Partagez|

Coup de pouce entre parents [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Aaron Pangmel
LANGUE DE PLOMB.



MessageSujet: Coup de pouce entre parents [TERMINE] Mer 22 Aoû - 22:02

Eté 2012, et ce bien que rien dans le ciel de Londres ne le laisse présager... Depuis plus d'une semaine, un crachin incessant s'abbat en effet sur la capitable britannique, plombant l'humeur de la population en général et des vacanciers en particulier. Fonctionnaire du département des Mystères au bénéfice de son 3e jour de relâche, Aaron Pangmel fait indéniablement parti de ceux qui dégustent de plein fouet les caprices météorologiques du Royaume-Uni. La mine résignée et ne laissant rien paraître de l'agacement que fait naitre en lui la triste réalité des choses en matière de climat, le sorcier opère une entrée discrète dans le fameux bar du Chaudron Baveur, lieu de passage entre la cité moldue et l'artère commerciale sorcière la plus fréquentée du pays, le chemin de Traverse. Le jeune homme, revêtu d'un élégant complet tirant sur le gris, se glisse furtivement entre les tables, comme un courant d'air, passant largement inaperçu. N'est-il pas de notoriété public qu'il n'y a guère plus discret qu'une langue-de-plomb au service du département des Mystères?

Les conversations entre magiciens allaient bon train, l'humeur au Chaudron Baveur était gaie, quand bien même on entendait ici et là des commentaires dépréciatifs en lien avec les précipitations incessantes. Beaucoup ici partageaient de fait la condition de vacancier de Pangmel, ce qui induisait une atmosphère étonnament détendue dans le bar. Sur beaucoup de lèvres, il était possible de lire également des propos associés à la Coupe du Monde de Quidditch, dont les matchs d'ouverture se disputeraient prochainement. L'Angleterre avait ses chances, disait-on. Rien n'était moins sûr de l'avis du jeune homme qui s'apprêtait à présent à quitter la pièce centrale, rejoignant la cour intérieure et l'arcade qui donnait sur le Chemin de Traverse.

En l'occurence, le fils Pangmel était en comission à la faveur de son père, commerçant de potions aux méthodes parfois douteuses, allant chercher pour le compte de ce dernier un chaudron de ce qu'on désignait par le doux sobriquet de liqueur de Baal, une potion rare aux puissantes propriétés magiques, prohibée par l'art. 5 chiffre 4 de la Loi sur la prohibition des potions magiques classifiées comme dangereuses. Relativement au thème de la dangerosité, celle de la liqueur de Baal était classifiée par les services compétents du ministère à 3 sur une échelle de 5. Dans tous les cas, il s'agissait de contrebande, une activité à laquelle s'adonnait parfois Sir Pangmel senior, car le jeu en valait la chandelle, et pour rien au monde le père Pangmel n'entendrait renoncer de si tôt à ses petites activités illicites, qui pimentaient tantôt sa vie, tantôt celle de son fils, tout en faisant résonner sa bourse de gallions.

L'expression parfaitement neutre, Aaron s'interrogeait sur les motivations que pouvaient avoir les clients de son père lorsque tout à coup, il percuta de plein fouet une silouhette arrivant en sens inverse, qu'il n'avait aperçu que trop tard. Pour la peine, le choc retentissant entre les deux corps provoqua des rires, et l'attention générale des occupants du Chaudron Baveur fut ramenée un instant sur Aaron et celui ou celle qu'il avait percuté. La langue de plomb détestait s'attirer les regards du nombre dans la plupart des situations, et aujourd'hui en particulier, alors que son humeur était grinche et que son entreprise nécessitait à tout le moins une certaine discrétion. Sans savoir à qui il s'adressait, le magicien articula, d'un ton sec:


- Par Merlin, faites attention la prochaine fois... vous n'avez rien?

_________________

Not erkennt kein Gebot, und so besteht es zu Rechte.


Dernière édition par Aaron Pangmel le Mar 4 Sep - 9:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asmodeus B. Way
SANS TRAVAIL FIXE.



MessageSujet: Re: Coup de pouce entre parents [TERMINE] Jeu 23 Aoû - 14:21



    Je pousse un grognement rageur tout en claquant derrière moi la porte de l'appartement. Je tourne en rond, j'ai l'impression de passer mon temps à attendre le retour de Caly et cela me consume, m'irrite et me dévore. Je ne veux pas qu'il aie autant d'importance dans ma vie, je me dois de lutter contre son emprise sur moi. -"Surtout que lui il en a rien à foutre de ta gueule de con". Je grogne à nouveau, maudites voix qui m'assaillent le cerveau. A peine à l'extérieur, je m'allume une clope que je fais disparaître en trois taffes ravageuses. J'en allume aussitôt une seconde. Quel intérêt peut on trouver à respirer de l'air pur? Je n'en vois aucun. Je garde les yeux baisser, j'évite le regard des passants. Pas que j'aie peur d'eux, ni qu'ils m’impressionnent mais, je les méprises tous bien trop que pour ne pas leur afficher mon air de dégoût au moindre regarde posé sur eux. Les gens sont stupides, innocents...heureux. Yeurk !

