Partagez|

Emìr Jawhari.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Emìr Jawhari
GERANT DU SOUK DE KDHIM.



MessageSujet: Emìr Jawhari. Mar 10 Juil - 16:29


EMÌR, AALI JAWHARI.
« Chaque homme, pour peu qu'il soit disert et qu'il aime les femmes, porte en lui ses mille et une nuits. »















◢ âge : 26 ans.
◢ date et lieu de naissance : Il est né le 6 juin 1986, à Londres, au sein d'une famille immigrée du Pakistan.
◢ état civil : Emìr est célibataire. D'étranges rumeurs fusent à son sujet car on le voit très peu au bras d'une femme. Certains le pensent Gay, d'autres diront qu'il est beaucoup trop timide pour se lancer. En réalité, il suit les désirs de ses parents. On lui a connu quelques copines, des potentielles fiancées, mais à chaque fois, Emìr a fini par rompre. C'est souvent source de conflit au sein de sa famille, d'autant plus parce que c'est l'aîné. Emìr n'est pas du tout attiré par les femmes de son pays, et de sa religion. Il se sent occidental, mais l'amour qu'il a pour sa famille, mais surtout pour son père, lui rende la vie pas facile.
◢ numéro de coffre Gringott's : 6842596.
◢ signe(s) particulier(s): Ses oreilles sont légèrement décollés. Ce n'est pas flagrant, mais quand on le sait, on le voit. Il est très typé, et il en possède toutes les caractéristiques.
◢ baguette magique : Faites en bois de Noyer noir, cette dernière est à l'image de son bois de fabrication. Sombre, fin, et extrêmement bien travaillé, Ollivander's, une fois qu'elle l'eut choisi, inscrivit, grâce à l'aide de son père, les initiales d'Emìr, en arabe.
◢ familier : Il a deux chats. Un blanc immaculé avec un soleil de dessiné sur son pelage du nom de : Sun, et un noir corbeau avec une lune de dessiné entre ses deux yeux ambrés répondant au nom de : Midnight.
◢ poudlard : Ce fut à Serpentard qu'il atterrie malgré une forte hésitation avec Serdaigle. Mais l'ambition et la noblesse d'Emìr eurent raison du choix du Choixpeau.
◢ profession : Guérisseur à Ste Mangouste, au service des Urgences.
◢ effets personnels: Il a un tapis volant qu'il n'utilise que très peu, voir jamais en raison de l'interdiction en vigueur en Angleterre.

CURRICULUM VITAE
« Le parfum de mille roses ne plaît qu'un instant ; mais la douleur que cause une seule de leurs épines dure longtemps après la piqûre. »


Ϟ Ma famille, mes parents: La Famille Jawhari est l'une des familles Pakistanaises qui a migré en Angleterre au début des années 60, le siècle dernier. Tourné complètement vers l'islam à cause d'un père plus que pratiquant, la famille Jawhari en souffre beaucoup. C'est, en effet, une source continuelle de conflit en tout genre. Surtout en vivant en Occident. Leur père, Isam, est du genre vieille école. Pas extrémiste, mais d'un point de vue extérieur, on pourrait penser tout comme. Sa femme, Ayesha, en a souffert, et en souffre encore de temps en temps, mais ce n'est rien contrairement à ses enfants qui ont grandit en Occident. C'est d'ailleurs l'une des principales sources de conflit, qui font qu'ils soient si différents du reste de leur famille. Ils respectent leur religion, suivent cette dernière par amour pour leur père, mais ils n'y croient pas aussi férocement que ce dernier. Pour eux, Poudlard fut clairement une libération. Emìr le vit mal, ce qui le rend complètement fermé sur lui même, l'empêchant de s'ouvrir aux restes du monde. Tariq, lui, ne parle plus du tout à son père, et ne va les voir que lorsque sa mère l'invite lors de fêtes, ou autres. Quand à Leyla, elle est constamment entrain de se disputer avec son père. Entrant en septième année à Poudlard, elle est sûrement celle qui se bat le plus pour faire avancer les moeurs au sein de sa famille. Mais elle est loin du compte...

Isam Jawhari est un sorcier pakistanais, extrêmement croyant. Pour lui, si la magie est chez eux, c'est grâce à Allah qui souhaite les voir comme ses armes sur terre qui n'hésitera pas à faire appel à eux lorsque ce dernier leur fera savoir d'une quelconque façon. Il possède une petite boutique d'artefacts en tout genre provenant d'Orient, dans une petite ruelle du Chemin de Traverse, appelée l'Alakazam. Il aime sa famille par dessus tout, mais il ne sait pas comment le montrer. Ses croyances le freinent énormément dans ses relations sociales. Pourtant c'est un type génial. On le voit beaucoup comme un type qui ne se mélange pas aux autres, préférant ceux de sa race.

Ayesha, c'est la mère, et l'épouse d'Isam. Elle aime ce dernier par dessus tout, malgré la douleur mentale qu'il ait pu lui infliger au cours de ses disputes, surtout lorsqu'Isam n'avait aucune confiance en lui. Ayesha est une épouse aimante et une mère poule. Cachée derrière un voile, on ne la voit jamais coiffé autrement. De somptueux yeux verts, elle est d'une rare beauté, même encore maintenant. Elle ne travaille pas, mais n'hésite pas à aider son mari à la boutique lorsqu'il a besoin d'un coup de main. C'est une excellente mère au foyer, et elle a acquis la confiance de ses enfants en un rien de temps lors de leur adolescence. Elle les protégerait de tout, y compris de leur père, au prix de sa vie.

Emìr, c'est le fils aîné. cf. la fiche.

Tariq a trois ans de moins qu'Emìr. Il est, quelque part, ce qu'Emìr aurait aimé avoir l'audace de faire. Ils s'aiment d'un véritable amour, mais tout comme sa relation avec son père, Tariq n'arrive pas à entretenir une relation fraternelle avec Emìr qu'il juge trop lâche. Ils peuvent compter l'un sur l'autre, c'est certain, mais Tariq ne le voit plus, à l'exception des fêtes et des repas où il est convié par sa mère de temps en temps. C'est un artiste. Il touche à tout. Peinture, Photographie, acteur, modèle (il a hérité des yeux de sa mère, ça fait sensation auprès de la gente féminine), bref, il fait tout ce que sa religion trouve limite. Autant sentimentalement que professionnellement.
feat. Atesh Salih.

Leyla est la plus jeune, et sûrement la plus furieuse du trio. Déterminée, profonde et sensible, c'est une jeune et jolie fleur d'Asie. Étudiante à Poudlard dans la maison Gryffondor, Leyla en fait voir des vertes et des pas mûrs à son père. Le problème, c'est qu'elle a tout le soutient de sa mère, ce qui énerve encore plus ce dernier. Ses frères sont également très protecteurs envers elle, et c'est la seule qui voit quotidiennement Tariq. Elle a les yeux verts également.
feat. Bipasha Basu.


Ϟ Mon premier mot :
« Je suis là, entre deux feux, sans réellement quoi faire. » Choisir, ça a toujours été quelque chose d'effrayant pour Emìr. Son choix aurait des conséquences sur sa propre vie et celle des siens qu'il ne souhaiterait pas voir pour rien au monde. A cause de cela, Emìr s'est vu devenir quelqu'un de lâche, de couard, de fuyard. Ne jamais affronter un obstacle, préférant se soumettre, pour mieux gérer la chose. Tel un martyr, il préfère endurer la douleur, qu'affronter son Dieu. Son Dieu, le Père.

Depuis tout petit, il a peur de dire oui, de dire non. Ses copains étaient libres, lui n'en avait que l'apparence. Ses copains le jugèrent de nombreuses fois à cause de ce que les gens de sa race, de sa religion, des extrémistes, purent infliger au monde, même si cela touchait le côté moldu, car cela ne pouvait que signifier qu'une chose : Que côté sorcier, il y aurait des répercussions du même ordre, la magie en plus. C'était sans compter les paroles de son père qui, malgré sa volonté d'être un bon musulman, allait, sans réellement le vouloir, appuyer les actions de ces derniers.

Une mère dans le silence, évitant tout de même de tomber dans la culture femme-objet, comme elle appelle ça, un frère qui, depuis son plus jeune âge, se rebelle, affronte un père convaincu depuis toujours, et une petite sœur féministe au point de pousser dans la provoque, rejoignant son frère, Tariq, au risque aussi, d'être reniée.

Les choix, les pensées, les rêves, les cauchemars d'Emìr ont fait de lui un homme effrayant, horrible, et mysanthrope. Pourtant, son don dans la médecine montre bien qu'au fond, c'est quelqu'un de bon, d'altruiste. Mais sa noblesse, son arrogance, et sa couardise font de lui, ce que les gens détestent au premier abords. On ne lui parle que très peu, en dehors du boulot, et il n'a que très peu d'amis.

S'enfermant à son tour dans le cercle infernal, sans que lui n'y trouve un certain plaisir, Emìr en devient, sans réellement s'en rendre compte, un homme que son père aime par dessus tout. L'amour que ce dernier lui apporte, l'empêche d'avancer, de faire ses propres choix de peur de le blesser, surtout lorsque l'on voit les conflits qui règnent entre le reste de sa fratrie et son paternel. Il est piégé, il est malheureux.

En d'autres termes, Emìr n'a jamais eu de premiers mots. Sa prise de position l'effraie énormément.


Ϟ A Poudlard...
Poudlard fut, dans un sens, libérateur pour le jeune Emìr. Envoyé à Serpentard sans une once d'hésitation, Emìr a toujours été quelqu'un de profondément noble. Noble, au point d'être la vertue la plus proche de celle qui le reliait à Salazar Serpentard. Son arrogance étant une arme puissante, qu'il n'utilisait que sous le couvert du silence, Emìr ne sait pas fait beaucoup d'amis à Poudlard. Y compris dans sa propre maison. Pourtant, cela ne l'a pas empêché d'être nommé Préfet et Préfet-en-Chef pour sa maison. Son sens du devoir, sa façon de voir les choses, ses priorités (bien que futile) lui permirent d'aborder son entrée dans l'âge adulte avec plus de facilité qu'on aurait pu lui espérer étant donné son conflit interne.

Emìr n'a eut que très peu de petites amies. Pourtant, sa première fois fut à Poudlard, et ce fut avec une blanche. Son amour fut tellement violent, qu'il n'a osé le continuer de peur que son propre père ne s'en rende compte. Il a toujours été attiré par les filles de son pays adoptif. Elles symbolisent à ces yeux la liberté, mais il se voile l'âme en se disant qu'elles sont le mal par amour pour son père.

Depuis ses seize ans, il subit ainsi les filles que ses parents lui mettent dans les pattes dans le but de les marier (une autre forme de mariage forcée, en d'autres termes). Mais cela n'a jamais fonctionné, malgré toute la bonne volonté qu'il y ait mit. Elles ne l'intéressent pas. Elles ne représentent pas à ses yeux la liberté qu'il espère un jour à voir. La possibilité pour lui de faire un choix, de dire ses premiers mots.


Ϟ Mon Epouvantard et mon Patronus...
Son épouvantard n'est autre que lui, vêtu d'une longue et fine toge de lin, d'un blanc immaculé, presque brillante. Son regard est empli d'une faible lueur de paix intérieur, et d'étranges écritures arabes parcourent, semble-t-il, l'intégralité de son corps. Il sait ce qu'il représente, et il n'a jamais su l'affronter. Auparavant, il s'agissait d'une cage. Mais il a changé au cours de son passage à l'âge adulte.

Quand à son patronus, il a la forme la plus connu des djinns, dans la religion arabe. Il s'agit, en effet, d'un serpent. Une espèce de Python. C'est en effet quelque chose de troublant pour sa propre personne.


Ϟ Ma Pensine :
Ϟ : Sa première fois.

Elle était jolie, elle était grande, élancée, d'une rare beauté, et d'une intelligence séduisante. Elle avait ce clin d'œil coquin, son sourire charmeur et son souffle était captivant. Emìr n'avait d'yeux que pour elle. Cela faisait déjà quelques mois que les deux jeunes adolescents se tournaient autours, comme le font deux papillons avant de s'amouracher l'un de l'autre. Leurs regards ne cessaient de se croiser, sans qu'ils ne fassent réellement un geste distinct pour entamer leur relation. Amis depuis leur première année, ils ne se sont rendus compte de tout cela, que bien longtemps après, lorsque les hormones et la chimie de l'amour se mettent en place.

C'est ainsi qu'un jour, un premier geste vint, de la part d'Emìr sans même que ce dernier ne s'en rende compte, ne l'exécute avec son âme et conscience. Leurs mains s'éffleurèrent, et tout s'enchaîna rapidement. Pour Emìr, ce moment fut parfait, comme pour toute première fois. Tout du moins, lorsque l'on en a la choix. Rien n'était programmé, rien n'était envisagé, tout n'était qu'instinctif, leur permettant ainsi de prendre tout le plaisir possible de ce lien si fort, et de toute cette énergie qui semblait tout à coup les animer.

Pour Emìr, cette jeune fille, peut-être même sa seule amie fille, représente énormément, voir même plus qu'il ne le pense. Pourtant, avec le temps, et avec son amour pour son père, il y mit fin, pour se refermer entièrement sur lui-même, préférant mettre de son côté ses goûts, ses envies et ses passions afin de ne plus offenser son père, bien que ce dernier n'en fut jamais mis au courant.


Ϟ : Inchallah.

« Tu es si lâche, ça me dégoute d’être ton frère. » La main d’Emìr heurta la joue de Tariq avec force, tant est si bien qu’il en tomba à terre.

Emìr posa son regard sur son frère, une haine d’une rare intensité sur son visage. Tariq le regardait fixement, la main sur sa joue où déjà une belle marque rouge se faisait voir.

« Tu ne comprends donc pas, mon frère ? Tu ne comprends donc toujours pas ? »
« Excuse-moi, Emìr… Excuse-moi… » Implora Tariq, blessé au plus profond de son être. Emìr s’agenouilla vers son frère, tandis que la haine laissait place à une tristesse profondément douloureuse. Les propos de Tariq avaient percé le cœur d’Emìr avec une précision quasi-chirurgicale car là, était tout le problème de ce dernier avec son père, sa mère, ses envies, bref, tout ce qui entrait dans son conflit intérieur. Tariq n’aurait jamais dû dire ça. D’une, parce qu’il devait le respect à son grand frère, et de deux, car Emìr, contrairement à son père, ne lui voulait aucun mal. Emìr, c’était juste celui qui tentait vainement de concilier la famille, quitte à s’oublier, agissant par amour, d’un amour incroyablement pur.

Emìr leva doucement la main de son frère sur sa joue, posant son regard noir sur la marque qu’il venait d’infliger à son cadet. Ses yeux se remplirent de larmes, avant de relever le regard vers les yeux de son frère.

« C’est… C’est partit tout seul. »
« Je suis désolé, tu… Ne t’en veux pas, tu t’en veux déjà trop pour des choses qui ne te concernent pas directement. »
« Tu es ma famille, tu me concernes. Je ne suis pas Papa. »
« Alors arrête de t’oublier pour lui. Arrête de boire ses paroles comme si il prêchait les mots d’Allah. Il n’est rien sinon un homme qui n’a toujours pas compris les textes sacrés. Il a peur du changement, il a peur. Il ne comprend pas. Il ne comprend rien… Il n‘est pas de notre monde, il est des temps anciens, là où la femme se soumettait, là où le père de famille avait droit de vie ou de mort sur sa famille… Il a besoin tout autant que toi d‘ouvrir les yeux. »

Une perle de diamant roula le long de sa peau dorée. Tariq vint la cueillir de sa main si assuré, avant de reprendre :

« Tu n’es pas à pleurer. Tout va s’arranger, il te faut juste cesser de vivre dans son monde à lui… Vis ta vie. »

Un long silence fit place entre les deux frères. Tariq n’osait bouger, attendant une quelconque réaction de son frère, qui se murait, comme à chaque fois que la conversation tournée vers lui. Après quelques minutes qui parurent des heures, Emìr se redressa, donnant son bras à son frère cadet pour l’aider à se relever.

« Je… Je vais y réfléchir. Mais par pitié, laisse-moi du temps. »

Tariq sentit comme une joie l’envahir. Ces mots n’avaient jamais franchit les lèvres de son grand frère. C’était une première. Et malgré sa lâcheté, sa fuite constante de lui-même, lorsqu’il parlait, il agissait. Emìr s’essuya les yeux d’une main, et Tariq l’embrassa sur la joue, avant de le serrer contre lui, murmurant :

« Inchallah. »


Ϟ Mes Epic Wins : Joker !
Ϟ Mes Epic Fails : Pour lui, chaque moment de sa vie est un échec. Il ne sait pas comment agir sans pour autant blesser sa famille. Quoiqu'il arrive, ce qu'il pourrait faire en blessera obligatoirement un. Et pour lui, choisir, c'est horrible.
Ϟ J'aime... Il aime énormément de choses, mais il ne le dit que rarement donnant ainsi l'impression de n'aimer rien du tout, alors qu'en faites...
Ϟ Je Déteste... Le doute, Choisir, la douleur.
Ϟ Il était une fois... Un calme et une curiosité particulière l'envahit. Il adore les comtes et les histoires car elles lui font perdre pieds avec la réalité, ce qu'il affectionne tout particulièrement.
Ϟ Le conte des trois frères? Pour lui, c'est une fabuleuse morale que certains devraient ne jamais oublier. Elle est plein de sens, mais surtout de bon sens. C'est peut-être l'une des histoires préférés d'Emìr.
Ϟ Que faisiez vous dans la nuit du 24 au 25 mai dernier? Il dormait.



◢ Et vous vous en pensez quoi? I love you
◢ Pseudo : Zero.
◢ Age : 22.
◢ Epic Wins / Epic Fails : What a Face
◢ Ce que vous pensez du forum : Twisted Evil
◢ Ce que vous aimeriez voir dans les évènements à venir sur King's Cross : sunny
◢ Autre chose ?







_________________



    « CHAQUE HOMME,
    POUR PEU QU'IL SOIT DISERT ET
    QU'IL AIME LES FEMMES,
    PORTE EN LUI SES MILLE ET UNE NUITS. »


Revenir en haut Aller en bas
Emìr Jawhari
GERANT DU SOUK DE KDHIM.



MessageSujet: Re: Emìr Jawhari. Jeu 19 Juil - 16:01

What a Face

_________________



    « CHAQUE HOMME,
    POUR PEU QU'IL SOIT DISERT ET
    QU'IL AIME LES FEMMES,
    PORTE EN LUI SES MILLE ET UNE NUITS. »


Revenir en haut Aller en bas
Rita Skeeter
CELEBRE JOURNALISTE.



MessageSujet: Re: Emìr Jawhari. Jeu 19 Juil - 18:22




ps: validé

_________________

COMPTE FONDATEUR. NE MP SOUS AUCUN PRETEXTE.
Vous renseignez pour contacter un membre du staff, ici.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Emìr Jawhari.

Revenir en haut Aller en bas

Emìr Jawhari.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: L'univers de King's Cross. :: Vox Populi. :: (saison1) Vieilles fiches.-