Partagez|

L'histoire sans fin {Asphodèle}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
William Alex Slayers
AGENT IMMOBILIER
TRAFIQUANT DE POTIONS.



MessageSujet: L'histoire sans fin {Asphodèle} Dim 11 Nov - 14:06





William & Asphodèle

❝ L'histoire sans fin ❞


William et Asphodèle était amis. Ça le faisait rire quand il y pensait. Ça lui rappelait l’époque où il se disait l’ami de la métisse, quand il n’était qu’un adolescent, et qu’en fait il mourrait d’envie de la mettre dans son lit. Aujourd’hui ils étaient réellement amis bien que William n’était pas assez idiot pour ignorer le fait qu’il avait encore des sentiments pour elle. Il n’avait plus dix sept ans. Il savait ce que c’était que l’amour et se rendait bien compte des choses bien que pour l’instant il ne savait pas quoi faire avec ça. Il était bien placer pour savoir qu’Asphodèle n’était pas une femme qu’on séduisait facilement. Il avait beaucoup souffert et il voulait être certain de ce qu’il voulait avant de tenter quoi que ce soit. Ou du moins de lui exposer clairement ses sentiments… Pour l’instant il s’accrochait à leurs souvenirs en se demandant si les nouveaux qu’ils créeraient dans l’avenir seraient aussi bien. Ils s’étaient donner rendez vous dans un petit café d’une des rues de Londres. William ne travaillait pas avant le soir même. Le soleil était à son zénith, c’était bientôt midi. Le jeune Slayers s’était lever tôt et en avait profité pour ranger un peu son appart. Pas dans l’optique où il viendrait par la suite là bas avec Asphodèle mais plus pour arriver à mettre de l’ordre dans ses idées, dans sa vie. Il arriva un peu en avance mais il finit par apercevoir la jeune métisse qui se dirigeait vers lui. « Je t’ai connu plus ponctuelle, serait-je déjà en train de déteindre sur toi ? » lui demanda-t-il avec un sourire malicieux, taquin. « On a qu’à s’installer là. » dit-t-il en désignant une table où était poser un livre…


_________________

Irrésistible charmeur ♤ Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur.
Revenir en haut Aller en bas
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Dim 11 Nov - 20:41

En voyant arriver Kaprice Harlington au coin de la rue, Asphodèle n'avait pas perdu de temps. Elle avait collé un baiser sur la joue de Dak fraîchement sorti de la salle de bain (décidément ça devenait une habitude) et avait disparu dans un crac sonore. Elle n'avait rien de particulier contre la jeune femme mais ça n'était pas vraiment réciproque. De toute évidence l'ex de Dak avait du mal à croire qu'il ne s'était jamais rien passé entre eux (un rêve ne compte pas bien évidemment).

Là dessus, elle avait envoyé un hibou à Will pour savoir s'il était dispo pour prendre un café, avait fait un crochet par l'appart de Change' qui ne servait qu'à son chat à elle pour passer une tenue un petit peu moins décontractée et enfin rejoindre le jeune homme sur les lieux du rendez-vous.

« Je t’ai connu plus ponctuelle, serait-je déjà en train de déteindre sur toi ? »

Elle jeta un oeil à sa montre tandis qu'il renchérissait :

« Non je pense que c'est moi qui détint sur toi. Tu es en avance. »

Elle sourit est avisa la table qu'il lui désignait. Quelqu'un y avait oublié un livre. Comment pouvait-on oublier un LIVRE! Les gens étaient irresponsables. Et le pire c'était que ces gens là venaient ensuite vous donner des leçons en s'appuyant sur leurs propres enfants pour témoigner de leur soit disant sens des responsabilités.

En y regardant d'un peu plus près, elle reconnut tout de suite le livre en question. Elle n'eut même pas le temps de se dire qu'elle aussi l'aurait peut-être abandonné qu'une force irrésistible là conduit à faire ceci :

« Hey regarde c'est... »

La seconde d'après, ils se retrouvaient tous les deux sur une grève solitaire sous un ciel gris. Lui, vêtu des matières les plus nobles et elle... complètement nue...

