut Aller en bas
Caly L. Alifay
AUROR.



MessageSujet: Re: Caly to Asmo; oops i did it again ! Mar 14 Aoû - 14:26



    Arrête de t’excuser...tout est de ta faute. La prochaine fois , je le bouffe à la sauce piquante ton clébard.

    Qu'il essaye. Caly ne se serait jamais emporté comme ça si Asmo n'avait pas menacé Lullaby. Il avait tissé un lien puissant avec sa chienne et ne laissait pas ce fou furieux l'approcher la plupart du temps. Il devrait songer à préparer un charme pour qu'elle soit protégé de son colocataire, qui sait ce qu'il pourrait lui faire. La manger, surement, après l'avoir violé ! Ce mec est un malade. Et l'auror adorait ça, ça l’excitait au plus haut point.

    Que puis je pour vous messieurs?

    Il était sur le point de répondre à la place de l'autre barjo, mais il le devança, avec une rapidité qui surpris Caly. Cette longue journée et soirée avait nettement diminué les réflexes de ce dernier. Il se maudit, il savait qu'Asmo tenait sa vengeance, la, si proche. Il maintenait son sourire et attendait la suite.

    Il à tenter de m'assassiner. A deux reprises...

    Voilà, Asmodeus sous son plus beau jour : le connard énervé d'avoir un truc planté dans l’épaule. Caly se leva lentement, en ne lâchant pas des yeux le petit jeu de sa Drogue.

    Il est pas net... Je me demande si il n'a pas consommé des substances illicites en plus de son tempérament dangereux!

    Il avait voulu calmer le jeu en ne se moquant pas de lui, mais Way semblait vouloir mettre de l'huile sur le feu. Hé bien soit ! Caly était joueur, malgré la fatigue et un mal de cul qui le faisait limite boiter. Il prit une bouffée d'air, s'approcha de la charmante sorcière d'accueil et lui offrit le sourire le plus sexy dont Alifay pouvait faire preuve. Il prit une voix suave, s'accouda au comptoir et plongea ses yeux dans les siens, n'offrant pas même un coup d'oeil à Asmo.

    « C'est tout à fait exact. J'ai même essayé de le bouffer, tout cru. D'où la fourchette. Mais il a vraiment pas un bon gout, d'la viande pourrie. J'veux pas risquer l'intox' alimentaire, moi! »

    Ses mains tremblaient légèrement, signe d'une descente imminente. Caly dissimula cette subite crise avec de grands gestes pour illustrer ses propos. Déjà que son histoire avec Asmo allait faire le tour du ministère " secret médical? mon cul!", il voulait éviter que le bruit court sur le fait qu'il se drogue "encore". Sinon c'était audience disciplinaire, une fois de plus.

    « Plus sérieusement, ma douce... ce mec aime l'amour vache ! Sa passion, c'est que j'le frappe quand je le pénètre. Une fois même, il a voulu que je prépare le terrain avec un pied d'chandelier. »

    Alifay avait légèrement tourné la tête vers Way, avec son sourire toujours aussi charmeur. Un petit clin d’œil qui signifie "tu veux jouer au con? Tu sais que je vais gagner".

    « Il me cogne moi si il prend pas son pied. » Il désigna son coquard du doigt. « Je suis un homme battu mademoiselle ! »

    Certes, il venait de griller ses chances futures avec cette petite minette qui n'attendait qu'un gros matou, mais d'avoir grillé celles d'Asmo était encore plus jouissif, surtout de l'avoir fait passer pour un gros malade du cul, un vrai masochiste. Alifay avait au moins raison sur un point : son coloc aimait la douleur. Et il était quasiment sûr qu'il avait prit plaisir à se faire maraver la face.

.

_________________


« La pire drogue, c'est l'amertume,
elle empoisonne la vie »
Revenir en haut Aller en bas
Asmodeus B. Way
SANS TRAVAIL FIXE.



