Partagez|

Caly to Luke; i'll destroy u

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Caly L. Alifay
AUROR.



MessageSujet: Caly to Luke; i'll destroy u Mer 31 Oct - 2:18




    Voilà bientôt deux semaines que cela c'était passé. Le réveil avait était très difficile ce jour-là, il se souvenait encore de l'affreuse migraine, comme si son crâne s'était fendu en deux. Caly s'était posé pas mal de questions pendant son moment de brouillard. Pourquoi se retrouvait-il à poil sur son canapé? Quelle drogue avait-il prit pour le défoncer comme ça, quelle pute avait-il encore sauté?

    Puis, quand la douleur s'était enfin atténué, il avait remis ses idées en ordres. Putain quel con. Alifay avait tout simplement tout dévoilé à Luke. Toute sa putain de vie, ses secrets, ses hontes, sa colère. Il se trouvait si vulnérable, si facile de l'atteindre à présent. D'autant plus qu'il ne connaissait pas ce mec, ou très peu. Ce qu'il savait de lui, c'était seulement la réputation et les actes mangemoresques de sa famille. Et si le fils tenait de père, Caly n'était pas dans la merde. Et ce petit fils de pute lui avait pris sa baguette. Ô douce ironie.

    C'était donc un mardi matin, de très mauvais humeur, que nous retrouvons Caly aux portes de Poudlard, se grattant l'horrible marque sur son bras, qui le démangeait affreusement. "I want it back" ... il allait la prendre, sa main dans sa gueule, pour avoir fait de sa vie un brave merdier. Il n'avait plus confiance en personne- comme s'il avait déjà eu confiance en quelqu'un-, il n'était pas loin de la syncope à chaque bruit dans la nuit.. bref un calvaire. Si il y avait bien quelque chose qui s’insupportait, c'était d'être une vieille lavette qui ne contrôle plus rien.

    Il était donc décidé à lui rendre sa baguette, - et surtout à lui coller dans le fion - et de ne plus jamais entendre parler de lui. Et si par miracle il arrivait à lui jeter un sortilège d'oubliette, ça serait super. Alifay ne pouvait vivre avec une épée de Damoclès suspendu au dessus de la tronche. Déjà que sa vie d'auror était dangereuse, qu'un ennemi potentiel sache tout sur lui n'arrangeait en rien sa sécurité.

    Il ronchonna et s'enfonça un peu plus dans son écharpe. Il allait choper la crève si ils ne se bougeaient pas le fion de lui ouvrir. Une semaine avant, Caly avait envoyé un hiboux à la direction de l'école, les prévenant de sa venu pour rencontrer un professeur, dans le cadre professionnel évidemment.


    «Vous magnez pas l'fion surtout, j'commence à me transformer en glace à la citrouille.»

    Lança-t-il à la personne qui se trainait pour venir ouvrir le portail. Après quelques sortilèges, le grand portail s'ouvrit et Caly pu enfin pénétrer dans l'enceinte de l'école. Parfois Poudlard lui manquait. Bien loin de la merde. Enfin... ses cinq premières années. Son coeur se serra dans sa poitrine quand il revit le Lac. Que de souvenirs. Wilson et lui, la ou son amour pour elle avait grandi jusqu'à s'emparer entièrement de lui. Mais aussi sa rencontre avec Asmodeus...

    Caly devait s'être arrêté depuis de longues minutes car le concierge montra son impatience par un toussotement appuyé. Il avait bien envie de l'envoyer chier mais il se retint, pour d'obscures raisons. Peut être que ce flot d’émotions avait serré sa gorge, le rendant incapable de lui balancer une sale vanne.

    Alifay congédia son accompagnateur un fois que celui ci lui indiqua le bureau qu'il cherchait, il savait parfaitement ou aller, connaissant Poudlard comme sa poche. L'Auror s'y rendis plus difficilement que prévu -saleté d'escaliers à la con- au bureau du professeur de Métamorphose, croisant diverse minettes pré pubères, gloussant à son passage. Y'en avait quelques unes de mignonnes, mais le détournement de mineur ce n'était pas trop son truc. Arrivée devant la porte du bureau, il toqua, sans réponse. Sans gène, il tourna la poignet, entra et s'assit sur la chaise derrière le bureau. Il allait devoir l'attendre, alors pourquoi ne pas être confortablement installé. Caly mit ses pieds sur le bois et posa la baguette devant lui. Plus qu'à attendre. Connard de Luke.

_________________


« La pire drogue, c'est l'amertume,
elle empoisonne la vie »
Revenir en haut Aller en bas
Luke Midnight
PROFESSEUR DE METAMORPHOSES.



MessageSujet: Re: Caly to Luke; i'll destroy u Dim 4 Nov - 21:58

    « Monsieur Midnight ? C'est vrai que vous donnez des cours particuliers ? » Il hausse un sourcil interrogateur comme il rassemble ses feuilles de cours éparpillées sur le bureau de sa salle de cours. Ses prunelles grises détaillent la jeune fille qui l'interroge de la sorte et il retient un sourire amusé, avant de répondre avec un maximum de sérieux. « Absolument pas, miss Matheson. » La jeune élève de septième année aurait alors du tourner les talons et s'en aller mais il fallait croire que les générations avaient changé car, au contraire, la jolie blondinette, crut bon d'insister. « Vous ne pourriez pas faire une exception pour moi ? » Il lève les yeux au ciel, soudainement agacé. « Miss Matheson, vraiment, je n'ai pas besoin de faire des heures supplémentaires pour vivre. Et si vous voulez savoir, j'aime mes plans cul un peu plus vieilles, alors maintenant déguerpissez avant que je ne fasse un rapport sur vous. » Elle rougit brusquement et détourne le regard et les talons avant même qu'il n'ait eu le temps de finir, arrachant un soupir blasé au jeune professeur. Vraiment, de nos jours, les bonnes manières se perdaient, et les jeunes filles devenaient des traînées de plus en plus tôt. Lui, pourtant, ne mangeait pas de ce pain là. Se taper une étudiante, ça aurait certes était trop facile mais ça aurait surtout été dangereux et il n'était pas prêt à prendre ce risque pour les jolis yeux et les belles courbes d'une gamine pré-pubère. Dans un haussement d'épaules, il se lève et quitte la salle de cours : il n'a rien de prévu avant cette après-midi alors il se dit que retourner faire une petite sieste dans son bureau ne lui sera que des plus profitables.

    Ce n'est qu'en ouvrant la porte de son bureau privé qu'il aperçoit les pieds de Caly posés sur son bureau et ses fesses confortablement installées dans son fauteuil. Il fronce les sourcils, sans comprendre ce qu'il peut bien faire là et surtout comment il a bien pu y entrer, mais qu'importe... Il est là, les moyens importent peu, seule compte la fin. Ses prunelles grises anthracites captent presque aussitôt sa propre baguette posée sur la table et il esquisse un sourire satisfait. Enfin, ce petit bâtard accédait à ses requêtes maintes fois répétées. Luke ne peut toutefois s'empêcher de vouloir en profiter encore un peu et de savourer sa victoire. Il l'avait à ses pieds alors pourquoi ne pas en profiter. « Caly, quel plaisir de te revoir... » Il ronronne presque de satisfaction tant il s'amuse. « Je vois que tu as ramené ma baguette, j'en suis très heureux... Tu veux sans doute récupérer la tienne ? » Il marque une pause, ménageant son effet, avant de reprendre, dans un sourire moqueur, les mots de l'Auror. « Ne la cherche pas, elle n'est pas ici. Blablabla, tu connais l'histoire, pas vrai ? » Il avance vers le bureau sans rien ajouter de plus, ses doigts caressant le bois quand il l'atteint, sans toutefois faire le moindre geste pour s'emparer de son bien. « Ca m'étonne que tu aies mis autant de temps à venir me voir. Après la folle partie de jambes en l'air qu'on a eu, j'aurais pensé que tu en aurais redemandé plus tôt... » Il a un sourire narquois et sûr de lui qui donnerait envie à n'importe qui de le baffer et son index effleure rapidement l'arrête du visage du jeune Auror, avant qu'il ne se détourne pour se diriger vers la fenêtre et laisser son regard se perdre sur le paysage en contrebas. « T'as vu ? On voit le lac d'ici ! Ca doit te rappeler des souvenirs d'avec ta... comment elle s'appelait déjà ? Ah ouiii. Wilson. » Il lâche le prénom avec un plaisir évident comme il sait que ça va le blesser et qu'il s'en délecte à l'avance, avec un délice sans nom. Il se retourne vers lui avec un sourire carnassier, les bras croisés sur sa poitrine. Il mène le jeu, sûr de lui et arrogant, et il va jouer encore un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Caly L. Alifay
AUROR.



