Partagez|

L'Énième inspection

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Edith D. Arweiller
AGENT DE LA B.I.M.



MessageSujet: L'Énième inspection Sam 27 Oct - 3:19

N'entre pas sur le domaine Rocstone qui veut. Il n'y a d'ailleurs que deux seules manière de pouvoir atteindre ou non, le Manoir Rocstone. La première étant de la manière tout à fait probable de suivre la route jusqu'è l'entrée du Domaine. Mais une grille solide coupe la route. Là, il faut attendre que la grille ouvre avant d'aller plus loin. Il y a toujours la possibilité de marcher, mais les trois kilomètres en décourageait plusieurs. La seconde manière d'atteindre le Domaine Rocstone et son manoir est de transplanner directement à l'intérieur. C'est la manière la plus usuelle d'entrer chez les Rocstone.

C'est dans la cheminée du Grand Salon que le groupe se matérialise. L'âtre, colossale, aurait pu contenir une dizaine de personne sans jouer des coudes. Évidemment, la cheminée servait d'entrée et non de cheminée, sauf lors d'événement spéciaux, mais on la condamnait alors et on en utilisait une autre pour les déplacement. Question d'éviter les accidents. Ed quitte l'âtre, toujours furieuse. À peine le temps de jeter un coup d'oeil à la pièce que Berthe ouvre une porte et entre dans le salon. Elle venait visiblement demander à Mademoiselle Edith pourquoi elle rentrer si tôt après être partie, mais en voyant tout ce beau monde qu'elle ramène, elle comprend aussitôt, jusqu'à ce que son oeil accroche sur quelqu'un.

- C'est un plaisir de vous revoir, Mademoiselle Daee. Une larme de miel dans votre thé, Monsieur Livingstone ? Un café pour Mademoiselle Edith et un chocolat chaud pour Mademoiselle Daee ? Qu'est-ce que prendra monsieur ? demande-t-elle en adressant un sourire automatique à Akritas.
- Merci Berthe, mais ce n'est pas la peine, tranche Edith, impitoyable, c'est une inspection.
- Dans ce cas, je vais préparer des thermos.
- Si vous voulez, Berthe. Elle suit Berthe, mais se retourne avant de fermer la porte. Je vais me changer. Et elle claque la porte.

Qui s'ouvre aussitôt sur une Edith changée. Plus de robe sombre de sorcier, mais un jeans sur mesure (c'est de famille quoi) sur une veste de laine épaisse qui cache on ne sait quoi.

- Bon, alors quelques petites règles à respecter. Pasd'armes visible. Monsieur Akritas, je suis désolée, mais mes pensionnaires sont nerveux avec les nombreuses inspections et ils sont chatouilleux quand on balade une arme à côté d'eux. Ici c'est un refuge, un sanctuaire. Ces créatures sont là pour y vivre paisiblement. Évidemment, le paisiblement dépendait si on était un prédateur ou une proie, mais quand même, c'était généralement plus paisible ici qu'ailleurs hors du grillage. Vous pouvez apporter votre baguette, mais interdiction formelle de la sortir si je ne l'ai pas fait au préalable. Je suis brigadière de la B.I.M. et gardienne du refuge, donc je sais lorsqu'il est nécessaire de sortir sa baguette ou non. La majorité des créatures qui sont ici n'ont que leurs attributs naturels pour se défendre. Nous traverserons donc le domaine ainsi, la baguette dissimulée. Vous ne vous servirez de votre baguette que si je suis hors d'état de m'en servir moi-même. Et je vous préviens, dit-elle en pointant les deux hommes, que le terme hors d'état de m'en servir moi-même signifie presque morte. Toutes ces créatures sont liés au pacte du Domaine Rocstone et toute créature qui ne respecte pas le pacte se voit expulsé du refuge. La plupart des créatures qui vivent ici ont demandé à s'y établir parce que nous leur offrons la protection contre le monde entier. Pour certains de nos locataire, c'est une question de survie. Ils ne poseront donc que rarement des agressions contre nous. Ils peuvent tenter de nous intimider, mais ils n'attaqueront que si nous les provoquons. Il lui semble que L'avertissement est clair. On ne fait aucun geste suspect, ni agressif envers les créatures du refuge. Autre petit point, personne ne quitte le sentier hormis moi ou si je vous autorise à en sortir. Certaines créatures ici sont très territoriales et elles peuvent considérer un pied dans l'herbe comme un affront. Suivez à la lettre chacune de mes indications durant le trajet. Malgré ce que certains pensent, le Domaine n'est pas une réserve ouverte au grand publique. Seuls quelques secteurs sont ouvert aux initiés. Le reste n'est parcouru que par les gardiens et les inspecteurs du Ministère. Le Domaine Rocstone est un sanctuaire, un refuge, pas un zoo. Belle entrée en matière, question de prévenir que cette inspection ne sera pas une visite de plaisance. Alors, Monsieur Livingstone, qu'est-ce que vous préférez, la balade longue ou la courte ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Samuelle Daee
LANGUE DE PLOMB.