MessageSujet: Re: Caly to Asmo; oops i did it again ! Sam 18 Aoû - 16:57



    L'infirmière affiche un air entre la perplexité et la crainte. Il est clair que avec nos mines de déterrés complètement ravagés on dois pas inspirer grandement confiance. Elle n'a pas la temps de me répondre que Caly me contourne et fais face à son tour à la jolie Lydia. J'ai envie de le frapper ! "Défonce lui la tête, ici et maintenant". Je serre la mâchoire à m'en faire mal et je lutte de mon mieux contre cette pulsion terriblement dévorante. Il ouvre le bouche, le son de sa voix m'irrite et me fascine à la fois.

    Caly - « C'est tout à fait exact. J'ai même essayé de le bouffer, tout cru. D'où la fourchette. Mais il a vraiment pas un bon gout, d'la viande pourrie. J'veux pas risquer l'intox' alimentaire, moi! »

    Je pourrais me demander à quoi il joue au juste mais je sais parfaitement pourquoi il se lance dans cette voie. Savoir qui de nous deux pisse le plus loin est-ce réellement utile?! S'il crois que je m'offusque de ses paroles il a tout faux ! Je lui déconseillerais vivement moi même de tenter de me manger ! " Il en crèverait à coup sûre, il à raison que t'es pourris du trognon". Sur ce point je suis d'accord. Lydia recule d'un pas, elle ne semble pas vouloir se tenir trop proche de nous.

    Caly - « Plus sérieusement, ma douce... ce mec aime l'amour vache ! Sa passion, c'est que j'le frappe quand je le pénètre. Une fois même, il a voulu que je prépare le terrain avec un pied d'chandelier. »

    Je relève un sourcil avant d'éclater de rire. Moi qui pensait qu'il allait juste draguer la demoiselle! Il aurait mieux fait d'emprunter cette voix s'il voulait me faire enrager mais la...il est juste ridicule et à mourir de rire. " Est ce qu'il crois seulement que tu as la moindre pudeur?" J'éclate d'un rire qui résonne plus encore dans le hall de Ste- Mangouste.

    Caly - « Il me cogne moi si il prend pas son pied. »...« Je suis un homme battu mademoiselle ! »

    Je tombe au sol et me roule par terre en me tenant le ventre. J'en fais trop? Très certainement mais c'est tout moi ! Mon épaule me fait terriblement mal mais, j'ai l'habitude d'avoir mal. Sans répondre à Caly , Lydia tourne les pages d'un carnet de rendez-vous. Elle semble avoir perdu toutes les couleurs de son joli visage lorsqu'elle daigne enfin posé les yeux sur Caly.

    Lydia - Votre vie sexuelle ne me concerne en rien messieurs et si vous voullez poser une plainte pour violence l'un et l'autre ce n'est pas à moi qu'il faut vous adressez. Suivez moi, un guérisseur viendra vous voir dès que possible.

    Je me relève péniblement tout ne cessant de pouffer de rire et je suis l’infirmière jusqu’à une petit pièce. On vois bien qu'elle hésite à nous y laisser seul mais nous garder en sa compagnie n'est probablement même pas envisageable pour elle. Elle nous adresse un regard des plus suspicieux avant de fermer la porte derrière elle.

    Asmodeus - Elle à trop envie de ta bite ! Tu l'a séduite sur le coup du chandelier ! Ça ferait rêver n'importe qu'elle fille !

    Je fais le tour de la pièce tout en me grattant la tête. Je m'approche d'une armoire que j'ouvre sans retenue et je m'empare de trois boîtes de médicaments au hasard avant de les fourrées dans mes poches. J'aime expérimenter ce genre de choses, on sais jamais que sur un malentendu ca calme mes voix. " On est la, quoi que tu fasse". Je ne rigole plus, ma blessure me fait mal et je me sens des plus irrités d'être coincé ici. Je jette un coup d'oeil vers une poubelle dans laquelle je vois une compresse remplie de sang. De quoi vous filer le sida ou l'hépatithe, je frissone. " Tu peux les voir courrir jusqu'a toi ces putains de microbes mais tu devrais les aimer, c'est des parasites comme toi" Je grogne et violement , sans sprévenir, je retire la fourchette de mon épaule et la laisse tombée sur le sol le sallissant de mon sang au passage. Je m'empare d'un liquide qui ressemble à du désinfectant et je m'en vide la moitier de la bouteille sur la plaie tout en me tordant de douleur. "C'est probablement pas le bon produit" Rien à foutre. Je sens que ma tête tourne et je m'appuie sur le coin d'une table. Je fais volte face vers Caly et m'approche de lui en titubant, pour lui hurler dans l'oreille.