_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas
William Alex Slayers
AGENT IMMOBILIER
TRAFIQUANT DE POTIONS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Dim 11 Nov - 21:26





William & Asphodèle

❝ L'histoire sans fin ❞


« Non je pense que c'est moi qui détint sur toi. Tu es en avance. » En effet il était rare que William soit à l’heure, encore plus qu’il soit en avance. « Egalité ! » lui répondit-il sans se laisser démonter. Elle déteignait sur lui et il déteignait sur elle. A l’époque où ils étaient ado c’était pareil. William avait rendu Asphodèle plus ouverte, plus souriante et enclin à s’amuser et à délaisser ses livres tandis que grâce à elle il avait fait preuve de d’avantage de sérieux dans la rédaction des ses devoirs ou de réflexion dans ses actes. A croire qu’ensemble ils apportaient à l’autre ce qui leurs manquaient…

Sur la table qu’avait désigné William se trouvait un livre. Il détestait les livres ! C’était une trééééééééés longue histoire – sans fin /sbaf/ – mais il avait une TRES bonne raison de détester les livres. Quand Asphodèle attrapa l’ouvrage elle ne sembla pas reconnaitre justement LE livre qui faisait qu’il détestait les livres alors que lui… « NOOOOOOOOOOOOOOOOON » Trop tard ! La jeune métisse l’avait ouvert et ils se retrouvèrent aspirés par le livre de conte maudit qui les avaient déjà par le passer emmener dans une folle aventure…

William poussa un soupir d’exaspération, essayant de se faire à l’idée qu’ils allaient galérer pour retourner dans leur monde ! Il jeta alors un regard aux alentours pour savoir dans quel conte ils étaient tombés. Ils étaient sur une plage et lui était habillé de façon noble. Il regarda Asphodèle et… William leva la tête, faisant mine d’admiré le ciel qui n’avait rien de beau tandis qu’il déglutissait avec difficulté. Elle était nu ! NU ! N-U ! Certes il l’avait déjà vu nu et il aurait pût facilement se mettre à rire pour détendre la situation, faire une blague à la con comme il savait si bien le faire pour dédramatiser. Mais là il en était incapable parce que le rouge lui était montait au joues. Il ne regardait pas Asphodèle parce qu’il ne voulait pas qu’elle se rende compte qu’il rougissait. Elle se moquerait bien évidemment. Il ne rougissait pas quand il avait dix sept ans et voilà que maintenant c’était le cas, il avait honte d’agir comme un idiot de puceau juvénile. C’était un corps de femme qu’il venait de voir. Il en avait vu d’autre et il n’avait aucune raison d’en rougir. Pourtant voir Asphodèle en tenu d’Eve l’avait sans contexte mis mal à l’aise. Il regardait toujours le ciel comme s’il s’était agit de la huitième merveille du monde. C’était très embarrassant et ce n’était même pas lui qui était nu…


_________________

Irrésistible charmeur ♤ Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur.
Revenir en haut Aller en bas
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Dim 11 Nov - 22:04

Elle entendit parfaitement le soupir d'exaspération de William et il n'était pas sans lui rappeler celui qu'elle avait eu 8 ans auparavant quand il avait ouvert ce maudit livre. Autant dire qu'elle ne pourrait plus jamais la ramener sur cette histoire. Dommage parce que c'était un de ses exemples préférés de "comment William n'écoutait jamais rien".

Huit ans avant, s'ils avaient commencé par cette histoire -qu'elle ne reconnaissait même pas d'ailleurs - elle aurait bondi pendant qu'il se serait rincé l'oeil indifférent à toutes les insultes qu'elle aurait pu lui jeter. Elle aurait probablement commencé par goujat, une insulte très en vogue chez les adolescents...

Dans cette version-là, elle ne faisait pas le moindre effort pour cacher quoi que ce soit. Déjà, ses très longs cheveux blancs faisaient l'essentiel du travail et puis, William l'avait déjà vu nue deux fois, il avait vu elle ne savait combien de femmes avant et après elle dans le même état de nature, et pour conclure ils étaient amis désormais donc tout ceci ne lui ferait ni chaud ni froid... Très probablement. Dak se baladait bien en caleçon devant elle la moitié du temps et il était demi-vélane donc...

