Partagez|

Keiko Sara Harada.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Keiko S. Harada
TRESORIERE d'un ORPHELINAT
à TOKYO.



MessageSujet: Keiko Sara Harada. Jeu 12 Juil - 8:19


KEIKO SARA HARADA


◢ âge : 28 ans
◢ date et lieu de naissance : 21 Decembre, à Tokyo
◢ état civil : célibataire
◢ numéro de coffre Gringott's : 5775
◢ signe(s) particulier(s): xx
◢ baguette magique : La baguette de Keiko mesure 25 cm, elle est constituée d’un bois d’if très sombre et contient un ventricule de magyar à pointe. C’est une baguette rude et difficilement maniable. Keiko a elle-même fait ajouter un manche spécifique à sa baguette représentant une tête de serpent en ivoire.
◢ familier : Un chat noir, Belzebut
◢ poudlard : Serpentard
◢ profession : Actuellement trésorière d'un orphelinat de Tokyo, mais son réel métier suit la tradition familiale : tueuse à gage.
◢ effets personnels: Un baluchon sans fond, et une immense bibliothèque dans la demeurre familiale

CURRICULUM VITAE


Ϟ Ma famille, mes parents:
La famille Harada semble hantée par de noirs et sombres desseins. Constituée principalement de mages noirs, la pureté de leur sang prit fin avec les descendants d’Hikaru. Qui aurait cru, qu’un adepte des arts obscurs ayant assassiné presque toute sa famille (à l’exception de son frère Shoji) épouserait la douce Kaede qui lui donnerait trois filles. On dit que l’amour est aveugle. Kaede fut une non-voyante des plus exemplaires. Il fallut que sa fille aînée Keiko lève le voile qui se trouvait devant ses yeux pour qu’elle s’aperçoive enfin des horreurs que commettait son sorcier de mari. Elle le mit à la porte et entreprit d’élever seule leurs trois enfants : Keiko, Sakura surnommée Riku, et Yuki. La bonté et la générosité de Kaede ne la sauvèrent pas, elles causèrent sa perte. La mère des trois rejetons du maléfique Hikaru Harada mourut percutée par une voiture, tentant de protéger sa cadette. N’ayant aucune nouvelle de leur géniteur, les filles furent envoyées dans un orphelinat de Tokyo.

Keiko y passa moins de temps que ses sœurs, car juste après ses onze ans, Hikaru réapparut à la surface de la terre et l’emmena, sans qu’elle ait eu le temps de faire ses adieux à ses deux cadettes. Son père ne voulait pas qu’elle entre à Poudlard sans la moindre notion de magie. Elle fit, comme il l’avait été avant elle, répartie à Serpentard. Elle fit rapidement rejointe par Riku, puis Yuki, toutes deux à Serdaigle. Poudlard était agitée durant ces années-là, car ce furent celles de la montée en puissance puis de la chute du Seigneur de tous les mangemorts. Les relations entre l’aînée et la petite dernière furent houleuse pendant plusieurs mois, et non sans raison : Yuki ne pardonnait pas à Keiko de l’avoir abandonnée. Elles finirent cependant par se réconcilier.

Les trois sœurs Harada furent diplômées avec succès, faisant face à quelques embuches imprévues. Yuki tomba enceinte et donna naissance à un petit James, dont le père, Dakota Almodovar n’avait rien pour plaire à Keiko. Riku quant à elle devait gérer bien d’autres problèmes. Après son diplôme, Hikaru l’inclut dans ses machinations, réveillant en elle des instincts meurtriers. Ce n’était plus vraiment Riku, Hikaru lui avait fait développer une double personnalité. Mais à jouer avec le feu, on finit par se brûler, et un combat éclata entre le père et la fille. De toute sa puissance, elle le désarma, dans un état second, mais pour une raison encore inconnue, elle ne put se résoudre à lui ôter la vie. Un auror qui les pourchassait s’en chargea. Riku, qui avait pris conscience du danger qu’elle représenta, se laissa arrêter puis envoyer à Azkaban.

En entendant cette nouvelle, Keiko, dévastée, se retira, comme l’avait fait son père avant elle. Elle donna rarement signe de vie étudiant la magie la plus noir et cherchant un moyen de faire évader sa sœur. Yuki quant à elle partit visiter le monde en compagnie de son fils et de sa meilleure amie Chloé. Mais lorsque les deux sœurs rentreront à Londres, elles pourraient être surprise par la tournure des évênements concernant la famille Harada…

Ϟ Mon premier mot : Papa

Ϟ A Poudlard... Elle le savait, qu’il fallait foncer tout droit entre les voies neuf et dix, et même si Keiko Harada n’avait jamais été confortable à l’idée de montrer ses faiblesses, en son fort intérieur, elle avait peur. Elle se mit à marcher de plus en plus en direction de la barrière, presque courant, il lui était à présent impossible de freiner. Son instinct lui dit qu’elle allait se retrouver assommée, par terre, ridicule. Mais ce n’est pas ce qui se produisit. Sans la moindre difficulté, elle passa à travers, comme si c’était une simple porte ouverte, comme si rien ne lui barrait la route. Elle découvrit la grosse locomotive rouge à travers la foule de sorciers qui se pressaient sur le quai. Tout le monde semblait agité, des chariots, des valises, des hiboux et des chats, tournoyaient dans tous les sens. Malgré le monde, Keiko réussit à se frayer un chemin jusqu’à l’un des wagons. Solitaire, elle choisit avec soin celui où il n’y avait personne. Certains élèves disaient au revoir à leurs parents penchés aux vitres, mais Hikaru ne l’avait pas accompagnée. Elle rangea sa valise au-dessus d’elle, et s’installa confortablement, ouvrant son livre de chevet, pour passer le temps durant le voyage. Un sifflement retentit, et le train démarra. Sa tranquilité ne fut dérangée que part une grosse matrone brune avec un grain de beauté imposant sur le menton, qui voulait à tout prix qu’elle prenne des chocogrenouilles. Elle refusa catégoriquement et ferma violemment la porte du compartiment.

Lorsque le train stoppa sa course, il faisait nuit. Le vent frais et la pénombre apaisèrent instantanément l’aînée des Harada. Un grand homme barbu et chevelu interpella les premières années. Tous montèrent dans des barques qui traversèrent le lac noir pour conduire les nouveaux venu au château de Poudlard. Deux énormes portes leur permit d’entrée dans un hall au plafond si haut que Keiko aurait été incapable de dire combien il y avait d’étages. En haut des premiers escaliers, les élèves furent accueillis par la directrice adjointe de Poudlard : Minerva McGonagall. Une femme écossaise à l’air sévère avec son chignon et ses lunettes, qui leur annonça que la cérémonie allait commencer. En pénétrant dans la grande salle, Keiko remarqua quarte tables, parallèles les unes aux autres. Une pour chaque maison, songea-t-elle, et une cinquième table, au fond, où trônaient tous les professeurs, ainsi que le directeur Albus Dumbledore. Juste devant lui, au centre, posé nonchalamment sur un tabouret se trouvait le choipeaux magique. Le Professeur McGonagall commença à appeler les élèves par ordre alphabétiques pour les répartir. Chaque fois que l’un des premières années rejoignait une tables, des acclamations s’en élevait.

« Harada, Keiko. » La petite brune s’avança sans sourciller et s’installa sur le tabouret. Au moment où le choipeaux se posa sur sa tête, elle leva les yeux, comme pour le regarder lorsqu’il lui parlerait. « Hm, cela faisait longtemps que je n’étais pas entré dans la tête d’un membre de la famille Harada. Voyons voir… des qualités intellectuelles certaines, une grande ambition, un attachement aux valeurs familiales… c’est intéressant. Je pense que tu t’épanouiras d’avantage dans la maison qui a accueilli ton père. SERPENTARD ! » Un grand sourire illumina le visage de Keiko alors qu’elle se dirigeait à sa places sous les acclamations de ses camarades. Elle se sentait à sa place, depuis que son père lui avait expliqué le fonctionnement de Poudlard, elle avait été séduite par les idéaux des Serpentards. Elle savait au fond d’elle, que le choipeaux avait fait le bon choix.

Ϟ Mon Epouvantard et mon Patronus... L'epouvantard de Keiko est de voir ses soeurs lui tourner le dos. Son patronus est un serpent.

Ϟ Ma Pensine : Assise côte à côte sur les chaises de la bibliothèque, Riku et Keiko se tenaient s’y proche l’une de l’autre qu’on aurait dit qu’elles formaient une seule et même personne. Un énorme volume poussiéreux aux reliures de cuir était ouvert devant elles. Le silence de la nuit avait envahi Poudlard, mais les chuchotements des deux sœurs raisonnaient comme une douce brise. « Lumos » murmura de nouveau Keiko. « Un Animagus est un sorcier ayant la capacité de se métamorphoser à volonté en l'animal qui convient le mieux à sa personnalité, mais il ne peut pas savoir la forme qu'il prendra avant la fin de son apprentissage. Apprendre à être Animagus est très difficile et nécessite plusieurs années d'apprentissage. C'est pour cette raison que le ministère de la Magie surveille de très près les personnes voulant le devenir. La différence fondamentale entre les métamorphoses "communes" et "animagiques" est que le transformé "normal" devient entièrement animal, perd toute conscience humaine qui laisse place à un instinct bestial jusqu'à ce que quelqu'un annule le sort. L'Animagus, lui, garde souvenirs, pensée et conscience. Il faut aussi noter qu'une personne atteinte de lycanthropie n'est pas considérée comme un Animagus. » lut-elle pour sa sœur. « On pourrait s’échapper, être ensemble sans que personne ne le sache. On peut le faire Rik’, il suffira juste d’être prudente par rapport au ministère, mais on en a les capacités. Je me demande de quels animaux nous prendront la forme… » Et elle se mit à rêvasser. Riku interrompit ses songes en lui montrant un paragraphe. « Ici il est écrit que certains sorciers sont devenus fous parce qu’ils se sont transformés trop souvent. » Keiko regarda sa sœur dans le blanc des yeux alors que sa baguette commençait à s’éteindre. « Mais on est pas certains sorciers Rik’. Imagine comme ça serait bien, on apprendrait à Yuki comment faire, et on serait toutes les trois liées à vie encore plus qu’on ne l’est maintenant. Et puisqu’on sait, on ne fera pas les mêmes erreurs que les autres. » Riku sembla convaincue par les arguments de sa sœur, et elles continuèrent de préparer leur plan tout au long de la nuit.

C’était vrai, ce qu’elles avaient lu. C’était un travail qui nécessitait plusieurs années de labeur et de concentration. Lorsque Yuki était enfin rentrée à Poudlard, elles l’avaient initiée et la cadette avait commencé, elle aussi, son chemin vers la transformation. Lorsque Keiko fut enfin un animagus à part entière, elle était en dernière année. Elle se révéla être un serpent. Un animal à sang-froid, recherchant la chaleur autour de lui, et cela lui convenait tout à fait. Ses sœurs l’appelèrent Noirécailles, en rapport avec les trois petites écailles noires entre ses deux yeux qui contrastaient avec le reste de son corps, entièrement vert. Riku s’avéra être un renard, et Yuki un écureuil. Keiko se sentait remplie de fierté devant leur accomplissement. Elles l’avaient fait, ensemble, elles, les trois sœurs Harada. Elles étaient devenues des animagi à Poudlard, à la barbe du directeur et du ministère. A présent, l’aînée des trois terreurs en était convaincue, rien ne pourrait les arrêter.