    Asmodeus - Assume un peu tes conneries ! Trouve un fil et une aiguille et recoue moi putain de con qu'on puisse se tirer d'ici et...baiser toute la nuit.

    Je lui adresse un bref clin d'oeil, autant le calmer un peu avant de le laisser s'attaquer à ma chaire.



_________________


MAGIC TRICKS ARE
SO OVERATED

"Some men aren't looking for anything logical, like money. They can't be bought, bullied, reasoned, or negotiated with. Some men just want to watch the world burn. "
Revenir en haut Aller en bas
Yuki N. Harada
GUERISSEUSE.



MessageSujet: Re: Caly to Asmo; oops i did it again ! Sam 25 Aoû - 22:10

PS: Comme promis Mau', je m'incruste. Désolée c'est pas terrible, j'me rattraperais, la j'suis un peu shootée aux médicaments mais je voulais pas vous bloquer <3


Yuki Harada était de garde cette nuit et ce n'était certainement pas dans la bonne humeur qu'elle effectuait ses heures. Elle détestait travailler de nuit, mais puisque Dakota avait prit James pour quelques jours, autant en profiter pendant ce laps de temps. Lorsqu'elle travaillait la nuit, en toute logique, elle dormait le jour ce qui ne lui permettait pas de passer beaucoup de temps avec son petit garçon de huit ans. Elle était habillée d'un jean, de talons marrons et d'un fin pull de la même teinte, par dessus lequel, elle avait enfilée sa blouse blanche de guérisseuse à Ste Mangouste. Voilà maintenant trois ans qu'elle était revenue à Londres et qu'elle faisait ce métier. Si en règle général, il lui plaisait, il y avait des fois comme ce soir, où elle n'avait qu'une envie ; accroître la douleur des idiots qui venaient la déranger simplement parce qu'ils ne savaient pas faire attention.

La jeune mère célibataire venait de refermer la porte derrière elle, laissant son patient souffrir. Quelle idée avait-il eu pour vouloir s'amuser à ensorceler des objets moldus ? A croire que depuis l'affaire de la voiture d'un certain Arthur Weasley, dévier les objets moldus de leur fonctionnalité première était devenue une grande mode. Levant les yeux au ciel et soupirante d'exaspération, elle ne prit même pas la peine de préciser à l'infirmière de garde qu'elle partait dans la salle de pause, histoire de se prendre un petit café. Sans une dose considérable de caféine, il y avait peu de chance que la cadette des sœurs Harada tienne toute la nuit à un rythme aussi dense. A croire que tous les fous de Londres avait décidé de se blesser cette nuit là, pour son plus grand malheur. Prenant sa boisson à la machine à café, elle prit un stylo dans sa poche et s'attacha les cheveux négligemment à l'aide de celui-ci. Sirotant sa boisson chaude, elle se pensait tranquille pour un moment mais c'était sans compter sur l'arrivée de l'infirmière. Tirant une grimace sans équivoque, l'ancienne serdaigle du se faire violence pour ne pas la faire disparaître d'un coup de baguette magique et ainsi conserver sa tranquillité. « Mademoiselle Harada, il faudrait que vous veniez... Il y a deux personnes un peu louches, et comme vous êtes la titulaire de garde, je me suis dis que... » Le regard d'un gris glacial de Yuki fit taire l'infirmière. Elle aurait lui répondre à la négative mais elle tenait aussi à garder son travail, elle avait un fils à nourrir. Prenant son gobelet de café, elle suivit l'infirmière en silence pour que celle-ci l’amène dans le hall.