Elle ne manqua pas de remarquer soudain intérêt qu'il portait à ce qui se passait au-dessus de leur tête. Elle leva les yeux. Rien.

« ...! »

Pourquoi sa voix lui faisait-elle défaut? Elle massa sa gorge doucement comme pour décoincer quelque chose mais rien n'y fit, et William qui s'obstinait à ne pas la regarder. Qu'à cela ne tienne, elle lui taperait sur l'épaule et après deux ou trois mimes il comprendrait qu'elle n'avait plus de son. Seulement voilà, visiblement cette option n'était pas dans le script non plus. Elle avait une sensation bizarre dans les jambes et il lui fallut toute sa science pour ne serait-ce que se rappeler comment se mettre debout. Ell ne tint pas longtemps la position. Ses pieds la lancèrent atrocement dès lors qu'elle se trouva en appui dessus et elle s'étala de tout son long, le nez dans le sable. Pas très sexy, ni très grande classe...

Elle soupira, toujours incapable d'attirer l'attention de Will qui semblait attendre qu'elle lui dise qu'elle était visible (pour une fois qu'il faisait preuve de tact...). Désespérant d'attirer son attention, elle finit par trouver un petit oursin desséché et, après avoir un peu hésité, le lui jeter en pleine tête...

_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas
William Alex Slayers
AGENT IMMOBILIER
TRAFIQUANT DE POTIONS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Lun 12 Nov - 21:24





William & Asphodèle

❝ L'histoire sans fin ❞


William se souvenait de la semaine qui avait suivit la mort de son père. Il avait passé son temps avec Sawyer. L’ainé Slayers n’avait pas dit un traitre mot pendant 7 jours. Pas une seule parole pendant 168 heures. Pas un seul son pendant 10 080 minutes. Rien pendant 604 800 secondes. Le temps avait semblait à William interminable mais ce ne fut rien comparé aux minutes actuelles où le silence demeura. Il attendait qu’elle lui donne son accord pour la regarder. Il attendait qu’elle trouve une feuille, n’importe quoi pour cacher ce qui avait besoin d’être cacher. Mais le silence demeura… Jusqu’à ce qu’il sente quelque chose lui cognait le crane. William laissa échapper un « Aweee » avant de se retourner. Il vit de nouveau Asphodèle – toujours nu – mais il fût surpris de ce rendre compte qu’elle était allonger par terre et qu’elle semblait incapable de se relever. C’était comme si elle essayait sans parvenir à y arriver. William baissa les yeux sur ses vêtements pour essayer de devinait le conte. Bon au passage okays ça lui évitait de trop fixer le corps nu d’Asphodèle. Mais c’était aussi – et surtout bien sûr - pour deviner le conte, ce qui les aiderait beaucoup. Des vêtements blanc et large lui donnain l’air d’un navigateur, une mer à perte de vue, une fille nu incapable de marcher… La petite sirène !!! Asphodèle était donc muette, d’où l’oursin qu’elle lui avait jeté ! Il sentit une chose lourde dans la poche de son pantalon et il en sortit une gourde. Parfait ! Il l’ouvrit et en regardant le ciel il versa l’eau sur Asphodèle. Il jeta un œil en biais vers elle avant de sourire et de la regarder pour de bon. C’était exactement ce qu’il voulait ! Asphodèle n’était plus nu, désormais elle avait des écailles sur la poitrine et une longue queue de sirène. « J’imagine que si tu avais ta voie tu crierais, mais tu aurais peut-être préféré rester nu ? » dit-il pour lui expliquer son geste et minimiser sa colère. Elle était là en sirène échouer sur le sable. Quoi faire ensuite ? William n’en avait aucune idée !!!!