MessageSujet: Re: Caly to Luke; i'll destroy u Mar 6 Nov - 18:05



    Il fit le vide dans sa tête. La maitrise de lui même était obligatoire s'il ne voulait pas clairement péter un plomb et etaler le corps de Luke dans tout Poudlard. Et malgré l'approche de Noël, les guirlandes de boyaux, c'était pas très festif.

    Caly ne sursauta pas quand Luke ouvra la porte, l'ayant entendu dans le couloir depuis une bonne minute déjà. Il sourit face à son étonnement.

    « Caly, quel plaisir de te revoir... Je vois que tu as ramené ma baguette, j'en suis très heureux... Tu veux sans doute récupérer la tienne ? » Evidement, il n'était pas la pour jouer aux echecs. « Ne la cherche pas, elle n'est pas ici. Blablabla, tu connais l'histoire, pas vrai ? » Son sourire s’agrandissait à ses paroles, un bel échos de ses propres paroles de la dernière fois.

    « Ca m'étonne que tu aies mis autant de temps à venir me voir. Après la folle partie de jambes en l'air qu'on a eu, j'aurais pensé que tu en aurais redemandé plus tôt... »

    Alifay pouffa de rire. Le prenait-il pour un demeuré? Il se souvenait parfaitement de ce qu'il s'était passé, et même si se réveiller à poil l'avait désorienté quelques instants. Certes, cela avait terriblement dérapé, et si son don n'était pas intervenu-de manière totalement pitoyable soyons clair- les deux cons se seraient très probablement envoyé en l'air sur le fauteuil.

    « T'as vu ? On voit le lac d'ici ! Ca doit te rappeler des souvenirs d'avec ta... comment elle s'appelait déjà ? Ah ouiii. Wilson. »

    Son sourire retomba comme un soufflé à la citrouille. Connard. Évidement, Caly s'était attendu à ce que Luke utilise les souvenirs, déversés par accident dans sa tête, afin de l'emmerder, mais pas à ce qu'il vise aussi juste.

    Le visage de Wilson lui revint aussi clairement que s'il l'avait revu la veille, ainsi que leurs moments de complicité. C'était si loin derrière lui. D'ailleurs, ce Caly était mort depuis longtemps.

    La colère embrasa ses entrailles, et Alifay du faire appel à tout son self-control pour ne pas se jeter sur lui et de lui éclater sa tronche de connard contre la pierre jusqu'à ce que ça fasse une purée de merde. Il aurait également pu lui balancer un éclair vert dans les dents et passer le reste de sa vie en taule. Il serra ses poings à s'en péter les jointures mais son visage resta impassible, dénué d'émotion. Assez contradictoire et assez rare venant de lui.

    Quelque chose lui faisait mal, là ou il n'avait pas de coeur. Il ne voulait pas se souvenir de Wilson, ne voulait pas en parler, et encore moins avec cette raclure de Luke, qui avait vu jusqu'au fond de sa honte et de sa tristesse. Difficilement, il se remit à sourire et pris un air détendu.

    « Que de souvenirs de jeunesse hein? Il faut savoir les passer à la trappe. Les enterrer et ne plus y penser. »

    Son sourire lui monta jusqu'aux oreilles. Oh oui ça ne servait à rien de nier, Midnight savait tout, alors pourquoi faire genre "je n'sais pas de quoi tu parles" bla bla bla.