C'est devant une scène pour le moins insolite que la belle anglo-japonaise se retrouva. D'une part, il y avait un homme aux vêtements froissés, avec du sang dessus mais qui n'avait pas l'air de souffrir, le regard malicieux et sûrement une folle envie de rire du grotesque de la situation. De l'autre, à ses côtés, un autre homme qui devait avoir à peu près le même âge que le premier et qui lui avait... un couvert planté dans l'épaule. Clignant deux fois des yeux, Yuki se demanda si elle n'était pas en train d'halluciner. Elle en avait vu des situations sordides mais dans un hopital magique généralement il y avait de la sorcellerie dans l'équation, hors ici ce n'était définitivement pas le cas. Décidement la mode moldue était belle et bien au rendez-vous cette nuit. Fronçant doucement les sourcils, elle regarda tour à tour les deux protagonistes tentant de se rappeler si elle les avait croisé à Poudlard, mais cela ne lui disait rien. La fatigue pouvait rentrer en compte. Se tournant vers l'infirmière elle lui lança sèchement « Très bien je m'occupe de ça, allez voir en salle 03, faite lui la prescription d'anti-douleurs et dites lui d'arrêter de se prendre pour un surdoué incompris. » La guérisseuse n'était pas connue pour mâcher ses mots. Se tournant devant les deux patients qui étaient à présent les siens, elle porta de nouveau son café à ses lèvres, avant de reprendre en toute sérénité. « Très bien, l'un de vous deux peut me dire ce qu'il se passe ici ? » La nuit s'annonçait comme était longue pour la jeune femme ainsi que pour les deux compères qui s'étaient livré à une bataille peu orthodoxe d'après la première approche.

_________________


❝la vie n'est qu'un long rêve dont la mort nous réveille❞
Ce que vous appelez le bonheur n'est qu'un tumulte de sens, un orage de passions dont le spectacle est effrayant, même à le regarder du rivage.
Revenir en haut Aller en bas
Caly L. Alifay
AUROR.



MessageSujet: Re: Caly to Asmo; oops i did it again ! Lun 27 Aoû - 22:46


    Votre vie sexuelle ne me concerne en rien messieurs et si vous voulez poser une plainte pour violence l'un et l'autre ce n'est pas à moi qu'il faut vous adressez. Suivez moi, un guérisseur viendra vous voir dès que possible.

    Caly marmonna un "me tente pas", dans un sourire coquin, tout en se laissant guider par la sorcière d'accueil qui devait avoir hâte de s'éloigner de ces deux timbrés. Il pouffa de rire en imaginant la scène vu de l’extérieur. Ça devait faire peur, vraiment peur. C'était le genre de personnes qui ne devraient jamais se croiser, et encore moins vivre ensemble. Un vrai fléau pour l'humanité.

    Elle à trop envie de ta bite ! Tu l'a séduite sur le coup du chandelier ! Ça ferait rêver n'importe quelle fille !

    Alifay se courba en une révérence ridicule. Il avait le don pour la poésie, certes, mais quand il s'agissait de se foutre de la gueule du monde et d'emmerder Asmodeus, il excellait. Il avait vraiment envie de le faire chier jusqu'au bout ce soir. Parce que oui, lui avoir planté une fourchette ne suffisait absolument pas. Réussir à le faire arrêter et enfermer serait d'une grande satisfaction. Mais leur relation risquait d'être tendu quelques semaines et pour sur que Caly allait devoir se taper le loyer et le ménage tout seul suite à cette petite farce.

    Plongé dans ses reflexions, il ne vit approcher son cher et tendre qu'à cause de la forte odeur de sang sous son nez et son oreille qui se mit à vibrer.

    Assume un peu tes conneries ! Trouve un fil et une aiguille et recoue moi putain de con qu'on puisse se tirer d'ici et...baiser toute la nuit.

    « Non mais t'as pas bientôt FINI DE GUEULER COMME UN PORC?! »

    Il s'étouffa à moitié, sa gorge n'ayant visiblement pas été préparé à brailler de la sorte. Sa tête tourna par manque d’oxygène et agrippa à la table. Sa main glissa sur une substance chaude, ce qui lui fit perdre l'équilibre et se cogner l'arrière de la tête contre le mur. Il serra les dents pour pas s'évanouir. Il prit une grande respiration pour faire disparaitre les étoiles qui dansaient devant ses yeux. Il n'avait aucune envie de le recoudre. Mais pour ce qui était de baiser...

    « Pourquoi, quoiqu'il sorte de toi, tu te sens obligé d'en foutre partout? »

    Une jolie brune fit son entrée quelques secondes après la fin de sa phrase.