_________________

Irrésistible charmeur ♤ Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur.
Revenir en haut Aller en bas
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Lun 12 Nov - 21:50

Il finit par lui accorder un brin d'attention mais elle remarquait qu'il évitait soigneusement de croiser son regard... à moins que ce ne fut pas son regard mais sa nudité. Sur le coup ça lui parût la réaction la plus incongrue du monde, mais d'un autre côté, après avoir vu un brin de rouge sur les joues de son ex, elle trouvait ça plutôt charmant. Il avait décidément bien changé, et pour le meilleur de ce qu'elle voyait. Enfin elle n'allait pas non plus s'emballer pour si peu, elle était toujours nue et doublement handicapée et curieusement cet état de fait monopolisé à l'instant 90% de son intérêt.

Asphodèle suivit Will du regard comme il sortait une gourde. Pourvu qu'il ne projette pas de lui rendre la monnaie de sa pièce pour l'oursin de tout à l'heure... elle ferma les yeux et l'instant d'après...

La bouche d'Asphodèle s'ouvrit en un grand O plein de véhémence! C'était une blague! Voilà qu'elle passait d'impotente à mi-femme mi-... mi! Une longue queue de poisson (mais allez savoir quel poisson) avait remplacé ses jolies jambes de naïades et battait frénétiquement au rythme de sa mauvaise humeur. A bien y regarder, elle faisait plutôt une très belle sirène avec ses cheveux blanc nacre et ses écailles toutes aussi claires qui faisaient ressortir l'ambre sucré de sa peau. A y regarder du point de vue d'Asphodèle, ça n'était absolument pas fonctionnel et elle détestait!

« J’imagine que si tu avais ta voie tu crierais, mais tu aurais peut-être préféré rester nu ? »

Un regard éteint qui glissait sur le côté et il avait sa réponse... Le mieux de tout c'était qu'il semblait connaître ce conte et pas elle. Un livre qu'il avait lu et pas elle! Un comble. Au moins elle avait déjà fait l'expérience du livre dont vous êtes le héros. Une batterie de solutions rapides à son problème (Will n'avait pas tant de problème que ça pour l'instant) lui passa par la tête c'est comme ça qu'elle se retrouva à tracé dans le sable du bout du doigt KISS ME...

Devant la non-réaction de William, elle crut bon d'ajouter ceci : PLEAAAAASE.

Au moins elle faisait de l'humour, c'était qu'elle avait bon espoir que sa solution fonctionne.

_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas
William Alex Slayers
AGENT IMMOBILIER
TRAFIQUANT DE POTIONS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Jeu 15 Nov - 20:30





William & Asphodèle

❝ L'histoire sans fin ❞


Un sourire amusait naquit sur les lèvres de William quand il lu sur le sable « Kiss Me ». Il n’y pas de doute, ils étaient bien dans un conte de fée ! Dans le monde de « Il était une fois » Cupidon avait toujours plus de pouvoir que Dieu lui-même. La princesse finit toujours par tomber « par hasard » sur le prince. Quoiqu’ils fassent ils tombaient toujours l’un sur l’autre et tous les chapitres de l’histoire sont destinés à les reprocher. Dans la vraie vie, le destin n’est pas aussi fort. Lorsqu’une fille croise un gars qu’elle trouvait charmant dans la rue il y a une chance sur 100 pour qu’elle retombe sur lui un jour ! Dans le monde de « Il était une fois », le gars en question aurait été son voisin, comme de par hasard. Ou pas d’ailleurs.

Quoiqu’il en soit, peut-être était-ce dût au fait que William et Asphodèle étaient arrivé en même temps dans le monde fantastique, mais tout semblait vouloir les rapprochait. Tout d’abord elle était nue, puis elle lui demandait de l’embrasser. Ensuite ça serait quoi ? Il tomberait « comme de par hasard » sur une bague de fiançailles ? William aimait bien le monde de « Il était une fois. » Dans ce monde il y avait toujours un happy end. Pas de fiancée qui meurt et ressuscite pour assassiner vos futures petites amies. Pas de petite amie qu’on largue alors qu’on l’aime… Si le Slayers avait rompu avec la belle métisse dans ce monde, ils se retrouvaient, même des mois plus tard et il aurait finit par se marié. Aujourd’hui Asphodèle serait enceinte de triplé. Harmony, Félicity et Phillippe. Mais ils ne vivaient pas dans un conte de fée…