MessageSujet: Re: L'Énième inspection Mar 30 Oct - 0:38

« BERTHE!!! » et sans classe aucune, la métisse se jeta dans les bras de la gouvernante, ruinant sa coiffure et ses divers ajustement. Une improbable effusion d’affection sincère… Se mettre en tenue avait consisté en pas mal de mauvaise volonté et à aller chercher ses bottes et son manteau. Or, un manteau en peau de chevreuil à frange, c’est décoiffant. Une pourvoyeuse de chocolat chaud mérite des baisers… PLEIN de baisers!

Livingstone profita de l’occasion pour passer discrètement sa commande… « Un thé, Earl Grey, avec un sucre, vous seriez très aimable… Une personne maladroite a renversé ma tasse ce matin… » expliqua-t-il avec espoir parce que Livingstone était un vrai de vrai anglais et qu’il savait faire honneur à l’accueil d’une maison… Et bon joueur, il écouta d’une oreille attentive les directive de la gardienne des lieux. Pas seulement pour donner l’exemple ou parce qu’il était respectueux, mais parce qu’il était scrupuleux et s’efforçait de toujours suivre les règles. Du coin de l’œil, tout en écoutant, il veillait à ce que le reste de l’escouade se comporte à sa convenance. Après tout, il avait annoncé dans le bureau qu’ils étaient, pour ainsi dire, tous en examen.

« Oh ce n’est pas un problème! »
s’exclama joyeusement la stagiaire lorsqu’Edith eu terminé « Je n’ai pas de baguette! » déclara-t-elle avec candeur… Non pas de baguette, pas la moindre… Désarmée et sans défense! Et puisque la question lui était directement posée, Livingstone répondit : « Ma préférence et mon intérêt est évidemment pour la longue… » et ses yeux vert brillèrent d’excitation à l’idée de partager avec la jeune femme un safari dans le domaine. « Mais je suis conscient que nous avons déjà abusé de votre patience et votre temps alors je laisse l’itinéraire à votre convenance. Les seuls points qui doivent être rapportés dans nos rapports concernent le lac aux naïades, les faunes des bois et vos fées… » Il se montrait raisonnable mais serait déçu de ne pas en voir le maximum. Et on devinait par là que sous ces dehors de fonctionnaire Livingstone était un véritable passionné de créatures magiques.

_________________

How far can too far go?
Revenir en haut Aller en bas
Nikolos Akritas



MessageSujet: Re: L'Énième inspection Mar 30 Oct - 2:06

Aussitôt transplané, Nikolos dépose sa winchester sur le côté de la cheminée, avant même que Ed ait eu le temps de commencer à le sermonner. Faisant les gros yeux aux uns et aux autres, le Crétois se met en frais de récolter les armes magiques de gros calibre, les arcs, les épées et autres cossins qui peuvent faire saigner et les alignent sagement à côté de sa carabine.

Puis, le colosse se retourne vers la gardienne comme elle se nomme et commence à fouiller dans ses poches à la recherche de quelque chose de particulier. Qu'il trouve, dans une minuscule enveloppe de parchemin fin comme un cheveu. A l'intérieur, on entend glisser quelque chose de minuscule et de délicat.