    « Très bien, l'un de vous deux peut me dire ce qu'il se passe ici ? »


    Mignonne, très mignonne. Vraiment penissalement rentrable. Mais Caly n'en avait pas très envie. Il avait eu sa dose de sexe féminin pour la semaine. Il allait profiter de son Asmodeus le temps de se retrouver une proie. Alors bon, pourquoi ne pas la cuisiner un peu, et l'offrir à sa "moitié"? Il prit la parole avant Way, histoire de préparer le terrain.

    « Je me suis fais attaquer, dans l'allée des embrumes. Je marchais tranquillement à la recherche de ... de... produit contre les limaces, quand un type armée d'une fourchette à voulu que j'lui donne ma baguette et mes gallions ! Il m'a frappé...» il désigna son oeil au beurre noir. « Du coup, froussard comme je suis, j'ai commencé à vider mes poches. N'étant pas très riche, il n'a pas aimé et à voulu me planter... Alors ce charmant jeune homme est sorti de nul part, s'est interposé, a frappé le gars , l'a fait fuir. Mais avec quelques dégâts. Un héros... un vrai. »

    S'il emballait pas avec ça, c'est vraiment parce que la demoiselle est une grosse frigide. Caly avait lancé l'appât, à Asmo de se battre avec le poisson - une sirène, pas un thon, hein.


_________________


« La pire drogue, c'est l'amertume,
elle empoisonne la vie »
Revenir en haut Aller en bas
Asmodeus B. Way
SANS TRAVAIL FIXE.



MessageSujet: Re: Caly to Asmo; oops i did it again ! Mer 5 Sep - 22:04

Lorsque Yuki fit son entrée dans ce qui avait tout l'air d'être une scène de ménage, elle n'eut aucun mépris sur les regards que lui jetèrent les deux protagonistes et qui ne devait pas se dire qu'elle était celle qui était en mesure de les soigner, mais plutôt quelque chose de plus obscène. Levant les yeux au ciel, l'ancienne serdaigle sentait déjà que ses patients allaient durer longtemps et elle n'avait pas que ça à faire ; la salle de repos et un bon café l'attendaient. Croisant les bras devant sa poitrine, elle attendait une réponse à la question qu'elle venait de poser. « Je me suis fais attaquer, dans l'allée des embrumes. Je marchais tranquillement à la recherche de ... de... produit contre les limaces, quand un type armée d'une fourchette à voulu que j'lui donne ma baguette et mes gallions ! Il m'a frappé... Du coup, froussard comme je suis, j'ai commencé à vider mes poches. N'étant pas très riche, il n'a pas aimé et à voulu me planter... Alors ce charmant jeune homme est sorti de nul part, s'est interposé, a frappé le gars , l'a fait fuir. Mais avec quelques dégâts. Un héros... un vrai. » Il la prenait pour qui ? Pour la reine des trolls de la forêt ?! Encore une fois, elle leva les yeux au ciel et claqua ses mains contre ses hanches pour manifester son mécontentement. Elle n'avait pas que ça à faire, il y avait d'autres patients qui avaient réellement besoin d'elle. Arquant un sourcil, elle attendit encore quelques secondes avant de commencer à tourner les talons. S'ils ne voulaient pas être honnête avec elle, alors elle n'allait rien faire pour les aider et pour aider celui avec la fourchette plantée dans sa chair. « Il tente de raconter n'importe quoi pour masquer sa maladresse. Il est incorrigible ! Je crois que sa mère lui à pas appris à pas courir dans la maison avec des couverts à la main. Ce con à glisser et la fourchette à atterris dans mon épaule. Maladresse, un simple accident, de la pure connerie quoi. » A l'entente de la seconde voix, elle accepta d'arrêter sa marche vers la sortie et de continuer à l'écouter. Même si elle n'était pas convaincue de la véracité de ses propos, il avait au moins eu l'obligence de lui concocter un mensonge un peu plus probable que le premier. Attendant patiemment, elle attacha ses longs cheveux bruns à l'aide d'un stylo. « Il voulait pas m'aider et j'en avais marre d'avoir mal, et on à attendu trop longtemps et... je me suis balancé tout le contenu de cette bouteille sur la blessure. »

La guérisseuse jeta un coup d'oeil à ladite bouteille avant de soupirer longuement. Il n'y avait pas moyen, c'était souvent la même chose, avec ses sorciers qui se pensaient médecins ou même Dieu tout puissant. Alors qu'elle sortait sa baguette pour commencer à atténuer la douleur, elle fut stopper dans son élan lorsque celui-ci vomit sur ses chaussures ainsi que sur celles de son compagnon. Jetant un regard sur le désastre, sa première pensée fut « Dieu merci, j'ai mit des chaussures fermées. ». Rien ne fut plus plaisir à Yuki que d'avoir ses bottines a talons compensés qui ne laissait pas voir un centimètres de peau au niveau de ses chevilles. Dégoutée par l'image de vomit, elle du se retenir de ne pas le copier. Si le sang ne lui faisait rien, les vomissures la révulsait complètement. « Mais c'est pas possible ! Mais pourquoi j'ai hérité de ces deux-là ! » Elle s'était plus exprimée pour elle que pour eux. Ne faisant même plus attention à eux, d'ailleurs, elle se contenta de laver ses chaussures à l'aide d'un sortilège et de retirer sa blouse sur laquelle, il y avait également du vomi. Complètement dégoutée, un sort ne suffisait pas, il lui faudrait au moins trois lessives pour que l'ancienne serdaigle dègne remettre les affaires qu'elle avait ce jour là. Bipant une infirmière, elle lui ordonna avec un ton autoritaire de les conduire dans une salle et de leur donner quelque chose contre l'alcool. Pour sa part, elle partit en direction de son vestiaire et se changea rapidement. Lorsqu'elle revint, elle était habillée en civil, avec un short en jean, un débardeur rose et des bottines noires. Une veste en laine noire, également, enfilée négligemment. Devant le regard de l'infirmière, elle secoua la main agacée. « Il m'a vomit dessus, si vous êtes pas content, je rentre chez moi. Mes vêtements n'altèrent pas ma capacité à soigner, même ça ! » Ajouta-t-elle en pointant les deux hommes du doigt. Congédiant ladite infirmière, elle se tourna de nouveau vers les deux énergumènes qui lui faisait face. « Très bien. Maintenant c'est simple. Soit vous commencez par me dire la vérité et toi, t'arrêtes de vomir partout. Soit, vous restez dans votre délire et moi je vous laisse avec votre fourchette et je vous revois dans quelques jours quand vous aurez essayé de le soigner vous-même et que la plaie ce sera infectée. » Scrutant tour à tour les deux hommes, qui devaient avoir à peu près son âge, de ses yeux gris, elle attendait leur choix. Mais une chose était sûre c'est qu'elle n'allait pas s'embêter ce soir, elle était déjà pratiquement au bout de ses limites.

_________________


MAGIC TRICKS ARE
SO OVERATED

"Some men aren't looking for anything logical, like money. They can't be bought, bullied, reasoned, or negotiated with. Some men just want to watch the world burn. "
Revenir en haut Aller en bas
Yuki N. Harada
GUERISSEUSE.