La jeune femme traça un « PLEAAAAASE. » dans le sable et William se mit alors à rire. Il se pencha sur Asphodèle et l’embrassa comme si l’avait quitté la veille, les yeux fermait et savourant avec délice leurs baisers… « J’avais oublié que c’était si bien. » ne pût-t-il s’empêcher de dire, le pensant trop fort, alors que ses lèvres se décollaient de celle qu’il aimait toujours…


_________________

Irrésistible charmeur ♤ Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur.
Revenir en haut Aller en bas
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Jeu 15 Nov - 21:21

Pendant une seconde, elle crut qu'il n'allait pas vouloir. Elle aurait tout à fait compris après tout, il n'était pas donné qu'il trouve ça très sain d'embrasser son ex pour lui rendre service. Spontanément ça avait pourtant été ce qui lui avait paru la meilleure chose à faire. Dans le livre, rien n'avait plus de pouvoir qu'un baiser - du moins c'était ce qu'elle avait constaté et comme de toute façon ils étaient dans un livre, ça n'était pas bien grave si ce n'était pas très rationnel.

Finalement il consentit a lui donner un baiser magique, peut-être parce que sa supplique gravée dans le sable l'avait attendrie, peut-être parce que - de drôles d'idées vous passent par la tête quand quelqu'un pour qui vous avez de l'affection pose ses lèvres sur vous. Elle s'était toujours demandée pourquoi? La logique aurait voulu que les hormones libérées par le contact physique l'empêchent de penser, mais elle était une tête pensante.

Il finit par rompre le baiser et dire :

« J’avais oublié que c’était si bien. »

Moi non. voulut-elle lui dire, ce qui en langage de sirène qu'elle était toujours donna :

« ... ... !!!!!!»

Elle en sursauta presque, littéralement médusée. Pourquoi cela n'avait-il pas marché? Le baiser avait été parfait, comme toujours. Est-ce que ça venait d'elle? Peut-être qu'il avait dit que c'était bien pour ne pas la vexer ? Il n'en avait pourtant pas l'air... Pour le coup elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'ils devaient faire. A sa décharge elle ne pouvait pas énoncer à haute voix ses observations pour faciliter l'aboutissement de ses réflexions à une déduction rationnelle et plausible. Sans parler de la moitié de son corps qui, disons le franchement, était d'une inutilité crasse.

Dans le dos de Will, on s'ébrouait. Asphodèle pencha la tête. Un magnifique cheval à la robe immaculée piaffait avec impatience sur la grève. Sur son harnachement portait les mêmes armes que la boucle de la ceinture de William. Non pas qu'elle faisait particulièrement attention à cet élément de la tenue de son ex, mais il se trouvait que vu son handicap, elle l'avait juste devant les yeux. Elle en déduisait qu'il était un prince. Pour ce qui la concernait le diagnostic sirène coulait de source, sans mauvais jeu de mot.

Doucement elle tira sur la manche de Will pour attirer son attention sur le cheval puis elle lui tendit les bras pour récupérer son regard et accessoirement qu'il la prenne dans ses bras et l'emmène sur son ... ouais bon.

Ce n'était pas qu'Asphodèle avait un problème avec le romantisme, ni que ce problème avait déjà été une difficulté lors de leur premier passage dans le livre dont vous êtes le héros, mais affublée d'une queue de poisson, elle avait tendance à ne pas trop y mettre du sien.

Alors elle le laissa la soulever, ne fit aucun commentaire (comme si elle pouvait) quand il se rendu compte qu'avec sa queue de sirène elle avait le poids d'une baleine échouée et finalement, elle somnola pendant presque tout le voyage vers Merlin savait où. Son idée à elle était de laisser faire le cheval qui saurait bien rentrer chez lui. L'idée de William c'était que de toute façon, ils ne savaient pas où ils allaient alors...