    « En parlant d'enterrer... je suis allé voir ta chère maman hier... »

    Il planta son regard vert dans celui gris de Luke. Caly n'avait peut être pas violé son esprit mais il savait ou taper pour faire mal. Oh peut être n'était-ce pas le point le plus sensible, mais vu l'importance qu'il attachait à la baguette de sa mère, il n'y avait pas de doute sur l'affection de Luke pour elle.

    « Pas très bien protégée, d'ailleurs. »

    Le sous-entendu était lourd de sens. A lui d'en analyser l'essence même. Bien sûr Caly ne toucherait pas à cette pauvre femme déjà bien trop abimé par la vie. Mais Luke le savait-il? Et puis en dernier recours, ce légume pouvait très bien servir.

_________________


« La pire drogue, c'est l'amertume,
elle empoisonne la vie »
Revenir en haut Aller en bas
Luke Midnight
PROFESSEUR DE METAMORPHOSES.



MessageSujet: Re: Caly to Luke; i'll destroy u Dim 11 Nov - 20:36

    « T'as vu ? On voit le lac d'ici ! Ca doit te rappeler des souvenirs d'avec ta... comment elle s'appelait déjà ? Ah ouiii. Wilson. » Ses lèvres se figent en un sourire mauvais et provocant. Sa méchanceté, elle, est gratuite, mais il ne fait que répondre aux sentiments que Caly génèrent en lui. Si l'Auror s'adoucissait, sûr que Luke en ferait autant. Le sourire de Caly qui retombe à l'évocation de Wilson est une victoire en soi et pour un peu, il en rirait presque. Ses prunelles grises ne lâchent pas un instant le visage de son vis-à-vis et, en bon observateur, il parvient à lire, quasiment la totalité de ce qui se passe dans sa tête et il sait bien que le sourire qu'il s'efforce d'afficher n'est qu'un masque, un leurre ridicule qui ne trompe personne. « Que de souvenirs de jeunesse hein ? Il faut savoir les passer à la trappe. Les enterrer et ne plus y penser. » C'est ça, ouais. rigole Luke intérieurement comme il n'en croit pas un mot. Il est trop bien au fait des blessures de l'Auror depuis cet étrange déversement des pensées de l'ennemi dans les siennes pour ne pas savoir que sa pique acerbe le touche plus qu'il ne veut bien le laisser entendre. Il hausse les épaules, pas franchement intéressé par les états d'âme du jeune homme. Chacun sa merde, estime-t-il alors qu'il attrape son paquet de cigarettes et en sort une clope. « En parlant d'enterrer... je suis allé voir ta chère maman hier... » Pour le coup, c'est le sourire de l'Irlandais qui se fige en l'espace d'un instant avant de s'effacer comme il serre les dents à l'idée que cette petite roulure de Caly ait osé se rendre là-bas. Comment ose-t-il ? L'affront le fait blanchir encore plus que d'ordinaire et il y a cette lueur dangereuse qui s'allume dans ses yeux anthracites. « Pas très bien protégée, d'ailleurs. » A ces mots, le jeune professeur gronde de façon imperceptible et, preuve de la colère qui sourde en lui, il écrase entre ses doigts rageurs la cigarette qu'il n'a même pas pris la peine d'allumer. Il le crucifie du regard et il ignore ce qui le retient de l'attraper et de lui éclater la gueule sur le plancher, à grands coups de talons. Non, au contraire, il s'évertue au calme et c'est en cela qu'il est encore plus redoutable. Quand il agit de manière impulsive, il oublie la prudence et prend le risque de se brûler. Quand il réfléchit, il devient un loup affamé.