    Je suis sortis sans manteau, sans parapluie et je me retrouve rapidement fort mouillé par cette pisse de chat Londonienne. Je n'en ai rien à foutre mais ma clope qui s'imbibe d'eau aime moins ça. J'en tire une nouvelle bouffée et le goudron me reste sur les doigts et son arrière gout amer me colle aux lèvres. Je jette le mégots tout en marmonnant une série d'insultes presque inaudibles. Je ne savais pas ou aller en sortant de chez moi mais l'envie d'alcool oriente mon choix vers le chaudron baveur. J'y trouverai sans aucun doute ce dont j'ai besoin et je laisse donc mes pas m'y mener. -" Pauvre merde, tu ferais mieux de chercher un boulot." Je fronce le sourcils. Un de plus que je ne parviendrais pas à garder ! J'en ai ma claque de tenter pour échouer inlassablement. Oui , je ne suis qu'une pauvre merde alors autant commencer à faire avec.

    C'est alors que je me lance dans un débat animé mais totalement silencieux et prenant lieu et place uniquement dans ma tête. Moi...contre les voix. Points de vue, contradictions, échanges d'opinion. J'ai le visage fermé et les yeux plissé lorsque j'entre dans le chaudron baveur. Je me précipite vers le bar et commande deux whisky pur feu. J'en vide un d'une seul traite et emporte l'autre verre avec moi afin de trouver une place tranquille et isolée dans un coin de la salle. Le débat fait toujours rage en moi lorsque de plein fouet je me trouve heurter par quelqu'un qui aurait tout simplement mieux fait de ne pas exister. Un frisson me glisse le long de la colonne vertébrale. Je pose sur lui un regard furieux. Qui il est ? Qu'elle tête il a? C'est le cadet de me soucis.

    Aaron - - Par Merlin, faites attention la prochaine fois... vous n'avez rien?

    Je me rends compte que tout le monde nous regarde, me regarde. -"Ils en veulent tous à ta vie, ils savent que t'es fou, chiffonné de la cervelle" Je serre la mâchoire. Je sais bien qu'ils en tous après moi. J'avale lentement ma salive et inspire profondément. Je n'ai aucune envie de me donner en spectacle devant la fosse aux cochons. Je me penche alors vers mon agresseur et m'empare de son bras tout en parlant très fort et en l'emmenant avec moi vers une table.

    Asmodeus - Toutes mes excuses mon bon ami. Je vais bien ! Laissez moi vous offrir un verre pour me faire pardonné.

    C'est suffisant pour offrir à toutes l'assemblée de quoi retourner à ses occupations. Je fais signe au bar man d'apporter deux verre de whisky, je n'ai pas encore finis le mien mais ce n'est qu'un détail. Je le vide donc rapidement tout en poussant l'inconnu sur une chaise, je m’assied en face de lui et le fixe droit dans les yeux. - " Tu vas t'attirer des problèmes". Rien à foutre. Il l'a bien chercher. Je le fixe et me décide à briser le silence que lorsque les verres sont posés devant nous et le barman repartis. Nous sommes installés à une table légèrement à l'écart et plongée dans une obscurité mitigée. Je m'éclairci la gorge.

    Asmodeus - Alors comme ça on tente de m'assassiner devant tout le monde? Ton motif? Tes excuses?

    Je ricane toue en affichant un air des plus morbides. Je n'en ai pas fini.

    Asmodeus -Ou alors c'est l'appel de mon corps auquel t'as pas pu résister ? Explique toi?

    Je ne suis pas sérieux mais pas non plus occupé à rire. Je flirt entre les deux afin de lui laisser une large marge de manœuvre. J'ai besoin de me distraire et il aurait mieux fait de ne pas tomber entre mes filets. Comme toujours je me plait à observer les multiples visages et facettes de l'être humain et je suis curieux de voir comment va réagir le spécimen devant moi à mes provocations non dissimulées.



_________________


MAGIC TRICKS ARE
SO OVERATED

"Some men aren't looking for anything logical, like money. They can't be bought, bullied, reasoned, or negotiated with. Some men just want to watch the world burn. "
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Pangmel
LANGUE DE PLOMB.