Mais je suis conscient que nous avons déjà abusé de votre patience et votre temps alors je laisse l’itinéraire à votre convenance. Les seuls points qui doivent être rapportés dans nos rapports concernent le lac aux naïades, les faunes des bois et vos fées…

Nikolos soupire. Il va avoir encore l'air d'un gros colon, mais les usages sont les usages. Il a le choix entre manquer de la politesse séculaire qui relie les refuges aux chasseurs ou de risquer d'irriter son employeur. Sous quelques rires discret de la brigade, le grec se décide enfin. S'accroupit pour être à la hauteur de yeux de son hôtesse.

Pardon patron, j'en ai pour une minute...

Il lui tend l'enveloppe en disant les paroles rituelles de son coin du monde, avec son anglais fortement teinté de grec.

Pour les plantes que nous risquons de blesser, pour les fées, les dragons et les dragons-fées que nous risquons de déranger. Pour l'air et les anges que nous brusquerons peut-être, pour l'eau que nous risquerons de brouiller et les flammes que nous risquons d'éteindre. Veuillez accepter, gardienne, ce modeste dédommagement.

Il ne demande pas à boire ni à manger... Ca serait malvenu. Librement donné, librement accepté, mais seulement si on lui brandit quelque chose sous le nez. Il a bien senti, Nikolos, que la première offre de la D'Arweller est forcée.

Dans le sac, des graines d'ebenus cretica

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Samuelle Daee
LANGUE DE PLOMB.



MessageSujet: Re: L'Énième inspection Mar 30 Oct - 2:12


Quelqu’un s’étrangla de rire dans le dos du crétois… Un rire timide dont les notes carillonnait délicatement dans l’atmosphère de la pièce. Un rire qui se transforma en une quinte de toux un peu forcée au travers de laquelle le mot « … Têteux… » Transparu avec évidence…

_________________

How far can too far go?
Revenir en haut Aller en bas
Edith D. Arweiller
AGENT DE LA B.I.M.



MessageSujet: Re: L'Énième inspection Ven 2 Nov - 2:06

Edith Arweiller était encore contrariée. Berthe n'en faisait qu'à sa tête et elle s'était mise en frais de leur préparer des thermos. Évidemment, elle ne cracherait jamais sur un café fait par Berthe, d'ailleurs, personne ne crachait jamais sur ce que faisait Berthe, mais tout de même, ça la contrariait un peu. Samuelle fit bonne figure en prétendant qu'elle n'avait pas de baguette. Ed hoche la tête, mais ça ne lui rend pas nécessairement sa bonne humeur. Au moins Samuelle était de bonne humeur.

Livingstone lui donna amplement le loisir d'être désagréable avec lui. Elle voyait parfaitement son envie de faire une longue excursion du Domaine. Pour un fanatique comme lui, le domaine était évidemment une manne de pur extase. Le Domaine renfermait des créatures qu'il était difficile d'imaginer et que Livingstone n'aurait jamais le loisir de voir de toute manière. La plupart des créatures étaient d'une dangerosité moyenne, certaines dangereuses. Quelques unes par contre étaient inclassable tant leur dangerosité dépassait les limites imaginable même pour le ministère. Mais elle n'allait pas lui accorder ce plaisir, Pas après qu'il l'ait qualifié de laxiste dans sa gestion du Domaine. Ils voulait inspecter trois points ? Il verrait ces trois points, point.

- Bien, allons à ces trois points, tranche-t-elle quand soudainement Akritas s'impose devant elle.

Elle lève un regard de pure interrogation vers lui, puis il se met à parler. Perplexe, Ed le laisse débiter sa formule, formule qui tout de même remue quelque chose à l'intérieur de sa mémoire. Une mémoire qui ne lui appartient pas vraiment. Une mémoire subconscience enfouie dans les replis de son cerveau mais dont une bulle d'une souvenir qui ne lui est pas propre, remonte à la surface. Les images qui ne sont pas de ses propres souvenirs dansent un instant devant ses yeux. Akritas a déjà terminé sa formule et lui tend l'enveloppe. Samuelle, elle, s'étouffe. Berthe hoche la tête poliment, approuvant le geste. Livingstone est indéchiffrable. Edith, elle, fixe Akritas sans ciller. Il y a un instant de flottement, un moment ou le silence s'étire de manière presque désagréable. Elle finit par cligner des yeux avant de les baisser sur l'enveloppe et de la prendre avec délicatesse entre son pouce et son index.