Ϟ : Elle n’arrivait pas à le regarder dans les yeux. Il était venu exprès pour elle, pour la voir. Mais Keiko s’était rendue compte qu’elle n’était pas impatiente comme elle l’aurait dû être, mais d’avantage apathique. Elle ne bougeait pas, reculait dès qu’il s’approchait, et toutes sortes d’autre parades pour éviter le moindre contact. C’était comme si elle était dégoutée de lui, de son corps, de tout ce qui le représentait. Elle avait ce poids sur la poitrine, cette boule au ventre, tout ce qu’elle voulait c’était qu’il s’en aille. Il remarqua son malaise et s’enquit de sa santé. Keiko lui répondit simplement qu’il ne lui avait pas manqué, et elle lut l’incompréhension puis la déception dans ses yeux. Après une discussion qui dura toute la nuit où elle évita soigneusement de le regarder de nouveau, il finit par partir et elle se sentit soulagée. En un sens. Une part d’elle-même ne pouvait s’empêcher de se questionner. Etait-elle un monstre ? Ce pauvre garçon n’avait rien fait de mal, il n’était pas très actif et parfois un peu collant, mais tout le monde à ses défauts. Pourquoi ? Qu’est ce qui l’avait poussée à rompre avec lui ? La seule raison qui lui était venue était qu’elle n’avait plus envie. Au fond d’elle, elle savait que c’était la chose à faire mais ne faisait que ruminer et philosopher sur sa personnalité. Cœur de pierre ? Possible… Solitaire ? Probablement. Impatiente ? ça c’était certain. Keiko était de ses personnes qui se lassent et s’ennuient très vite. Elle a besoin que les choses bougent, sinon elle part, elle change. Comme si le problème venait des lieux, des gens, mais pas d’elle. Ce genre de personne qui transporte un mal être. Intérieurement, elle meurt de trouille. Trouille de finir seule, vieille fille, sans personne autour d’elle, car elle sait, qu’elle n’aura pas la patiente et encore moins l’envie d’appartenir à un seul homme pour le reste de sa vie, ou même d’élever des enfants. Keiko n’appartient qu’à elle-même et n’aime pas les contraintes. Mais elle ne peut s’empêcher de penser qu’un jour elle aimera quelqu’un comme elle aime Riku et Yuki, quelqu’un qu’elle aurait du mal à supporter à longueur de journée mais dont elle ne pourrait se passer.

Oui, la carapace de Keiko est épaisse. Sous son air rationnel, de femme qui s’assume et qui est fière de ce qu’elle est, se cache encore la petite fille rêveuse, peu sûre, capricieuse, et manipulatrice et fêtarde. Avec ses tailleurs, jupe crayons et sa coiffure sage, on la prendrait pour la dirigeante d’une grande entreprise alors qu’elle rêverait d’une queue de cheval et d’un jogging. Mais elle est l’aînée, elle doit avoir l’air plus agée que ses sœurs, plus mature. Alors c’est comme si elle se déguisait en adulte, en sage. Sage car son tempérament est calme de nature, ou plutôt, contenue. Keiko est un mur de glace qui ne laisse rien paraître, craignant de perdre toute crédibilité si elle s’énerve ou se laisse emporter. Elle emmagasine tout, et un jour, ça explosera. Du moins c’est ce qu’elle espère, elle espère qu’un jour, elle n’aura plus la force et qu’elle devra tout lâcher, enfin.