MessageSujet: Re: Coup de pouce entre parents [TERMINE] Jeu 23 Aoû - 22:42

Initialement, il n'était absolument pas dans l'intention d'Aaron de s'attarder au Chaudron Baveur. Il avait à faire, les petites manigances qu'il accomplissait pour le compte de son paternel ne souffrant guère d'être reportées... Néanmoins, le hasard avait voulu qu'il impacte avec un parfait inconnu, et que ce dernier ne soit pas du genre à le laisser tranquille. Sur un ton que Pangmel jugea trop aimable pour être sincère, le sorcier contre lequel il venait de percuter l'invita à prendre un verre en sa compagnie pour se faire pardonner. L'invitation s'avéra cependant bien vite relever plutôt de l'ordre, alors qu'un bras ferme entrainait la langue-de-plomb vers une chaise vide, disposée en face. Par réflexe, Aaron opposa dans un premier temps une légère résistance physique à la sollicitation de l'autre, il n'avait nullement pour habitude de se laisser imposer des choix de la sorte. Durant ces quelques instants, le sorcier détailla dans la hâte les traits de l'autre partie et arriva rapidement à la conclusion qu'il ne s'agissait en aucune façon d'une menace sérieuse, et que partant, il pouvait se permettre de céder sur cette entrée en matière insolite. Question de convenance, et bien plus important encore aux yeux du mage, moyen efficace de renvoyer le public de spectateurs à ses affaires; circulez, il n'y a rien à voir. Tel était en substance le message qu'entendait délivrer Aaron à la foule amassée dans le bar en cédant à l'autre sur la question du verre à partager.

A présent installé en face de l'inconnu, Aaron a tout loisir de compléter l'observation qu'il a entammée un peu plus tôt. Activité à laquelle il s'adonne d'autant plus volontiers alors qu'à présent, un silence pesant règne à la table des deux garçons.

En face du fonctionnaire, un marginal. Sorcier à l'allure peu recommandable, tatoué de toute part, le regard luisant, l'inconnu revêt à tout le moins l'apparence de ce que le fils de riche désigne par l'appellation de "dérangé". Face à cette conclusion, Pangmel junior ne peut s'empêcher de maudire son manque d'attention toute à l'heure, au moment où malencontrueusement, il était entré en contact avec cette... chose.

Un léger sourire suspendu aux lèvres, Aaron en vient à fixer son comparse dans la prunelle des yeux. Ce qu'il y découvre ne tarde d'ailleurs pas à faire naitre en lui la tentation de tenter une intrusion par la légilimancie. Tentation que le mage balaie néanmoins aussitôt. Il n'est pas là pour ça, et son but actuel reste de se débaraser de l'autre dans les plus brefs délais, le tout de manière socialement acceptable pour les occupants du bar.

Enfin, le silence est brisé par le marginal alors que la commande arrive, à point nommé.


- Alors comme ça on tente de m'assassiner devant tout le monde? Ton motif? Tes excuses?

En réaction à l'assertion et au questionnement brutal de l'autre, Aaron se contente d'afficher une expression de marbre, les traits figés, attendant que son interlocuteur enchaîne, éventuellement avec un énoncé un peu moins fantasque. Rapidement, l'autre en vient en effet à compléter ses dires, mais à la déception du fils Pangmel, le complément s'avère encore plus grotesque que le préambule.

- Ou alors c'est l'appel de mon corps auquel t'as pas pu résister ? Explique toi?

Confronté aux manières rudes de l'autre, à son tutoiment insupportable et à ses allusions ridicules, Aaron finit par manifester sa perplexité par un froncement marqué des sourcils. Puis, d'une voix délicate et ferme à la fois, il réplique.

- Plus vraisemblable encore, un malheureux hasard, Sir.

D'un mouvement vif du bras droit, le garçon se rue sur son verre, le porte à ses lèvres et en engloutit le contenu, sous le regard toujours luisant de l'autre. Il se lève tout aussi brusquement qu'il s'était assis, s'apprêtant à remercier le marginal pour sa brève compagnie et le verre, mais subitement, une idée traverse l'esprit d'Aaron, l'encourageant à s'attarder encore un peu.

Reprenant son analyse du personnage qu'il cotoie depuis 3 minutes déjà, Pangmel se surprend à réaliser qu'il a un profil susceptible de l'intéresser et de servir ses plans. Composant une expression neutre, à peine aimable, le mage réoriente la discussion qu'il s'apprêtait naguère à couper court.


- Cela dit, je viens d'y songer, j'ai peut-être moi aussi quelque chose à vous offrir pour me faire pardonner à mon tour de l'incident d'il y a un instant... J'espère que vous saurez considérer mon offre.

Bref intermède.

Au passage, nous devrions laisser de côté les familiarités entre nous pour l'heure. Si cela doit changer un jour, je vous en aviserai.

L'ultime réplique d'Aaron claqua dans l'air comme un fouet. L'autre avait beau sembler un peu dérangé, le message était clair et celui qui l'avait émis avait su se montrer crédible dans sa façon de le faire. Ou l'autre se pliait à la règle du jeu qu'il venait de dicter, ou bien très vite il devrait tirer les conséquences de son attitude déshonorante.