Elle ne se rendit même pas compte qu'elle s'était endormie, peut-être parce qu'elle était bien dans ses bras mais quoiqu'il en soit, elle n'apprécia guère le réveil.

PLACE, PLACE! FAITES PLACE A SA MAJESTE LE ROOOOI!!!, le tout au son des clairons retentissant.

Elle eut un nouveau sursaut. Dans ce livre mieux valait se méfier de ceux qui avaient le pouvoir où vous finissiez les pieds devant la tête sur les genoux en moins de temps qu'il n'aurait fallu à Asphodèle pour le penser.

- Oh Sire nous nous sommes tant inquiétez en voyant la proue du Passeur d'Aurore rejetée sur le rivage par la tempête! Nous vous avons cru perdu..., pleurait un petit homme replet. Son visage rondouillard, entouré de pattes-de-lièvre avait quelque chose d'aussi sincère que généreux. Lui aussi portait les armes de la ceinture de William et d'ailleurs, ces mêmes armes se retrouvaient sur les bannières noires qui flottaient sur les mâts devant le château. Visiblement, on avait porté le deuil de l'équipage royal.

Asphodèle haussa un sourcil. Quelle était cette histoire de fou? Si Enrique avait pu voir ça - William Roi - il en aurait mangé son chapeau. Ce n'est que là qu'une courtisane la remarqua, d'ailleurs Asphodèle se demandait comment on avait pu la snober si superbement jusque là. Comme si William avait été une étoile et elle un vulgaire satellite... décidément ce livre avait décidé de la contrarier.

- Seigneur quelle beauté...

Voilà qui était mieux...

_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas
William Alex Slayers
AGENT IMMOBILIER
TRAFIQUANT DE POTIONS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Mar 20 Nov - 19:40





William

&

Asphodèle



❝ L'histoire sans fin ❞


Dans le monde de « il était une fois » ce n’était pas tout les baisers qui étaient magique. Asphodèle l’ignorait peut-être mais William le savait. Seul le baiser de votre grand amour était magique. Il fallait croire que William n’était pas cet homme là, n’était pas celui qui faisait battre le cœur de la jeune métisse. Sinon comment expliqué le fait que cela ait échoué ? Etrangement il se sentait déçu. Voir même jaloux, il se surprenait à penser « Avec Enrique ça aurait pût marcher » et il détesta le Mexicain encore plus que d’ordinaire. Cela faisait longtemps qu’ils n’étaient qu’un couple mais il avait pensé que même si leur histoire avait prit fin, s’il y avait bien quelqu’un qui resterait toute sa vie son grand amour c’était lui… Essayant de cacher sa déception il se concentra sur le cheval qui venait d’apparaitre comme par magie. Le plus étrange c’est que William avait l’impression de le connaitre et devinait même son nom « maximus » .

Ne sachant pas quoi faire d’autre le jeune Slayers souleva Asphodèle – putain qu’elle était lourde ! – et monta à cheval, commençant à avancer sans savoir où ce chemin – ou plutôt cette histoire – allait les mener. Ils arrivèrent finalement à un château et William fût surprit d’apprendre qu’il était le roi. Il aurait pût facilement bomber le torse et en profiter pour se pavaner devant les filles qui n’avaient d’yeux que pour lui. Au lieu de ça il adopta une attitude modeste. Il accorda un plus vif intérêt à une courtisane qui posa les yeux sur la jolie sirène qu’était désormais Asphodèle. « Seigneur quelle beauté... » « J’avoue que je ne peux qu’approuver » commenta-t-il avec un sourire malicieux. « Mais connaissait vous un moyen de la rendre humaine et surtout de lui redonner sa voie ? C’est de la plus importance et vous serez récompenser très généreusement si vous arrivez à me satisfaire. » Dit-il avec noblesse, faisant ainsi réellement penser à un roi et le rendant des plus charmant…


_________________

Irrésistible charmeur ♤ Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur.
Revenir en haut Aller en bas
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Mer 28 Nov - 20:07

Pour être honnête, Asphodèle ne s'était pas attendue à ce que William prenne tout cela avec autant de modestie. