Partagez|

"Oh, Man !" - Ft. Siobhàn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kaprice Harlington
AGENT DE LA B.I.M.



MessageSujet: "Oh, Man !" - Ft. Siobhàn Mar 25 Sep - 12:19

Une soirée entre filles, par-fait. Juste Siobhàn et elle, encore plus parfait. Non qu'elle ait quelque chose contre Karly ou Yuki, enfin disons qu'elle n'aurait jamais pu parler de ce dont elle mourait de se confier à son amie devant l'une ou l'autre. Parce que la première prendrait toujours le parti de la seconde, comme cette fois-là, cette fameuse fois dont ils avaient reparlé avec Dak et la seconde … eh bien elle s'était fait parfaitement comprendre : Dakota était à elle, et aucune autre femme ne devait s'ne approcher, et surtout pas ses meilleures amies. C'était dans le code, Kaprice le savait bien, mais elle n'y pouvait rien. Il s'était réellement passé quelque chose entre le Mexicain et elle, et elle ne pouvait pas simplement faire une croix dessus en vertu d'un code que Yuki avait, de toutes les manières, allègrement brisé en partant sans lui dire pourquoi et en la laissant démunie au moment où elle avait le plus besoin d'elle. Bref, elle n'allait pas commencer. Ce qui en ressortait, c'était que Siobhàn était la seule à laquelle elle pouvait parler de ça. Karly était beaucoup trop proche de Yuki, Kaprice s'était sentie mise sur la touche après cette histoire de bébé, puis quand elles étaient parties faire le tour du monde ensemble et qu'elles avaient aménagé ensemble. Lasse d'avoir la seconde place, elle ne se battait plus pour regagner sa place dans le coeur de Karly. Et son chemin avait croisé Siob et... et tout allait bien depuis. Enfin, bien, façon de parler. Bref, il fallait qu'elle passe la soirée avec cette petite blonde soit disant innocente qui devait elle aussi avoir des choses à lui raconter, étant donné que la dernière fois qu'elle l'avait vue, elle l'avait laissée entre les bras d'un certain « psychopathe craquant » et qu'elle mourrait d'envie d'avoir les détails, même si ce sagouin n'avait pas été particulièrement charmant avec elle. Oh, il apprendrait en temps et heures que séduire une fille incluait également de séduire sa meilleure amie, en tout bien tout honneur, bien entendu.

Elle avait donc sortie une robe de circonstance, noire, courte mais pas trop avant de se rendre dans leur bar préféré. Elles avaient rendez-vous à 19heures précises, choix risqué étant donné que, selon la nature des confidences, elles risquaient de boire à outrance et que le ventre vide, les dégâts risquaient d'être rapides et irrémédiables. Mais elle n'avait aucune envie d'attendre, au pire, elles prendraient quelque chose à manger. Il fallait qu'elle vide son sac et il fallait que la jolie blonde vide le sien alors ce soir, messieurs, c'était Ladies' night. Elle passa au bar pour commander deux mojitos, elle n'avait pas l'intention d'attaquer calmement avant de les emmener un peu plus loin, à une table légèrement à l'écart. Pas question que quiconque se mêle de leur conversation. Et on ne savait jamais quelles oreilles traînaient. Même s'il ne s'agissait pas d'affaires d'état, on n'était jamais trop prudentes. Croisant les jambes, elle ébourrifa ses cheveux, s'attirant le regard d'une tablée de mâles non loin. Elle leur lança un sourire éblouissant avant de se lever pour accueillir son amie : Siob'! Elle l'étreignit en regardant la table derrière qui commençait à baver. Eh non, désolée messieurs, il n'y avait de place pour personne d'autre. Elle la poussa en douceur sur la banquette avant de se rasseoir, poussant son verre devant elle : Alors ! Raconte ! Et je veux tous les détails ! Elle attrapa sa propre boisson et la menaça de l'index de la main qui tenait le verre : Et ne me dis pas rien, ce jeune homme avait l'air bien trop pressé que je m'en aille pour qu'il ne se soit rien passé d'intéressant ! Elle but une longue gorgée : D'ailleurs, t'avais pas menti … il est vraiment craquant, la taquina-t-elle dans un clin d'oeil avant de pianoter sur la table, impatiente. Allez … ! Elles avaient toute la soirée, certes, mais elle n'avait pas envie d'attendre.

_________________

    After all that you put me through, you think I'd despise you, but in the end I wanna thank you, 'cause you've made me that much stronger. It makes me that much stronger, makes me work a little bit harder. It makes me that much wiser so thanks for making me a fighter. Made me learn a little bit faster, made my skin a little bit thicker, makes me that much smarter. So thanks for making me a fighter
Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Mc Gill Fhaolain
CHARMEUSE ... DE DRAGONS.