_________________

Not erkennt kein Gebot, und so besteht es zu Rechte.
Revenir en haut Aller en bas
Asmodeus B. Way
SANS TRAVAIL FIXE.



MessageSujet: Re: Coup de pouce entre parents [TERMINE] Ven 24 Aoû - 19:43



    Aaron - Plus vraisemblable encore, un malheureux hasard, Sir.

    Je vois bien que je l'irrite, il n'y a pas de doutes à avoir la dessus. Les signes sont faciles à identifier et j'ai l'habitude de provoquer cela chez à peut prêt toutes les personnes que je fréquente. Je penche la tête sur le coté à l'instant ou il se lève. S'il à l'intention de partir c'est vraiment le dernier des loosers. Aucune répartie, pas de trace d’orgueil mal placé...Plat, fade. - " C'est plutôt toi qui ne peut pas te montrer intéressant pour qui que ce soit sur cette terre." Je fronce les sourcils en le voyant s'arrêter dans son élan. Je me sent las et blasé, ce type me déçoit par le manque total d’intérêt qu'il provoque en moi.

    Aaron - Cela dit, je viens d'y songer, j'ai peut-être moi aussi quelque chose à vous offrir pour me faire pardonner à mon tour de l'incident d'il y a un instant... J'espère que vous saurez considérer mon offre.

    Quelque chose à m'offrir !?! J'ai de gros doutes sur le fait qu'il puisse avoir que ce soit à me proposer qui soit susceptible de m'intéresser. Et considérer son offre? Mais pour qui il me prends au juste? - " Il est bien naïf s'il croit être à la hauteur." Je renifle et relève le menton, tout en faisant tourné mon verre entre mes doigts. Ce qui est certain c'est qu'il éveille subitement ma curiosité. J'ai envie de savoir ce qu'il peut bien vouloir me proposer. La curiosité, voila le sentiment qui domine et qui me pousse à ne pas soupirer d'impatience.

    Aaron - Au passage, nous devrions laisser de côté les familiarités entre nous pour l'heure. Si cela doit changer un jour, je vous en aviserai.

    Claque. Verbale du moins. Mais s'il crois me toucher il à tord. Un large sourire s'étire sur mes lèvres. Je ne supporte pas que l'on me parle de cette façon. "-C'est lui qui ose parler de familiarité?" J'ai envie de rire, je serre les dents. Mon regard ne quitte pas le sien alors que j'entame de vider mon verre de whisky. J'ai bien envie de lui casser la gueule. -" Bouffe lui la cervelle." Ou alors...Je peux tenter de la jouer plus fine. Cela ne fait pas vraiment partie de mes qualités mais, je peux au moins essayer. Lui abîmer les dents ne m'apportera rien mais si par le plus pure des hasard il pouvait m'être utile d'une façon ou l'autre, je ne peux que sauter sur l'occasion. J'inspire, je tente de garder mon calme pour lui répondre enfin.

    Asmodeus - Les familiarités...Tout ça ce n'est que de la forme, seul le fond compte. Je suis pas du genre à m'attarder sur les détails. Etre blesser par des mots c'est une perte de temps. Mais si vous le désirez mon chère, j'emballerai ma merde dans le plus beau des velours. Je vous en prie, je serai ravi d'avoir l'immense honneur d'entendre votre propositions.

    Je lui adresse un nouveau large sourire et me contente d'ajouter.

    Asmodeus - C'est assez poli comme ça?

    Ok je peux me montrer vaguement coopératif mais il ne faut pas trop m'en demander non plus. Je déplore le fait que mon verre soit vide et m'allume aussitôt une clope pour compenser la sensation de frustration qui m'envahit.


_________________


MAGIC TRICKS ARE
SO OVERATED

"Some men aren't looking for anything logical, like money. They can't be bought, bullied, reasoned, or negotiated with. Some men just want to watch the world burn. "
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Pangmel
LANGUE DE PLOMB.



MessageSujet: Re: Coup de pouce entre parents [TERMINE] Sam 25 Aoû - 5:19

Aux paroles de l'inconnu, les traits d'Aaron se détendirent. Avec tact et retenu, le type lui cédait, presque à contre coeur, mais il lui cédait. Il ferait désormais preuve de politesse, à tout le moins de manières hypocrites pour habiller ses dires, ce qui naturellement rendait le margnial beaucoup plus intéressant aux yeux du jeune homme, sur deux plans au moins. L'homme gagnait en profondeur et en subtilité, avec un niveau apparent et un niveau d'être, des manières d'un côté un message plus cru de l'autre, dissimulé; et surtout, surtout il devenait fréquentable, ne nuisant pas par sa seule présence à la réputation d'impeccabilité du clan Pangmel. Il y avait lieu de crier victoire, Aaron avait vu juste au moment où il avait subitement pris la décision de ne pas délaisser ce bougre sans avoir au préalable tenter de le prendre sous son aile. Il lui serait surement utile, à tous le moins un moment et... il pourrait le presser comme un citron, c'est à ça que servaient les gens comme lui: les débauchés, les marginaux et les faibles. A tous le moins dans la conception de l'existence par Aaron Pangmel...

~ Et puis bon, quand bien même je pourrais en venir à vraiment l'utiliser, s'il accepte ce que je vais lui proposer, ce sera in fine aussi un moyen de l'aider. Je prends, mais je donne également. On pourrait finir par devenir vraiment ami... ~

A cette pensée, Aaron ne put retenir un très léger et discret sourire à l'adresse de son interlocuteur. Il se produisait parfois des choses surprenantes dans l'existence. Lorsque le débauché acheva sa prise de parole par une question toute rhétorique, Aaron se décida quant à lui à lever le voile sur la nature de son offre. Ceci-dit, avec deux questions en guise d'introduction. Ses pupilles braquées sur l'autre, le châtain formula son énoncé comme suit:

- Qui êtes vous au juste Sir? Avez-vous un travail? Il se trouve que je me rends sur le chemin de traverse pour affaires, cela m'arrive fréquemment et cette activité me prend de plus en plus de temps, ce qui n'est guère pour m'arranger. Accepteriez-vous, contre paiement, de vous adonner aux tâches en question pour me soulager? Il s'agit la plupart du temps de livraison de potions magiques ici et là, des solutions assez rares, d'une grande valeur...

Pangmel junior avait vraisemblablement mis la main sur ce qu'il cherchait depuis longtemps déjà. Un tiers à qui confier une partie des mangicances que son propre paternel lui demandait d'accomplir pour l'aider. Rien de bien méchant la pupart du temps, de la contrebande pour l'essentiel... Le fait était néanmoins que pincé, Aaron Pangmel, cadre modèle du Ministère, avait beaucoup à perdre. Qu'avait à perdre l'inconnu de ce bar, débraillé, semblant n'avoir ni présent ni avenir?

D'un mouvement très contrôlé de son bras droit, Aaron plongea une main dans sa poche pour en ressortir une bourse de galions, qu'il abandonna au final sur la table, devant le marginal.


- Ce serait pour la commission d'aujourd'hui. 120 Galions d'or pour payer la livraison que vous allez chercher, et le solde de cette bourse, soit 13 galions, vous revient, à condition que vous livriez le chaudron et sa mixture à 255 Brighton Beach. Vous trouverez mon intermédiaire commercial au 191 A Chemin de Traverse. Pour peu que vous agissiez à ma satisfaction, je vous confierais à l'avenir volontiers de nouvelles tâches de ce type, et pourquoi pas d'autres encore...

En communiquant les détails, Aaron avait imperceptiblement commencer à réduire l'intensité de sa voix, un vieux truc de langue-de-plomb pour éviter d'attirer l'attention. Si c'était réalisé avec maestria comme à l'instant, le tiers interlocuteur ne remarquait pas la manoeuvre.

Excité à l'idée de prendre connaissance de la réponse de l'inconnu, qui n'en serait d'ailleurs peut-être bientôt plus un, Aaron fixait son homme, posément, laissant deviner son empressement par l'expression de son regard. Qu'allait-il lui répondre?

_________________

Not erkennt kein Gebot, und so besteht es zu Rechte.
Revenir en haut Aller en bas
Asmodeus B. Way
SANS TRAVAIL FIXE.



MessageSujet: Re: Coup de pouce entre parents [TERMINE] Dim 26 Aoû - 14:56



    -"Il se pense au dessus de toi, il pense valoir mieux que toi..il à certainement pas tords." Si il a tord, parce que je ne supporte pas que l'on m'adresse ce genre de regard si peu emplis de respect et de considérations. Et voila qu'il me souris. Je serre le poing en priant pour lui que son offre soit un tant soit peu intéressante car dans le cas contraire adieu les politesses et bonjour mon poing dans ta gueule. Ma nuque se raidis, la patience n'est pas la plus grande de mes qualités.

    Aaron - Qui êtes vous au juste Sir? Avez-vous un travail? Il se trouve que je me rends sur le chemin de traverse pour affaires, cela m'arrive fréquemment et cette activité me prend de plus en plus de temps, ce qui n'est guère pour m'arranger. Accepteriez-vous, contre paiement, de vous adonner aux tâches en question pour me soulager? Il s'agit la plupart du temps de livraison de potions magiques ici et là, des solutions assez rares, d'une grande valeur...

    Je connais d'autres façon de le soulager moi ! -"Pevers." Je rigole pour moi même de manière totalement inappropriée avant de reprendre rapidement mon sérieux. Il pourrait croire que je ris à ce qu'il dis et non aux pensées salaces qui me passent par la tête. Je tire une bouffée sur ma cigarette et hoche lentement la tête alors qu’il reprends déjà la parole. J'aime assez bien le bruit de la bourse qu'il dépose devant moi. Je ne suis pas spécialement attiré par l'argent mais en avoir un peu, plus que pas du tout, c'est une idée plutôt plaisante.

    Aaron - Ce serait pour la commission d'aujourd'hui. 120 Galions d'or pour payer la livraison que vous allez chercher, et le solde de cette bourse, soit 13 galions, vous revient, à condition que vous livriez le chaudron et sa mixture à 255 Brighton Beach. Vous trouverez mon intermédiaire commercial au 191 A Chemin de Traverse. Pour peu que vous agissiez à ma satisfaction, je vous confierais à l'avenir volontiers de nouvelles tâches de ce type, et pourquoi pas d'autres encore...

    Je secoue la tête. -" Il te tends un piège. personne peut vouloir te confier des responsabilités." Je secoue la tête plus vigoureusement encore et fait signe au barman de me remettre un whisky dont je vide une large gorgée dès qu'il est posé sur la table. Je veux que l'inconnu aie bien conscience de ma dépravation, si je ne lui montre pas que je suis une merde, il me le reprochera plus tard. Chaque chose en son temps. Je relève la tête vers lui et entame de lui répondre.

    Asmodeus - Qui je suis? Par cela vous attendez mon nom? La personne que je veux montrer? Ou ce qui fait ma personnalité intrinsèque? Si je fais pour vous l'effort de la politesse, je vous demanderai en échange de faire pour moi l'effort de la précision.

    Je lui souris. Voila qui est dis ! Lorsque l'on à l'esprit tordus comme le miens, il ne faut pas me laisser de possibilité de partir dans mes élucubrations. Une phrase ne veut dire que ce qu’elle cache.

    Asmodeus - Je n'ai pas de travail. Cette question clairement posée mérite une réponse clairement énoncée...Votre propositions semble relativement intéressante mais j'y flaire quelque chose d'illégale. Ai-je réellement envie de prendre de tel risques? Ou pire encore, n'êtes vous pas la pour me piéger?

    Je penche la tête sur le coté et plonge mon regard dans celui de l'inconnu. Je le détail, le jauge. Ses traits, sa façon de se tenir. Il ne me fait pas peur mais il ne m'inspire pas forcément confiance non plus. -"Personne t'inspire confiance." Un bouffée de cigarette, une gorgée de whisky.

    Asmodeus - Si je me dois de faire mes preuves, vous le devez aussi. La confiance doit s'établir des deux cotés. Je prendrai 15 galions pas 13. Je veux toujours savoir ce que je transporte et pas d'entourloupes surtout. Au moindre plan foireux, je me casse.

    Je relève brusquement le menton. Hors de question que je lui donne mon nom comme ça sans qu'il ai dis le sien avant. Je ne suis même pas convaincu qu'il soit sage que nous en sachions trop l'un sur l'autre à ce stade. -" Tu vas te foutre dans la merde. Il va te dénoncer à la BIM ou te faire enfermer." Ouais, peut être mais il faut savoir prendre des risques dans la vie et j'en ai marre d'attendre simplement de la voir passée.


_________________


MAGIC TRICKS ARE
SO OVERATED

"Some men aren't looking for anything logical, like money. They can't be bought, bullied, reasoned, or negotiated with. Some men just want to watch the world burn. "
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Pangmel
LANGUE DE PLOMB.



MessageSujet: Re: Coup de pouce entre parents [TERMINE] Lun 27 Aoû - 14:02

La langue-de-plomb écouta attentivement le discours du marginal, non sans s'en amuser. L'autre devait vraiment être fou. Cela dit, à présent qu'Aaron avait lâché le morceau sur ses petites affaires, il se devait de tester son homme jusqu'au bout, avec tous les risques que cela pouvait comporter. 15 gallions d'or? Il avait du toupet.

L'air faussement exaspéré, Pangmel réintroduisit la main droite dans son vêtement et en retira quelques pièces scintillantes, qui finirent sur la table, droit en face du tatoué.


- La confiance doit s'établir des deux côtés, hein? Oui, vous avez raison. Votre salaire vient de passer à 20 gallions.

L'offre à présent était réellement d'une extrême générosité. Cela dit, l'employé du Ministère n'avait pas encore répondu à toutes les attentes de l'inconnu, sans quoi, celui-ci lui aurait dit qui il était.

- Pour ma part, je suis Aaron Pangmel. C'est tout ce qu'il y a à savoir à mon propos. Relativement à ce que vous transporterez, il n'y aura surement pas de problème... Il s'agit le plus souvent de potions que le Ministère n'apprécie pas trop, mais je doute qu'on vous prenne un jour et quand bien même, les peines encourues sont dérisoires... Vous ne risquez rien.

L'autre semblait encore un brin hésiter, la confiance n'était pas encore parfaitement instaurée.

- Si vous deviez néanmoins une fois avoir des problèmes, inutile de me livrer. Je nierai tout et on me croira, faites moi confiance. Vous êtes ma mule, et en échange, je prends soin de vous financièrement. Vous serez toujours aviser des risques. Et les risques cet après-midi sont proches de zéro.

Aaron se redressa, lança un nouveau regard incisif à son interlocuteur, puis quitta son séant, avec l'intention véritable de mettre les voiles à présent.

- Il est temps pour moi de vous laisser... Mais au préalable, je vais préciser ma première interrogation. Sous quels noms vous faites vous connaître, Sir? Il faudra bien vous résoudre à me le révéler, si vous souhaiter que nous entretenions des rapports durables...

Pangmel junior avait à peine conclu qu'un coup de tonnerre phénomnal retentit à l'extérieur, les précipitations reprenant de plus belles. Morose, abandonant un léger soupir, Aaron s'apprêtait à tourner les talons.

_________________

Not erkennt kein Gebot, und so besteht es zu Rechte.
Revenir en haut Aller en bas
Asmodeus B. Way
SANS TRAVAIL FIXE.



MessageSujet: Re: Coup de pouce entre parents [TERMINE] Dim 2 Sep - 14:33



    Un large sourire se dessine sur mes lèvres alors que je vois l'homme mener la main dans l'intérieur de sa veste. Quinze galions! Je me demande bien ce que je vais faire avec mais très certainement avant tout les fourrés sous le nez de Caly histoire de lui prouver que je suis tout de même capable de faire quelques chose de bon ! Mais de la à lui révéler la source de mes revenus, ce en serait pas une bonne idée. Je penche plutôt pour lui affirmer que j'ai sucer des queues dans les toilettes du métro. Je ricane pour moi même. Ça le rendrait fou! -"Et s'il sort sa baguette pour te trucider?". Je n'ai pas le temps d'en douter que les cliquetis des pièces retentis contre la table. Mon sourire s'élargit plus écore.

    Aaron - La confiance doit s'établir des deux côtés, hein? Oui, vous avez raison. Votre salaire vient de passer à 20 gallions.

    20!!! Je manque de m'étouffer dans ma bière et me jette avec avidité sur les pièces que je fourre dans ma poche. C'est décidé ! Ce type me plait! -" Tout les gens dont tu peux tirer profit te plaisent." Et alors? Je le fixe dans les yeux, un regard remplis d’intérêt cette fois ! Le premier que je lui adresse de la sorte. Il m'intrigue et c'est bon pour lui ça ! -"Ou pas". Ça reste à voir, seul l'avenir nous le dira.

    Aaron - Pour ma part, je suis Aaron Pangmel. C'est tout ce qu'il y a à savoir à mon propos. Relativement à ce que vous transporterez, il n'y aura surement pas de problème... Il s'agit le plus souvent de potions que le Ministère n'apprécie pas trop, mais je doute qu'on vous prenne un jour et quand bien même, les peines encourues sont dérisoires... Vous ne risquez rien

    Je me contente de hocher la tête. Dire que je ne risque rien c'est bien ne pas me connaître. J'ai l'étrange impression que je vais réserver bien des surprises à celui que je peux désormais nommer Aaron.

    Aaron - Si vous deviez néanmoins une fois avoir des problèmes, inutile de me livrer. Je nierai tout et on me croira, faites moi confiance. Vous êtes ma mule, et en échange, je prends soin de vous financièrement. Vous serez toujours aviser des risques. Et les risques cet après-midi sont proches de zéro.

    Je suis sa pute? Son chien? Ca peut me plaire mais il faudrait qu'il ajoute un peu de piment à tout ça! -" Je crois pas qu'il puisse un jour vouloir de ton cul." Qui sais? Je souris. La perversion se lit très certainement sur mes traits mais je garde le silence sur toutes les idées salaces qui me passent par la tête. J'en oublierais presque sa menace à laquelle je m'empresse donc de répondre.

    Asmodeus - Si vous affirmez qu'on vous croirais c'est que d'une certaine facon vous avez du pouvoir ! Alors dans le cas ou on me choperais, je tairai votre nom mais j'espère bien de l'aide de votre part en retour. Tout n'est qu'une question d'échange entre nous et sachez que j'ai beaucoup de mal avec les gens qui se pensent au dessus de moi. Ce n'est pas une menace mais pour le bien être de notre collaboration, je préfère vous en tenir informé."

    Je vide mon verre et continue de lui sourire. J'ai bien l'intention de faire quelques petites recherches sur ce Aaron Pangmel ! Les idées en tout genre se bousculent dans ma tête mais j'affiche l'air le plus calme et posé dont je suis capable.

    Aaron - Il est temps pour moi de vous laisser... Mais au préalable, je vais préciser ma première interrogation. Sous quels noms vous faites vous connaître, Sir? Il faudra bien vous résoudre à me le révéler, si vous souhaiter que nous entretenions des rapports durables...

    Bien ! Un nouveau bon point pour lui ! Voila qu'il clarifie sa questions sans rechigner. Je n'ai pas vraiment envie de lui donner mon nom mais il a raison c'est une étape nécessaire et puisque que je tiens moi même à préserver l'égalité, je me dois de lui répondre. Je lui tends donc la main pour sceller nos présentations tout comme le pacte professionnel qui dès à présent nous lie l'un à l'autre.

    Asmodeus - Asmodeus Way. Et si vous voulez me retrouver ne misez surtout pas sur l'idée de vous pointer chez moi ! Je vis avec un Auror et il à des tendances à foutre son nez partout. Une vraie fouille merde.

    A peine je pense à Caly que l'envie de baiser m'assaille aussitôt. Je secoue la tête et pose la main sur le colis que j'ai à transporter. Je dois garder les idées claires et mener à bien ce projet.



_________________


MAGIC TRICKS ARE
SO OVERATED

"Some men aren't looking for anything logical, like money. They can't be bought, bullied, reasoned, or negotiated with. Some men just want to watch the world burn. "
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Pangmel
LANGUE DE PLOMB.



MessageSujet: Re: Coup de pouce entre parents [TERMINE] Lun 3 Sep - 18:48

Un changement radical s'était produit dans le rapport que les deux hommes entretenaient l'un à l'autre, depuis quelques secondes déjà... Après avoir réhaussé son offre et révélé son identité, il semblait qu'Aaron était parvenu à tirer à lui une ébauche de confiance de la part de son interlocuteur. L'incident à l'origine de la rencontre des deux sorciers n'avait donc pas été vain, et les choses semblaient profiter à l'héritier Pangmel, qui voyait déjà les activités illicites de son patriarche prendre avec le temps une ampleur toute nouvelle. Nul doute que la langue-de-plomb saurait instiguer son père de telle sorte qu'il accepte de renforcer ses relations d'affaires les plus crasses, ce qui in fine profiterait à la famille, et bien sûr, aux mules, pour peu qu'elles ne se fassent pas prendre.

A présent, Aaron comptait quitter le Chaudron Baveur pour rallier son domicile, où quelques autres affaires ne manqueraient pas de lui accaparer l'esprit. Cela dit, il attendait toujours que le marginal daigne à son tour lui révéler son identité...

Le regard absent, la langue-de-plomb profita des quelques instants entre la première et la seconde intervention de l'autre pour se remémorer ses derniers dires. Il était question entre eux d'un strict rapport d'échange, et de la dangerosité qu'il pouvait y avoir pour Pangmel de prendre de la hauteur vis-à-vis de son nouvel employé.


~... Si tu ne me déçois pas, je garderai mes airs supérieurs pour moi. Mais avise-toi de ne pas te montrer durablement à la hauteur, et je me charge de toi, de manière à ce que mes apparences de supériorité ne soient plus seulement des semblants, mais des faits. ~

A peine cette réflexion faite, le type lui tend la main, en déclinant enfin son identité. Asmodeus Way. Sympathique sobriquet. D'un geste élégant, la langue-de-plomb tend son bras en retour dans la direction du garçon, un sourire en coin. Aaron ne sait que trop bien ce qu'un tel geste, loin d'être annodin, implique pour des sorciers. Derrière les manières, de la vieille magie. Asmodeus et Aaron, par leur échange, venaient de se lier en profondeur, ce que le Pangmel ne savait que trop bien, employé du département des Mystères qu'il était, il avait à de nombreuses reprises déjà analysé les implications de ces formes les plus primitives de la magie. Nul doute qu'un écart de comportement de l'un ou de l'autre aurait des incidences décisives.

Lâchant un soupir suite à la dernière expression de Way, un brin trash et peu orthodoxe, le châtain peut enfin se permettre d'abandonner son nouveau collaborateur.


- Vous aurez bientôt de mes nouvelles, Way. Merci pour le verre. Bonne chance.

Et le jeune homme s'en alla, libéré d'une tâche désagréable à accomplir, regagnant les rues inondées de Londres, curieux de savoir ce que lui réservait sa rencontre d'aujourd'hui avec le marginal.

_________________

Not erkennt kein Gebot, und so besteht es zu Rechte.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Coup de pouce entre parents [TERMINE]

Revenir en haut Aller en bas

Coup de pouce entre parents [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Dingbats...
» Coup de pouce du Québec au Gouv. Alexis .
» un coup de pouce ?
» Besoin d'un coup de pouce?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: L'univers de King's Cross. :: Vox Populi. :: (saison1) RPs.-