- Merci, dit-elle d'une voix à peine audible, avant de pivoter et de céder les graines à Berthe, qui elle s'empresse de voir ce que l'enveloppe contient. allez, on ne va pas y passer la journée. Suivez-moi je vous prie.

Et elle s'élance à travers les couloirs du manoir, passant devant l'immense hall d'entrée, pour atteindre une sortie de service qui les mène à l'extérieur. Juste avant de passer la porte, Berthe les attends avec un Thermos, qu'elle remet à chacun et elle leur souhaite une bonne promenade. Edith emprunte un sentier de gravier, qui gravit une petite pente.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Nikolos Akritas



MessageSujet: Re: L'Énième inspection Ven 2 Nov - 14:57

Quand Ed prend l'enveloppe, Nikolos se redresse, un air satisfait sur la figure. Et mine de rien, le Crétois laisse passer les autres devant lui afin de s'assurer que personne ne fasse de conneries. Côté papa poule? Peut-être, mais dépassant tout le monde d'une bonne tête et demi, le colosse sait qu'il pourra les surveiller tout en entendant les explications D'Edith, si elle en donne.

A Berthe qui lui donne un thermos en sortant, Nikolos la remercie galamment en lui baisant la main. Pourquoi? Une impulsion subite, comme celle qui lui avait valu un coup de genou dans les couilles. Curieux, montant le sentier, il regarde dans le thermos. Grommelle de déception. Avant de se rependre et de renifler soudainement le contenu. Un sourire béat éclaire le sombre visage tandis qu'il revisse le couvert avec précaution, comme s'il tenait de l'or en barre.

Parce que cette eau sale appelée thé a été sucré au miel. Et Nikolos adore le miel d'abeille, n'ayant jamais goûté le miel de fée.

Et c'est donc ralentissant le pas, pour ne pas piler sur les talons de ses prédécesseurs, tout en rangeant le thermos dans son sac, que notre homme découvre le domaine Rocstone, se faisant une carte mentale des lieux. Que voulez vous, habitude oblige.

Respectant scrupuleusement les consignes et les règles régissant les refuges, le Crétois veille à ce que les autres le fassent aussi, totu en gardant un oeil sur Daee, comme Livingstone lui a ordonné.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Samuelle Daee
LANGUE DE PLOMB.



MessageSujet: Re: L'Énième inspection Jeu 15 Nov - 3:16

« Gardons les fées de la roserais pour la fin… » suggéra le fonctionnaire. « Je préfère examiner les naïades avec toute mon acuité intellectuelle… » fit-il en expert. En effet, trop de fatigue pouvait rendre une pareille rencontre périlleuse. Livingstone emboita le pas à la jeune femme, laissant Samuelle derrière avec Akritas pour fermer la marche.

Le petit groupe pénétra sous les frondaisons alors que Livingstone s’occupait de la conversation. « Vous prenez votre rôle de gardienne très à cœur… » la félicitait-il, « C’est un rôle qui demande de la générosité, un cœur brave et désintéressé. Qu’est-ce qui vous a amené à prendre la relève de Monsieur Rocstone? »

Les bois étaient sombres et denses sur la propriété des Rocstone. Une végétation mixte et variée compétitionnait pour occuper l’espace. Edith les guida au cœur d’une vaste pinèdre, là où nul sentier ne mène, dans l’enchevêtrement de branche des saisons passées et des racines anciennes, là où se cache l’arche marquant l’entrée du domaine d’un faune… Usé par l’âge, la pierre détaille les traits d’un bouc aux cornes retournées. Les caractères qui l’encadrent sont illisibles.