MessageSujet: Re: "Oh, Man !" - Ft. Siobhàn Dim 7 Oct - 12:43

En quittant l'appartement sinistré d'Emìr Jawhari, Siobhán Mc Gill Fhaolain avait pensé retrouver sa meilleure amie et coéquipière dans les bureau de la BIM. Leur chef l'informa que malheureusement, Kaprice avait déjà été dépêchée ailleurs et qu'elle, la charmeuse de dragon avait également du pain sur la planche avec Konstantine. Bref la journée avait été on ne pouvait plus mouvementée. Juste le temps d'attraper Kaprice entre deux tir en rafale par miroir à double sens, et notre écossaise avait dû garder tout ce qu'elle avait à raconter pour le soir, 19h, dans leur bar habituel.

Siobhán passa la porte du bar dans une robe bleu paon parfaitement coupée qui faisait un très joli rappel du bleu de ses yeux. Les cheveux détachés comme presque toujours (pourquoi aurait-on voulu dissimuler une si belle masse de boucles blondes?), elle avança avec assurance vers leur table habituelle. Ses styleto lui donnaient une allure folle qui ne laissait pas imaginer la même fille avec une armure digne des héros marvel - qui faisaient un tabac chez les moldus récemment (Siobhán le savait bien pour vivre tout près d'un village moldu) - en train de courrir après des dragons qui pesaient tous leur tonne si ce n'était plus. Une table de jeunes hommes affamés mais à l'allure irréprochable la siffla au passage, elle ne releva même pas. C'était toujours comme ça dans les bar. Elle, tout ce qui l'intéressait ce soir c'était Kaprice et son psychopathe craquant... à l'occasion il faudrait bien qu'elle lui trouve un autre surnom d'ailleurs.

Mais Kaprice ne se trouvait pas à "leur" table. Siobhán fronça les sourcils puis jeta un coup d'oeil à sa montre, puis à son miroir à double sens. C'est là qu'elle entendit sa meilleure amie l'interpeller.

Alors ! Raconte ! Et je veux tous les détails ! , Siobhán eut un large sourire. Il n'y avait rien au monde qu'elle aimait tant que l'enthousiasme de Kaprice pour chacune de ses histoires d'amour, quand bien même elles se terminaient toujours en fiasco. Bref. Et ne me dis pas rien, ce jeune homme avait l'air bien trop pressé que je m'en aille pour qu'il ne se soit rien passé d'intéressant !

Siobhán eut un sourire absolument charmant, machinalement elle prit son verre sans même regarder ce que Kaprice avait commandé et commença à raconter son histoire :

On s'est embrassé!!! C'était trop bien si tu savais comme il embrasse... di-vi-nement bien... c'était...., et notre écossaire de soupirer d'aise rien que d'y repenser Et là son père a débarqué..., l'art de la chute par Siobhán Mc Gill Fhaolain..., c'est ce moment-là que la blonde choisit pour sortir un livre de son sac. On la savait peu attirée par la lecture, aussi Kaprice ne pourrait que s'étonner de l'apparition d'un tel objet dans un tel lieu et dans une telle conversation... Siobhán porta son verre à ses lèvres... et manqua s'étouffer Du Mojito!!! On commence fort là, toi t'as un truc moisi et/ou énorme à me raconter où je ne m'y connais pas.

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas
Kaprice Harlington
AGENT DE LA B.I.M.



MessageSujet: Re: "Oh, Man !" - Ft. Siobhàn Lun 15 Oct - 18:39

On s'est embrassé!!! C'était trop bien si tu savais comme il embrasse... di-vi-nement bien... c'était... Un grand sourire et un soupir similaire s'échappa des lèvres de l'agent de la BIM, heureuse de voir son amie dans cet état. Finalement, ce psychopathe craquant était moins con que ce qu'elle avait cru : il avait su saisir sa chance avec elle, et c'était déjà énorme ! Plaçant son menton dans sa main en coupe, Kaprice triompha : Et bien, Miss Mc Gill Fhaolain, c'est une bonne nouvelle ! Tu n'avais pas menti en plus : il est vraiment craquant … de partout, ajouta-t-elle pour la taquiner, levant un sourcil malicieux. La vie sentimentale de Siobhàn était aussi catastrophique que la sienne, d'ordinaire, même si elle donnait plus dans le comique que dans le tragique, chacune son registre. Alors, pour une fois qu'elle jetait son dévolu sur un homme qui le lui rendait … non, non, Kaprice n'était pas en train de visualiser la robe de Siobhàn ainsi que la liste des couleurs qu'elle refuserait catégoriquement de porter pour sa propre tenue. Mais elle allait un peu vite en besogne, s'étouffant avec la gorgée de mojito qu'elle venait de prendre quand sa coéquipière lâcha : Et là son père a débarqué... Quoi ?! La présentation aux parents dès le premier baiser, enfin, techniquement, le second, au milieu d'un appartement dévasté, on avait fait mieux, quand même. Merde ! De quoi rafraîchir l'ambiance ! Et alors ? Il a dit quoi ? Et ... Elle tendit la main pour s'emparer du bouquin que son amie venait de sortir : ... c'est quoi ce truc ? Il veut te faire passer un examen pour avoir le droit d'embrasser son fils ? Pourquoi pas, après tout, y avait des tordus partout. Fronçant les sourcils, elle voulait éclaircir cette affaire qui semblait de plus en plus compliquée quand Siob s'étrangla avec sa boisson à son tour.

Lâchant l'ouvrage, elle leva son regard vers elle, interloquée, se transformant en un désolé quand elle déduisit toute seule : Du Mojito!!! On commence fort là, toi t'as un truc moisi et/ou énorme à me raconter où je ne m'y connais pas. Les deux en un ... laissa-t-elle échapper dans un soupir. Considérant les feuilles de menthe au fond de son verre et la possibilité de s'étouffer avec de façon brève, Kaprice haussa une épaule d'un air désinvolte, comme si ce qu'elle allait raconter n'avait pas la moindre importance alors que, depuis qu'elle était partie de cette pièce, les souvenirs s'y rattachant la brûlaient. Le plus sexy des boss m'a affectée à une mission en duo avec un Auror. Elle releva les yeux vers elle : C'est temporaire, hein, ne t'inquiète pas, et pas à plein temps, on bosse encore ensemble, c'est pas le souci ... Elle grimaça avant de lâcher : L'Auror est mexicain. De retour sur le sol anglais après quelques années d'absence … et toujours aussi craquant. Elle soupira, enfouissant son visage dans ses mains, et gémit : Le retour de Dakota ... Le plus mauvais film du siècle. Surtout vu la chute.

_________________

    After all that you put me through, you think I'd despise you, but in the end I wanna thank you, 'cause you've made me that much stronger. It makes me that much stronger, makes me work a little bit harder. It makes me that much wiser so thanks for making me a fighter. Made me learn a little bit faster, made my skin a little bit thicker, makes me that much smarter. So thanks for making me a fighter
Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Mc Gill Fhaolain
CHARMEUSE ... DE DRAGONS.



MessageSujet: Re: "Oh, Man !" - Ft. Siobhàn Dim 21 Oct - 20:02

Et bien, Miss Mc Gill Fhaolain, c'est une bonne nouvelle ! Tu n'avais pas menti en plus : il est vraiment craquant … de partout

Siobhán eut un fin sourire remplit de malice et de volupté. Rien que d'y repenser, la belle blonde en était complétement galvanisée. Son psychopathe craquant la mettait dans tous ses états et, autant en sa présence elle faisait de son mieux pour tout garder pour elle, autant si c'était sa meilleure amie qui lançait le sujet...

Holy Cun oui! Il est juste.... PAR-FAIT... de partout. Même si ça se fait pas de regarder mais... comment j'aurais pu faire pour ne pas regarder Kaprice ?!

Elle? Probablement rien à part rester figée comme une statue, l'air complètement subjuguée par la vue même si en vrai la vie l'avait plus tétanisée qu'autre chose. Siobhán était comme ça, une vraie fleur bleue, chardon d’Écosse plus délicat qu'il n'y paraissait. Elle se serait bien répandue en compliment plus ridicules les uns que les autres sur la plastique d'Emìr Jawhari mais elle allait épargner ça à Kaprice pour en venir directement au détail insolite de l'histoire.

Et là son père a débarqué...

La réaction ne se fit pas attendre...

Quoi ?! Merde ! De quoi rafraîchir l'ambiance ! Et alors ? Il a dit quoi ? Et ... c'est quoi ce truc ? Il veut te faire passer un examen pour avoir le droit d'embrasser son fils ?
Pff... Tu crois pas si bien dire, enfin je crois que mon cas est sans espoir. C'est le Coran ce... "truc". Son père l'a à moitié renié juste parce qu'il nous a surpris. T'aurais dû le voir il était... fou! Alors... Je m'étais dit qu'on pourrait regarder ensemble ce que je pourrais faire pour que M. Jawhari me déteste un petit peu moins. J'veux dire, je vais pas devenir musulmane hein mais... je pourrais faire des trucs de musulman et de ce que j'ai compris ce bouquin c'est comme une espèce de notice...

Comme la plupart des sorciers, Siobhán ne connaissait pas grand chose à la religion. Pourtant, elle n'avait aucune excuse. Les Mc Gill Fhaolain étaient pratiquants occasionnels, aimés de leur paroisse parce qu'ils étaient particulièrement généreux. L'Eglise d'Ecosse n'était pas aussi souple généralement mais le clan avait plus que largement démontré qu'il était de bonne foi à défaut d'être assidu.

Pour Siobhán la religion c'était donc surtout des fêtes sympas donc quelque part suivre les préceptes du Coran ça ne pouvait pas être si terrible que ça. Elle était consciente qu'il pouvait y avoir des trucs contraignant (les dimanches de messe par exemple...), mais elle pouvait bien faire ça pour Emìr...

Bref. Cette histoire de Coran était loin d'être terminée. Sirotant son mojito, notre écossaise attendait que Kaprice vide son sac à son tour. Quand Kaprice commençait aussi fort, c'était que quelque chose ne tournait pas rond dans son petit coeur d'amoureuse désappointée.

Le plus sexy des boss m'a affectée à une mission en duo avec un Auror. , l'expression choquée de Siobhán dû la trahir puisque la brune s'empressa de préciser : C'est temporaire, hein, ne t'inquiète pas, et pas à plein temps, on bosse encore ensemble, c'est pas le souci ...
Ben alors... c'est un gros con? Il est sexiste? Il est dirigiste! Tu DETESTE les hommes dirigistes! Ou alors... il est moche? Il est ... non ça je l'ai déjà dit... c'est un gros lourd?
L'Auror est mexicain.
Il est ... mexicain...

Certes. Siobhán ne voyait pas bien le problème en fait. Si elle avait fréquentée Kaprice du temps de Poudlard, elle aurait immédiatement tilté. Elle n'était pas non plus suffisamment amie avec Yuki Harada pour se rappeler que Dakota était mexicain. Elle se rappelait juste que Kaprice avait eu une histoire avec lui et que lui avait eu un petit garçon avec Yuki et honnêtement, ça faisait désordre et c'était bien assez pour éclipser l'exotisme de sa nationalité.

De retour sur le sol anglais après quelques années d'absence … et toujours aussi craquant. Le retour de Dakota ...
Oh.

Dakota. Le cul de son verre vint se poser sur le plateau de leur table dans un bruit mât.
Pendant un bref instant c'était comme s'il n'y avait plus rien eu autour d'elles. Siobhán savait très bien quel mal aise sa coéquipière avait dû ressentir quand le boss lui avait agité son ex sous le nez. D'autant que si elle se rappelait bien l'ex en question était demi-vélane. A sa place, Siobhán se serait retrouvée complètement désemparée. Elle n'avait pas besoin de beaucoup d'ordinaire alors...

Ca s'est passé comment ...?

Mal c'était évident mais ça n'était pas suffisant pour Siobhán.
De retour sur le sol anglais après quelques années d'absence … et toujours aussi craquant. Elle soupira, enfouissant son visage dans ses mains, et gémit : Le retour de Dakota ...


_________________

 
Revenir en haut Aller en bas
Kaprice Harlington
AGENT DE LA B.I.M.



MessageSujet: Re: "Oh, Man !" - Ft. Siobhàn Dim 28 Oct - 10:50

Holy Cun oui! Il est juste.... PAR-FAIT... de partout. Même si ça se fait pas de regarder mais... comment j'aurais pu faire pour ne pas regarder Kaprice ?! Un léger soupir attendri s'échappa des lèvres de la jeune femme alors qu'elle contemplait son amie. Ca aurait été un crime de ne pas le faire, confirma-t-elle. Franchement, est-ce que ça y était ? Est-ce que sa Siobhàn avait enfin trouvé son prince charmant des Mille et une nuits ? Oui, bon, on ne refaisait pas une incorrigible romantique mais rêver pour les autres ne portait pas à conséquence alors … Et vivre une histoire pas procuration empêchait de souffrir ? Oui, on pouvait tout à fait voir les choses comme cela. Mais ça n'empêchait pas de compatir et d'offrir une oreille bienveillante et des conseils, surtout quand ça tournait au vinaigre. Le père dans l'équation … Et une phrase qui la fit bondir. Pff... Tu crois pas si bien dire, enfin je crois que mon cas est sans espoir. Quoi ?! Nan, t'as pas le droit de dire ç... C'est le Coran ce... "truc". Son père l'a à moitié renié juste parce qu'il nous a surpris. T'aurais dû le voir il était... fou! Alors... Je m'étais dit qu'on pourrait regarder ensemble ce que je pourrais faire pour que M. Jawhari me déteste un petit peu moins. J'veux dire, je vais pas devenir musulmane hein mais... je pourrais faire des trucs de musulman et de ce que j'ai compris ce bouquin c'est comme une espèce de notice... Yeux écarquillés, Kaprice contempla l'ouvrage avec circonspection. Elle n'y connaissait pas grand chose, voire rien du tout en religion, pour être plus précise, étant donné qu'à l'Orphelinat, on ne se permettait pas ce genre de fantaisies en les étudiant mais ça ne lui disait rien qui vaille. Le chapitre théologique de sa vie se réduisait à néant et elle vivait très bien comme ça. Ouah. Euh, bon courage ? Elle vint prendre la main de Siobhàn et lui dit, très sérieusement : Tu veux que je lise ça avec toi ? Voir si je peux t'aider . J'y connais strictement rien mais on doit pouvoir arriver à quelque chose … et puis c'est un grand garçon, après tout, il est libre de faire ce qu'il veut, non ? Kaprice, ou la fille n'ayant aucune idée de ce que pouvait être le carcan familial, étant donné que … elle n'en avait jamais eu. Mais elle en restait persuadée : cet homme ne pouvait pas être un réel obstacle : Mais lui, qu'est-ce qu'il a dit ? Vous vous êtes quittés comment ? Vous vous revoyez quand ? Voilà, des trucs pratiques, des trucs concrets qui au final faisaient avancer les choses. Pas un père dédaigneux qui, de toutes les manières, n'avait rien à dire.

Par contre il y avait beaucoup à dire ce qui la préoccupait elle, et Siobhàn la prit de vitesse : Ben alors... c'est un gros con? Il est sexiste? Il est dirigiste! Tu DETESTES les hommes dirigistes! Ou alors... il est moche? Il est ... non ça je l'ai déjà dit... c'est un gros lourd? Un peu tout ça … sauf moche. Quoi ? Même avec toute la mauvaise foi du monde, Kaprice ne pouvait pas prétendre que Dakota était laid, c'était entièrement faux. Oh. Ouais, comme tu dis … « Oh ». Elle but une longue gorgée de mojito, essayant de se calmer mais sa main droite s'était remise à trembler. Elle finit par poser son verre et se mordilla la lèvre inférieure, cherchant comment exprimer ce qu'elle pouvait ressentir. Mais ça n'avait rien d'évident. Ca s'est passé comment ...? C'est … Elle soupira longuement et ferma les yeux. J'ai pas supporté. Il était là, à sourire comme si c'était normal de se revoir après genre sept, huit ans de silence après qu'il m'ait laissée tomber pour Yuki. J'suis sortie fumer, il m'a rattrapée et là … ça allait, tu vois, genre très bien. Il m'a dit qu'il regrettait, enfin, le genre de conneries que je voulais entendre depuis tout ce temps. Elle eut un petit sourire, vite teinté d'amertume. C'était … parfait ou pas loin. Et puis il s'est amusé à utiliser son pouvoir sur moi. Le souvenir de l'effet qu'il lui avait fait, sans qu'elle parvienne à lutter lui donna des sueurs froides et elle se passa la main dans les cheveux avant de boire une longue gorgée de son cocktail pour se rafraîchir. Je me suis retrouvée à me désaper au milieu du Bureau des Aurors. Donc je lui ai dit que je voyais quelqu'un, je l'ai plus ou moins envoyé se faire foutre et je suis partie. Voilà. Génial. Journée catastrophique. Elle releva un regard malheureux vers l'Ecossaise : Avery me tuerait s'il apprenait ça.

_________________

    After all that you put me through, you think I'd despise you, but in the end I wanna thank you, 'cause you've made me that much stronger. It makes me that much stronger, makes me work a little bit harder. It makes me that much wiser so thanks for making me a fighter. Made me learn a little bit faster, made my skin a little bit thicker, makes me that much smarter. So thanks for making me a fighter
Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Mc Gill Fhaolain
CHARMEUSE ... DE DRAGONS.



MessageSujet: Re: "Oh, Man !" - Ft. Siobhàn Jeu 1 Nov - 12:04

Tu veux que je lise ça avec toi ?

A ce moment-là, notre écossaise faisait ses yeux de chaton abandonné. Il était de notoriété que Siobhán et la lecture ce n'était vraiment pas ça. Elle n'était pas comme sa soeur Saoirse qui pouvait se plonger dans un livre toute une semaine et oublier qu'autour le monde continuait de tourner. Le dernier "livre" que Siobhán avait lu c'était le règlement intérieur du Ministère et son contrat de transfert à la BIM. Elle était automatiquement rebutée rien que de savoir qu'elle allait devoir lire un document de plus de cinq pages et d'ailleurs Avery c'était bien foutu de sa gueule en l'abandonnant aux 914 clauses de confidentialité de la BIM le soir où elle avait signé.