MessageSujet: Re: Caly to Asmo; oops i did it again ! Ven 7 Sep - 21:14

Lorsque Yuki fit son entrée dans ce qui avait tout l'air d'être une scène de ménage, elle n'eut aucun mépris sur les regards que lui jetèrent les deux protagonistes et qui ne devait pas se dire qu'elle était celle qui était en mesure de les soigner, mais plutôt quelque chose de plus obscène. Levant les yeux au ciel, l'ancienne serdaigle sentait déjà que ses patients allaient durer longtemps et elle n'avait pas que ça à faire ; la salle de repos et un bon café l'attendaient. Croisant les bras devant sa poitrine, elle attendait une réponse à la question qu'elle venait de poser. « Je me suis fais attaquer, dans l'allée des embrumes. Je marchais tranquillement à la recherche de ... de... produit contre les limaces, quand un type armée d'une fourchette à voulu que j'lui donne ma baguette et mes gallions ! Il m'a frappé... Du coup, froussard comme je suis, j'ai commencé à vider mes poches. N'étant pas très riche, il n'a pas aimé et à voulu me planter... Alors ce charmant jeune homme est sorti de nul part, s'est interposé, a frappé le gars , l'a fait fuir. Mais avec quelques dégâts. Un héros... un vrai. » Il la prenait pour qui ? Pour la reine des trolls de la forêt ?! Encore une fois, elle leva les yeux au ciel et claqua ses mains contre ses hanches pour manifester son mécontentement. Elle n'avait pas que ça à faire, il y avait d'autres patients qui avaient réellement besoin d'elle. Arquant un sourcil, elle attendit encore quelques secondes avant de commencer à tourner les talons. S'ils ne voulaient pas être honnête avec elle, alors elle n'allait rien faire pour les aider et pour aider celui avec la fourchette plantée dans sa chair. « Il tente de raconter n'importe quoi pour masquer sa maladresse. Il est incorrigible ! Je crois que sa mère lui à pas appris à pas courir dans la maison avec des couverts à la main. Ce con à glisser et la fourchette à atterris dans mon épaule. Maladresse, un simple accident, de la pure connerie quoi. » A l'entente de la seconde voix, elle accepta d'arrêter sa marche vers la sortie et de continuer à l'écouter. Même si elle n'était pas convaincue de la véracité de ses propos, il avait au moins eu l'obligence de lui concocter un mensonge un peu plus probable que le premier. Attendant patiemment, elle attacha ses longs cheveux bruns à l'aide d'un stylo. « Il voulait pas m'aider et j'en avais marre d'avoir mal, et on à attendu trop longtemps et... je me suis balancé tout le contenu de cette bouteille sur la blessure. »

La guérisseuse jeta un coup d'oeil à ladite bouteille avant de soupirer longuement. Il n'y avait pas moyen, c'était souvent la même chose, avec ses sorciers qui se pensaient médecins ou même Dieu tout puissant. Alors qu'elle sortait sa baguette pour commencer à atténuer la douleur, elle fut stopper dans son élan lorsque celui-ci vomit sur ses chaussures ainsi que sur celles de son compagnon. Jetant un regard sur le désastre, sa première pensée fut « Dieu merci, j'ai mit des chaussures fermées. ». Rien ne fut plus plaisir à Yuki que d'avoir ses bottines a talons compensés qui ne laissait pas voir un centimètres de peau au niveau de ses chevilles. Dégoutée par l'image de vomit, elle du se retenir de ne pas le copier. Si le sang ne lui faisait rien, les vomissures la révulsait complètement. « Mais c'est pas possible ! Mais pourquoi j'ai hérité de ces deux-là ! » Elle s'était plus exprimée pour elle que pour eux. Ne faisant même plus attention à eux, d'ailleurs, elle se contenta de laver ses chaussures à l'aide d'un sortilège et de retirer sa blouse sur laquelle, il y avait également du vomi. Complètement dégoutée, un sort ne suffisait pas, il lui faudrait au moins trois lessives pour que l'ancienne serdaigle dègne remettre les affaires qu'elle avait ce jour là. Bipant une infirmière, elle lui ordonna avec un ton autoritaire de les conduire dans une salle et de leur donner quelque chose contre l'alcool. Pour sa part, elle partit en direction de son vestiaire et se changea rapidement. Lorsqu'elle revint, elle était habillée en civil, avec un short en jean, un débardeur rose et des bottines noires. Une veste en laine noire, également, enfilée négligemment. Devant le regard de l'infirmière, elle secoua la main agacée. « Il m'a vomit dessus, si vous êtes pas content, je rentre chez moi. Mes vêtements n'altèrent pas ma capacité à soigner, même ça ! » Ajouta-t-elle en pointant les deux hommes du doigt. Congédiant ladite infirmière, elle se tourna de nouveau vers les deux énergumènes qui lui faisait face. « Très bien. Maintenant c'est simple. Soit vous commencez par me dire la vérité et toi, t'arrêtes de vomir partout. Soit, vous restez dans votre délire et moi je vous laisse avec votre fourchette et je vous revois dans quelques jours quand vous aurez essayé de le soigner vous-même et que la plaie ce sera infectée. » Scrutant tour à tour les deux hommes, qui devaient avoir à peu près son âge, de ses yeux gris, elle attendait leur choix. Mais une chose était sûre c'est qu'elle n'allait pas s'embêter ce soir, elle était déjà pratiquement au bout de ses limites.