En pénétrant dans cette enclave, Samuelle fut prise d’une sévère quinte de toux. Une fumée à l’odeur capiteuse de bois brûlé rampait entre les arbres en lambeaux fantomatiques. Elle s’immobilisa et resta en arrière, posant négligemment une main sur l’arche de pierre… Quitter le chemin? Non pas du tout, ils étaient tous exactement passé par là.

« Selon le rapport d’incident, le faune Garland s’est porté à la défense de la naïade… Pouvez-vous justifier son comportement? Pouvons-nous le rencontrer pour connaître ses intentions de bonne conduite? »

Les mains de la métisse avaient une texture particulière… Pleines de cals sur les bouts avec la paume tendre et délicate. Comme dans une caresse, elle glissa sa main sur la pierre de l’arche jusqu’à ce que seul ses empreintes soient en contact et relâcha juste un peu de son pouvoir. Manière d’encouragement à livrer ses secrets, son histoire… Elle eut une inspiration subite, surprise, prise de court, captivée par la pierre et incapable de s’en détacher, figée sur place par sa curiosité et le poids de la mémoire minérale. . « Hmmpf! » L’effort pour rompre le contact fit briller ses yeux d’or, sa pupille se dilatant pour qu’il n’en reste plus qu’un mince disque doré.

Les faunes sont des demi-dieux caprinés et la chèvre est gardienne. Samuelle n’avait pas de baguette mais elle n’était pas sans pouvoir. Derrière une rangée de pin était dissimulé la caverne de Garland. Un bloc erratique, posé sur la terre meuble en modelait l’entrée. Le faune surgit, echevelé, la jupe de travers, le justaucorps mal boutonné. Énervé, déjà. « Enlevez-moi ça immédiatement! » fit-il en désignant la sorcière. « C’est une intrusion, je proteste! C’est indécent! Une invasion, un viol! »

_________________

How far can too far go?
Revenir en haut Aller en bas
Nikolos Akritas



MessageSujet: Re: L'Énième inspection Jeu 20 Déc - 14:38

Nikolos est en train de jouer avec une chenille qu'il a trouvée sur le mur de pierre. Une adorable petite chose toute en longs poils oranges et noirs. Délicatement, il la laisse passer et repasser tout son soûl le long de ses grands doigts tandis que l'oeil vert est à l'affût du moindre signe d'inconfort de la bestiole pour la laisser repartir dans son habitat naturel.



« Enlevez-moi ça immédiatement! C’est une intrusion, je proteste! C’est indécent! Une invasion, un viol! »


Nik tourne le dos à Garland, mais aussitôt que la voix du faune retentit, il pivote souplement pour lui faire face. Un peu trop souplement même pour un homme de son gabarit. Mais c'est très subtil. En un clin d'oeil, le chasseur évalue la situation. Premier constat, non ce n,est pas de lui qu'on parle. Léger soupir de soulagement tandis qu'il laisse la chenille retourner dans la nature.

Il se plante devant Samuelle, la regardant d'un oeil ou le vert se le dispute à l'acier. Un sourire fendant éclairant lentement sa sale gueule tandis que le colosse se dit que finalement ce n'est pas lui qui ne connait pas les airs de la place comme on dit.

Attendez un peu... Elle a l'air coincée. C'est peut-être dangereux

Tranquillement mais rapidement, le Crétois ramasse une énorme branche, la tient comme une batte de baseball. Puis, prenant son élan parce qu'après tout, il a droit è sa revanche, il lui en assène un retentissant coup dans les côtes, la décollant pour sur du mur sur lequelle elle était scotché de la main.

Cerise sur le sundae, sous les regard probablements outrés, il laisse choir la branche en disant à Samuelle, tout en la regardant dans les yeux.

On est quitte.

_________________


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'Énième inspection

Revenir en haut Aller en bas

L'Énième inspection

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Inspection de l'Hueco Mundo [Pv : Dark]
» Que le Tout-Puissant bénisse le Canada jusqu'à la nième génération!
» Énième recensement des armes d'exception.
» quand le travail rend malade
» [EVENT] Inspection de Crevasse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: L'univers de King's Cross. :: Vox Populi. :: (saison1) RPs.-