J'y connais strictement rien mais on doit pouvoir arriver à quelque chose … et puis c'est un grand garçon, après tout, il est libre de faire ce qu'il veut, non ? Mais lui, qu'est-ce qu'il a dit ? Vous vous êtes quittés comment ? Vous vous revoyez quand ?
Il a rien dit du tout enfin... il a dit qu'il ne culpabiliserait plus en pensant à moi - c'était trop... craquant ça - bref. Mais je peux pas le laisser couper les ponts avec son père tu comprends..., Oh oui Kaprice ne pouvait que comprendre pour avoir passé je ne sais combien de soirée chez les Mc Gill Fhaolain. Chez le clan, le sens et la valeur de la famille dépassait l'entendement, Je peux pas. Si il y a quelque chose à faire alors il faut que je le fasse et ce livre va m'y aider - enfin j'espère. Mais le livre après. D'abord je veux savoir ce qui te tracasse à ce point., fit-elle en posant son verre sur le Saint Coran.

Elle laissa donc Kaprice vider son sac, ne ponctuant ses révélations que de mimiques particulièrement expressives mais fort heureusement dépourvues de commentaires verbaux, celui que Siobhán affectionnait particulièrement étant Holy Cun'!, elle aurait eu l'air un peu con à le répéter dix fois en moins d'une minute quoique ça n'aurait pas été sans rappeler le dernière épisode d'Amour, Gloire et Sorciers dans lequel Magaery Camden entretenait une relation sulfureuse avec un batteur dans le placard à balais du stade de Quidditch fraîchement payé par son défunt mari. La pauvre Siobhán n'avait jamais eu à répéter autant de fois "Oh My God" de toute sa vie. Mais passons.

HOLY C... Holy Cun... C'était un dérapage ou il l'a fait exprès tu crois?, demanda la blondinette vivement intéressée, Qu'est-ce que tu vas faire? Tu crois qu'il va lâcher l'affaire juste comme ça... alors qu'il revient après tout ce temps? Il faut qu'on mette les choses au clair pour savoir ce qu'il a vraiment derrière la tête...

"On" parce que bien sûr elle n'allait pas la laisser gérer ça toute seule. Quelque part, elle aussi avait besoin de vérifier la marchandise. Si ce mexicain s'avérait être un potentiel numéro gagnant il fallait à tout prix que sa meilleure amie ne le laisse pas filer (comment avoir mauvaise opinion d'un type qui revient après tout ce temps?). D'un autre côté si c'était un guignol, pas question de le laisser toucher un seul cheveux de la belle brune (comment avoir bonne opinion d'un type qui revient après tout ce temps?). Aux yeux de Siobhán, en bonne écossaise qu'elle était , les ex de monsieur et madame ne faisaient pas partie de l'équation. Ca ne se serait pas appelé des ex sinon.

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas
Kaprice Harlington
AGENT DE LA B.I.M.



MessageSujet: Re: "Oh, Man !" - Ft. Siobhàn Sam 3 Nov - 17:45

Bon, il fallait prendre les choses en main avant le dérapage contrôlé made in Siobhàn. Comme si Kaprice était elle-même une référence en matière de relations amoureuses, haha cette bonne blague. Mais on ferait avec les moyens du bord et surtout, la meilleure volonté du monde et tout se passerait bien. Ce Turc avec l'air de valoir le coup, au moins physiquement parlant -ce n'était qu'une boutade, que je vous rassure, ce n'était pas vraiment le genre de la maison de penser fesses avant le reste – alors il n'était pas question qu'il ne passe pas la bague au doigt de l'Ecossaise. Si elle s'enflammait un peu , sans nul doute mais c'était ce qui faisait son charme après tout. Alors s'il fallait se farcir pour cela le bouquin le plus chiant de la création, eh bien ainsi soit-il, amen, inchallah, tout ça. On était sur la bonne voie ? Peut-être pas, mais il ne fallait pas non plus trop en demander à une Kaprice qui avait eu une journée plus que rude venant s'inscrire dans la continuité de pas mal d'autres. Elle faisait preuve de bonne volonté, c'était déjà un bon point de départ, elle ne venait pas de proposer de fouiller dans le passé de ce psychopathe craquant pour voir s'il était vraiment blanc comme neige (enfin, façon de parler au vu de son teint, hein). En tous cas, il semblait se proéccuper de son amie et ça, c'était déjà un bon début : Il a rien dit du tout enfin... il a dit qu'il ne culpabiliserait plus en pensant à moi - c'était trop... craquant ça - bref. Mais je peux pas le laisser couper les ponts avec son père tu comprends... Un léger rire un peu triste échappa à l'Anglaise qui porta son verre à ses lèvres et but une longue gorgée. Évidemment. En tant qu'orpheline elle pouvait comprendre à quel point les liens familiaux étaient important étant donné qu'elle n'y avait jamais eu droit et, quoi qu'elle en dise, en ressentait le manque. Et elle avait bien vu ce qu'était une vraie famille, chez Siob', chez Karly et oui, ça donnait envie de ne pas tout casser. Je peux pas. Si il y a quelque chose à faire alors il faut que je le fasse et ce livre va m'y aider - enfin j'espère. Mais le livre après. D'abord je veux savoir ce qui te tracasse à ce point. Inutile de discuter donc et la demoiselle acquiesça : Ok. Mais je te préviens, je lirai jusqu'à la dernière ligne de ce truc avec toi. Pas question qu'elle pense qu'elle risquait de l'abandonner là-dedans, bien au contraire. Si le bonheur de son amie en dépendant eh bien soit, elle se farcirait ce pavé de A à Z, même s'il n'avait pas l'air très engageant, la tentant vachement plus avec le verre dessus (oh my ... si le père d'Emìr avait vu cela. Mais passons).