    Lentement et sans rien dire, il s'approche de Caly, un rictus figé sur les lèvres, les poings serrés, ses ongles s'enfonçant dans ses paumes pour canaliser sa colère. « Tu devrais faire attention à tes proches avant de menacer les miens, Alifay... » Il s'arrête de l'autre côté du bureau, les mains bien à plat sur le bois noir. « Notamment ce chien perdu que tu traînes toujours derrière toi et qui, il y a encore quelques jours, venait gratter à ma porte comme un désespéré... » Il ronronnerait presque tant il s'éclate. Il doute fort qu'Asmodeus ait raconté à Caly sa petite incursion au manoir irlandais, en tous cas, il compte sur l'effet de surprise. « Il est moins con que ce que j'aurais cru d'ailleurs... » Il laisse planer un silence lourd de sens. « Et tous ses tatouages... J't'avouerais que le côté bad boy, ça a presque fini par me plaire... » Il le dévisage, avide de ses réactions et, finalement, il frappe un grand coup de poings sur le bureau, dégageant d'un mouvement sec les jambes de l'Auror de la table avant de l'attraper par les cheveux et de coller son visage de petit connard sur le bois d'ébène sombre, exerçant une légère pression. Simple avertissement. La joue d'Alifay se presse sur la baguette de la mère de Luke et l'Irlandais appuie davantage, prêt à lui incruster les dessins gravés dans la poignée sur la peau. Enflure, tu mériterais que je te crève. Il se penche, le blondinet, et lui murmure à l'oreille. « Ne viens pas me provoquer sur mon propre territoire, Caly... » Ses doigts se resserrent dans sa tignasse et il lui fait relever la tête vers lui, quelques secondes. « Parle encore de ma mère une seule fois, une seule et j'te crève... » Plus brusquement cette fois-ci, il lui aplatit le visage sur le bureau, mais son autre main, elle, a pris soin de retirer la baguette et de la plaquer sur la jugulaire de l'Auror. « Alors Caly ? Tu me supplies ou tu me suces ? » Il gronde, un sourire retroussant ses lèvres, carnassier. Y'a un truc dans la vie, j'crois qu'on l'appelle le retour à l'envoyeur.
Revenir en haut Aller en bas
Caly L. Alifay
AUROR.



MessageSujet: Re: Caly to Luke; i'll destroy u Dim 25 Nov - 14:47

[HRP =] tu as le droit de me frapper pour le retard [/HRP ]



    Évidement, c'était pas beau ce qu'il avait dit. Mais était-ce arrivé au moins une fois que Caly ferme sa grande gueule? C'était comme si il n'avait pas de "filtre" et que sortait de sa bouche toute les saloperies qu'il pensait. Bien sûr, ce genre de maladie existait, mais ça serait bien trop facile s'il en était atteins. Non, Alifay était tout simplement le dernier des connards. Et il fallait s'attendre au jour ou un mec pas très sympa ou mal luné lui fasse bouffer sa langue, et pas forcement par voie logique. Il sentait le retour de bâton venir, tout dans l'attitude de Luke le hurlait si fort qu'il aurait pu l'entendre, malgré le sang froid qu'il semblait vouloir montrer.

    « Tu devrais faire attention à tes proches avant de menacer les miens, Alifay... »

    C'était trop facile. Caly était totalement conscient que Luke detenait la clé de son coeur bien trop enfoui, et que d'un claquement de doigt (ou d'un coup de baguette, à vous d'voir), il pourrait le saigner à blanc. « Notamment ce chien perdu que tu traînes toujours derrière toi et qui, il y a encore quelques jours, venait gratter à ma porte comme un désespéré... »
    Il fit mine que ça ne le touchait pas. Et pourtant, il reçu ça comme une décharge électrique. Asmo était allé voir Luke? Pourquoi? Que s'était-il passé? Le chien, il ne lui avait rien dit ! Cependant... Alifay ne lui avait rien dit du petit entrevu entre Midnight et lui, et il s'attendait à ce que Way soit sincère avec lui? Alors qu'il l'avait pris pour un jambon maintes et maintes fois? Bha ouais. Ca semblait logique dans sa tête de con fini.

    « Il est moins con que ce que j'aurais cru d'ailleurs... » Les paroles de Luke semblaient raisonner au loin, comme en transe, en pleine réflexion. Il s'imaginait déjà le pire. Putain pourquoi devait-il être jaloux bordel de merde? Il s'en carrait l'oignon, non? « Et tous ses tatouages... J't'avouerais que le côté bad boy, ça a presque fini par me plaire... »
    Caly l'aurait presque sentir bouillir de joie à coté de lui. Luke prenait un tel plaisir à jouer avec sa corde sensible, que ça en devenait presque vexant que cela soit aussi facile. Intérieurement, Alifay aurait pu le buter, mais étrangement, il resta impassible, imaginant le corps nu et particulièrement sexy d'Asmodeus contre celui de Luke. S'il n'avait pas été si en colère, il aurait pu en avoir la gaule.

    Le soudain coup de sang du professeur le fit sortir de ses rêveries, particulièrement quand il se mit à bouffer la baguette par la joue.

    Enflure, tu mériterais que je te crève.

    La pensée de Luke percuta son esprit avec force. Oh oui sans aucun doute la dessus, il en crevait d'envie. Et face à ça, et par reflexe totalement débile, Alifay afficha un large sourire, malgré la douleur des gravures dans le bois qui commençait à se creuser dans sa peau.

    « Ne viens pas me provoquer sur mon propre territoire, Caly... Parle encore de ma mère une seule fois, une seule et j'te crève... »

    Il était clairement en situation de faiblesse. Mais qu'était la force d'un professeur, face à celle d'un Auror? Si seulement il voulait se battre, il l'aurait broyé presque sans problème. Mais il n'avait pas envie de se foutre sur la gueule avec lui.

    « Alors Caly ? Tu me supplies ou tu me suces ? »

    Caly en aurait éclaté de rire s'il n'était pas sous la menace d'une baguette, planté au creu de son cou. Il se contenta seulement de garder son sourire de connard. Son cerveau se mit à tourner plus que de raison. Le supplier? Même si son égo le lui permettait, Luke s'en contenterait-il? Peu de chances. Et pour ce qui était de le sucer, fallait pas rêver. Midnight était trop propre sur lui pour lui plaire, et s'il avait déjà eu Asmo, ne pouvait-il pas s'en contenter?

    « Je t'ai déjà prouvé que j'te maravais. »

    Il ne fit aucun geste pour se dégager. Si Luke avait un minimum d'instinct, il devrait le lâcher. Une menace sur Auror pouvait le mener très loin. Même si Caly était mal vu au ministère et que personne de le croirait, le professeur lui, n'en savait rien. Si on mettait de côté les visions de son passé ou son formateur le martyrisait.

    « M'oblige pas à te remettre ta branlée. Et je n'ai pas besoin d'un bout de bois pour le faire. »

    Et c'était véridique. Il avait bien senti que Luke n'était rien sans sa baguette, au vu de sa manière d'insister pour la récupérer. Oh oui il ne doutait pas du côté sentimental, la baguette de sa mère, bla bla bla. Mais ce gringalet ne valait rien sans sa magie, c'était évident. Alors que Caly avait suivi un entrainement sans baguette, et ses nombreuses rixes l'avait formé à des combats à mains nues. Mais il ne souhaitait vraiment pas se battre. Ni le courage, ni l'envie, ni la force.

    « Et ce n'était pas une menace, mais une réelle constatation. »

    C'était pas des conneries. Caly avait été interloqué par le manque de sécurité autour de la mère Midnight. Plus personne ne semblait se soucier de cette pauvre femme.

_________________


« La pire drogue, c'est l'amertume,
elle empoisonne la vie »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Caly to Luke; i'll destroy u

Revenir en haut Aller en bas

Caly to Luke; i'll destroy u

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Luke Adam L UFA 22 875000 0 D- C C D C- C- D C- C- C D C C- C- C
» Trevor C. Montgomery ► Luke Worrall
» Lyle S. Abrams | Luke Grimes
» Luke Kayan
» Fiche technique de Luke Cage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: L'univers de King's Cross. :: Vox Populi. :: (saison1) RPs.-