_________________


❝la vie n'est qu'un long rêve dont la mort nous réveille❞
Ce que vous appelez le bonheur n'est qu'un tumulte de sens, un orage de passions dont le spectacle est effrayant, même à le regarder du rivage.
Revenir en haut Aller en bas
Caly L. Alifay
AUROR.



MessageSujet: Re: Caly to Asmo; oops i did it again ! Mar 18 Sep - 11:37

« Il tente de raconter n'importe quoi pour masquer sa maladresse. Il est incorrigible ! Je crois que sa mère lui à pas appris à pas courir dans la maison avec des couverts à la main. Ce con à glisser et la fourchette à atterris dans mon épaule. Maladresse, un simple accident, de la pure connerie quoi. » Le recit d'Asmo fit rire Caly, même s'il était un peu déçu qu'il n'appuie pas ses conneries. « Il voulait pas m'aider et j'en avais marre d'avoir mal, et on à attendu trop longtemps et... je me suis balancé tout le contenu de cette bouteille sur la blessure. »

C'est sans bouger et dans un sourire presque crade qu'il accepta le cadeau qu'Asmo venait de lui offrir. Ouais, il venait de lui gerber sur les chaussures, et alors? Tant pis, et lui gueuler dessus ne changerait rien à l'histoire. Et malgré son apparente gaité, Alifay commençait à sérieusement s’inquiéter pour son coloc, le sourire était la pour masquer sa préoccupation. « Mais c'est pas possible ! Mais pourquoi j'ai hérité de ces deux-là ! » Et au lieu de s'occuper du souffrant, Madame préférait se nettoyer. Quoi? Elle se barrait en plus? Alifay décroisa les bras, une profonde colère commençait à gronder en lui. Elle revenait, visiblement irritée par les vomissures. Mais qu'est-ce que c'était que cette guérisseuse de pacotille qui craignait la vue de la gerbe?

« Très bien. Maintenant c'est simple. Soit vous commencez par me dire la vérité et toi, t'arrêtes de vomir partout. Soit, vous restez dans votre délire et moi je vous laisse avec votre fourchette et je vous revois dans quelques jours quand vous aurez essayé de le soigner vous-même et que la plaie ce sera infectée. »

S'en fut trop pour Caly et pour sa patience. Il sorti sa baguette et d'un geste vif, ferma puis verrouilla la porte. Il ne souriait plus, et s'avança lentement vers Yuki, ses prunelles profondément ancrée dans les siennes, s'adressant à elle d'une voix lente et menaçante.

« Tu vas la fermer ma jolie. T'es payé pour soigner, pas pour poser des questions. »

L'Auror s’arrêta à quelques centimètres de la jeune femme.

« Blessure profonde à l’épaule causée par un objet de la vie courante. »

Il s'approcha de son visage et lui murmura à l'oreille d'une voix suave mais toujours aussi menaçante.

« Je ne pourrais faire qu'une bouchée de toi et de ton poste de sous-médicomage qui ne supporte pas la vue de la gerbe. »

Caly se recula légèrement et repris une voix "normale", détachant enfin son regard de Yuki pour le poser sur Asmo, qui ne s'était toujours pas relevé. L'angoisse le prit à la gorge. Qu'est-ce qu'il avait bien pu se foutre sur sa plaie, ce con la? Il toussa légèrement puis repris.

« N'êtes-vous pas payé pour faire autre chose que la mijauré? »

Il s'agenouilla à côté de Way, évitant soigneusement le vomi, et passa sa main dans ses cheveux. Si elle partait, Caly ferait un rapport détaillé sur son incompétence à ses supérieurs. Yuki ne le savait pas, mais un avis négatif d'une personne assermentée pouvait faire vraiment tache sur son dossier. Et Alifay était prêt à tout pour qu'elle se bouge le fion de soigner son fou furieux.

_________________


« La pire drogue, c'est l'amertume,
elle empoisonne la vie »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Caly to Asmo; oops i did it again !

Revenir en haut Aller en bas

Caly to Asmo; oops i did it again !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» Oops! this is hentaï, partenariat ?
» Oops... didn't know you were here
» oops i did it again.
» Et vous autres Amis du vieux Tom , Ely ou Asmo ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: L'univers de King's Cross. :: Vox Populi. :: (saison1) RPs.-