Le sujet dériva donc sur sa propre journée et, au vu des regards qu'elle lui lançait, Siobhàn commençait à comprendre dans quel merdier Kaprice se trouvait encore une fois. On avait vraiment du lui lancer une malédiction, elle ne voyait pas vraiment ce que cela pourrait être d'autre, on ne pouvait décemment pas être malchanceuse à ce point-là. HOLY C... Holy Cun... C'était un dérapage ou il l'a fait exprès tu crois? Un gémissement à mi-chemin entre rire, exclamation lasse et sanglot échappa à miss Harlington qui baissa les mains pour considérer Siobhàn. Je ne crois pas, je sais qu'il l'a fait exprès. J'ai toujours su résister quand il ne jouait pas avec le feu et là … tu aurais vu ça … C'était ... indescriptible. Elle frissonna au souvenir des sentiments, sensations et pulsions qui l'avaient envahie à ce moment-là et dut se raccrocher à son mojito pour calmer les sueurs froides qui venaient de la prendre. Mais quel con ! A quoi avait-il pensé ? Les joues en feu, honteuse, elle dut se mordre l'intérieur de la joue pour ne pas débiter un chapelet d'insultes bien senties à l'égard du Mexicain. Il se croyait tout permis, à jouer avec elle comme ça ? Qu'est-ce que tu vas faire? Tu crois qu'il va lâcher l'affaire juste comme ça... alors qu'il revient après tout ce temps? Il faut qu'on mette les choses au clair pour savoir ce qu'il a vraiment derrière la tête... Cela faisait beaucoup d'un coup et elle soupira bruyamment en secouant la tête : Je ne sais pas. Il faut que je bosse avec lui, c'est l'occasion de prouver au Bureau des Aurors ce que je vaux et je ne veux pas passer à côté de ça parce que môssieur ne sait pas se tenir. Mais ça restait problématique. Elle était furieuse et n'était pas certaine de pouvoir passer par-dessus ce qu'il avait fait. Un sourire reconnaissant effleura ses lèvres alors qu'elle attrapait la main de Siob' par-dessus la table : Heureusement que tu es là … Je ne sais pas ce que j'aurais fait sinon. Elle leva l'index de l'autre main pour commander deux autres verres, les leurs arrivant bientôt à « expiration », et haussa une épaule : Je ne sais pas à quoi m'attendre avec lui. Je veux dire, je ne lui ai pas reparlé depuis que je lui ai demandé s'il aimait toujours Yuki, pendant notre avant-dernière année à Poudlard. Et je ne te rappelle pas la suite. Il n'avait pas répondu, elle s'était effacé et s'en était pris plein la tête. Elle finit son verre et le repoussa : Pourquoi j'y croirais, cette fois ? Quand on voit comment toutes mes histoires se sont terminées … non. Je ne peux juste pas. Si quelqu'un avait un souci avec l'amour, c'était bien elle. Ou alors c'était l'amour qui avait un souci avec elle, à voir.

_________________

    After all that you put me through, you think I'd despise you, but in the end I wanna thank you, 'cause you've made me that much stronger. It makes me that much stronger, makes me work a little bit harder. It makes me that much wiser so thanks for making me a fighter. Made me learn a little bit faster, made my skin a little bit thicker, makes me that much smarter. So thanks for making me a fighter
Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Mc Gill Fhaolain
CHARMEUSE ... DE DRAGONS.



MessageSujet: Re: "Oh, Man !" - Ft. Siobhàn Dim 18 Nov - 10:37

Je ne crois pas, je sais qu'il l'a fait exprès. J'ai toujours su résister quand il ne jouait pas avec le feu et là … tu aurais vu ça … C'était ... indescriptible.

Indescriptible... peut-être valait-il mieux que Siobhán ne voit jamais "ça". Quand on savait qu'elle était des deux la plus coeur d'artichaut et quand on voyait le tempérament de Kaprice, indescriptible faisait l'effet d'une beuglante "FUYEZ". Enfin à ce stade là de l'histoire, et n'ayant jamais rencontré de demi-vélane jusqu'alors, Siobhán aurait eu tendance à placer indescriptible au rang de l'effet que lui faisait Emìr Jawhary.