Ϟ : Dans la pénombre du manoir Harada, Keiko se tenait debout près du feu qui crépitait. Fixant les braises rouges elle sentait son cœur cogner contre sa poitrine. Quelque chose n’allait pas, comme si son univers était bouleversé. Elle n’eut pas à attendre bien longtemps, un bruit clinquant se fit entendre à l’une des nombreuses fenêtres du salon. Keiko leva les yeux et d’un coup de baguette ouvrit la serrure pour permettre au hibou tacheté d’entrer. Il fila à travers le haut plafond, lâchant une lettre au niveau de l’aînée. De ses longs doigts fins, elle défit le cachet rouge sombre. Le parchemin était de la même couleur que sa peau diaphane. Son cœur, qui battait si vite, arrêta de palpiter pour manquer un battement dans sa poitrine. Keiko jeta la lettre dans le feu et s’empressa de monter les escaliers grinçant pour se rendre dans son bureau, anciennement celui de son père, Hikaru. Elle s’installa droite comme un piquet sur la chaise de cuir, et d’un geste fluide se mit à écrire : « crocblanc a été capturée. » Elle plaça la bande de papier dans une enveloppe sur laquelle elle inscrit le nom de sa sœur cadette. Yuki allait être dévastée, et James… comprendrait-il qu’il ne verrait plus Riku avant un moment ? Qu’elle avait été emmenée à Azkaban ? La mort d’Hikaru ne les avaient pas affecter beaucoup. Mais Keiko sentait comme un trou dans sa cage thoracique. Elle le savait, qu’il n’avait pas été un bon père, mais il lui avait enseigné tout ce qu’il savait, plus par orgueil que par amour ou bienveillance, mais Kei ne pouvait s’empêcher de ressentir pour lui de la gratitude. Il restait son père, elle avait hérité de beaucoup de ses traits de caractères, il avait fait d’elle ce qu’elle était aujourd’hui. Alors elle imaginait le pauvre petit James perdre une de ses tantes...

Elle accrocha la lettre à la patte du hibou qui s’envola aussitôt, faisant disparaître ses deux grands yeux ronds dans la nuit. Keiko, pragmatique, décida qu’elle n’avait pas de temps à perdre : elle fourra tout ce qu’elle put dans un petit baluchon ensorcelé pour contenir beaucoup plus que sa capacité. Elle devait partir, peut être viendrait-il pour elle, après tout, elle avait trempé dans les actions de sa sœur et de son père, les aurors voudraient sûrement la questionner. Elle inspira profondément, elle informerait Yuki de son départ une fois sur place, elle ferma les yeux, se concentra puis transplana. Lorsqu’elle rouvrit ses yeux en amande, elle se trouvait exactement où elle l’avait désirer : devant l’orphelinat de Tokyo où elle et ses sœurs avaient grandi. Elle entra à l’intérieur et reconnut l’intendante qui était à présent une vieille croulante accrochée à une canne. La femme presque bossue leva ses prunelles ridée vers la belle eurasienne « Je peux vous aider ? » Demanda t-elle méfiante. La rapidité de Kei ne lui laissa pas le temps de réagir. « Impero ! » ordonna-t-elle sans la moindre hésitation. « Vous allez m’engager pour travailler ici, et si quiconque vous pose la question, mon nom est Yume vous me connaissez depuis plusieurs années et avez une totale confiance en moi. » La vieille acquiesça pendant que Keiko tournait sur elle-même, prenant possession des lieux et se demandant quel endroit serait le plus apte à la réflexion. Elle avait un plan à concevoir. Un plan pour faire évader sa sœur d’Azkaban.

Ϟ Mes Epic Wins : Sa transformation en animagus, et le fait que Riku et Yuki y soient parvenu elles aussi.
Ϟ Mes Epic Fails : L'emprisonnement de Riku à Azkaban
Ϟ J'aime... L'esprit de famille, l'album photo de ses années à Poudlard.
Ϟ Je Déteste... L'autorité, les contraintes.
Ϟ Il était une fois... Il était une fois trois soeurs qui voulaient défier le monde entier.
Ϟ Le conte des trois frères? Keiko pense que les trois frères auraient dû rester soudé, ne pas se séparer de la sorte et peut être auraient-ils pu tromper la mort tous ensemble. Quant à elle, elle n'aurait jamais détruit la baguette de sureau, le pouvoir est bien trop alléchant.