Il faut que je bosse avec lui, c'est l'occasion de prouver au Bureau des Aurors ce que je vaux et je ne veux pas passer à côté de ça parce que môssieur ne sait pas se tenir.
Un point pour toi, d'autant qu'Avery nous a à la bonne en ce moment alors il t'appuierait sans doute si..., la vérité c'était que Siobhán n'avait aucune envie que le bureau des Aurors se rende compte à quel point Kaprice était géniale et à quel point ils avaient fait une connerie en se débarrassant d'elle. S'ils s'en rendaient compte alors ils la réintégreraient d'office et cette fois-ci Siobhán ne pourrait pas la suivre. D'un autre côté elle savait parfaitement que quelque part, tant qu'ils ne se rendraient pas compte de leur erreur, Kaprice la garderait en travers de la gorge alors, tant pis si ça voulait dire perdre la meilleure coéquipière du monde, Siobhán l'appuierait elle aussi comme elle l'avait toujours fait. Question de principe.

Heureusement que tu es là … Je ne sais pas ce que j'aurais fait sinon.
Tu aurais dû m'inventer ma chérie. répondit l'écossaise avec un petit sourire en coin.
Je ne sais pas à quoi m'attendre avec lui. Je veux dire, je ne lui ai pas reparlé depuis que je lui ai demandé s'il aimait toujours Yuki, pendant notre avant-dernière année à Poudlard. Et je ne te rappelle pas la suite. Pourquoi j'y croirais, cette fois ? Quand on voit comment toutes mes histoires se sont terminées … non. Je ne peux juste pas.

Siobhán tira sur la paille de son mojito, réfléchissant à ce qu'elle aurait bien pu répondre à ça. La plupart des gens auraient servi à Kaprice une banalité ou une autre. Le genre de truc qu'on a envie d'entendre et qu'on fait semblant de croire pour se réconforter du genre "mais si je t'assure qu'il t'a regardée" ou encore "mais il va la quitter sa femme sa crève les yeux que tu es tout pour lui". Siobhán était un petit peu trop écossaise pour ce genre de trucs...

Ecoute, ça vaut ce que ça vaut Kaprice mais toi et moi on est les championnes toute catégorie pour dénicher les histoires d'amour foireuses. Est-ce qu'on doit pour autant prendre un abonnement à PlayWizz Magazine ou prendre le voile? Moi je crois pas. Je crois que même si nos histoires d'amour sont toujours désastreuses, on y retourne à chaque fois parce que ça nous apporte ce petit truc indescriptible qui nous donne l'impression d'être sur un nuage. Et moi j'y crois à chaque fois..., elle n'était jamais aussi sincère que lorsqu'elle discutait avec sa meilleure amie. Un petit rire moqueur lui échappa...... c'est vrai regarde je suis prête à lire ce bouquin de malheur pour Emìr et toi tu vas le lire avec moi alors qu'on sait toutes les deux que ça ne mènera à rien. Tu imagines le truc? On pourrait même pas se marier. Si on avait des enfants on arriverait peut-être même pas à se mettre d'accord sur des trucs d'éducation basique du genre "qu'est-ce qu'on fait pour Noël", "est-ce qu'on lui fait une vraie fête d'anniversaire ou est-ce qu'on rend ça chiant au possible en invitant un prêtre et un rabbin ou je ne sais quel religieux". Mais tu vois tout ça, ça nous empêche pas de nous demander quelle robe on va porter le jour J, est-ce qu'il pense à nous quand on n'est pas là, est-ce que c'est vraiment si interdit que ça de rêver à plus?

Elle marqua une autre pause. Siobhán n'avait pas de réponse. Pas plus que Kaprice n'en avait sans quoi elles seraient sans doute déjà mariée, 15 gosses, trois maisons et 5 chiens. Mais ça n'avait pas vraiment d'importance tout ça. Ce qui avait de l'importance c'était tout le reste...

Je sais pas où il va t'emmener cette fois-ci, ni même si tu te décideras à le suivre, mais tout ce que je peux te dire c'est que je serais ravie de venir pendre la crémaillère le jour où vous prendrez un appart ensemble ou de lui lâcher un dragon au cul s'il n'est pas correct avec toi.

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Oh, Man !" - Ft. Siobhàn

Revenir en haut Aller en bas

"Oh, Man !" - Ft. Siobhàn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» INTRIGUE I. - Sujet 3 - { Eden - Zelda - Narcissa - Siobhàn }
» Elle ne se souviendra pas de toi. — Siobhán / 04.125
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán
» remember who you are «» (siobhán)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: L'univers de King's Cross. :: Vox Populi. :: (saison1) RPs.-