◢ Et vous vous en pensez quoi? Moi je ne pense rien, moi, pourquoi desuite je devrais étaler mes opinions comme ça hien?!
◢ Pseudo : Cricri
◢ Age : twenty
◢ Epic Wins / Epic Fails : \o/
◢ Ce que vous pensez du forum : <3
◢ Ce que vous aimeriez voir dans les évènements à venir sur King's Cross : Le monde entier plongé dans le mal et les ténèbres mouhahaha
◢ Autre chose ? <3 (oui, j'aime bien les coeurs.)







Dernière édition par Keiko S. Harada le Mer 25 Juil - 6:58, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rita Skeeter
CELEBRE JOURNALISTE.



MessageSujet: Re: Keiko Sara Harada. Jeu 12 Juil - 18:45

Cricri ! I love you
Bienvenue chez nous ! Cool

_________________

COMPTE FONDATEUR. NE MP SOUS AUCUN PRETEXTE.
Vous renseignez pour contacter un membre du staff, ici.

Revenir en haut Aller en bas
Myfanwy Flynn



MessageSujet: Re: Keiko Sara Harada. Jeu 12 Juil - 19:17

Bienvenue cheers
Revenir en haut Aller en bas
Yuki N. Harada
GUERISSEUSE.



MessageSujet: Re: Keiko Sara Harada. Jeu 12 Juil - 20:28

Bienvenue ma soeur d'amour ! I love you

_________________


❝la vie n'est qu'un long rêve dont la mort nous réveille❞
Ce que vous appelez le bonheur n'est qu'un tumulte de sens, un orage de passions dont le spectacle est effrayant, même à le regarder du rivage.
Revenir en haut Aller en bas
Keiko S. Harada
TRESORIERE d'un ORPHELINAT
à TOKYO.



MessageSujet: Re: Keiko Sara Harada. Ven 13 Juil - 6:09

Rooooh merci mes petits louloups ! Je m'active, je m'active !
Revenir en haut Aller en bas
Keiko S. Harada
TRESORIERE d'un ORPHELINAT
à TOKYO.



MessageSujet: Re: Keiko Sara Harada. Mer 25 Juil - 6:46

Sorry du double post mes agneaux mais il me semble que j'ai terminé Smile j'espère que ça convient !


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Rita Skeeter
CELEBRE JOURNALISTE.



MessageSujet: Re: Keiko Sara Harada. Ven 27 Juil - 11:27

Désolé du retard ! Je vais m'occuper de ta fiche sous peu ! I love you

_________________

COMPTE FONDATEUR. NE MP SOUS AUCUN PRETEXTE.
Vous renseignez pour contacter un membre du staff, ici.

Revenir en haut Aller en bas
Rita Skeeter
CELEBRE JOURNALISTE.



MessageSujet: Re: Keiko Sara Harada. Ven 27 Juil - 14:38

Qu'est ce que j'aime ta plume, Cricri, c'est tellement... Je ne trouve pas de mots.
Rien à redire, pas de petites bêtes, rien. Tout est simplement parfait !

Je te valide sur le champs !
Bienvenue parmi nous ! I love you

ps . Dakota ne t'aime pas non plus :p

_________________

COMPTE FONDATEUR. NE MP SOUS AUCUN PRETEXTE.
Vous renseignez pour contacter un membre du staff, ici.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Keiko Sara Harada.

Revenir en haut Aller en bas

Keiko Sara Harada.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Sanosuke Harada Version 2
» SARA TOSCA Ҩ You can't hear me cry, see my dreams all die
» Voyage PV: Medusa Keiko Kairi Zazie....
» Boulos deklare madan sara ak pwofesyonèl se move peyè task
» Sara Davis...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: L'univers de King's Cross. :: Vox Populi. :: (saison1) Vieilles fiches.-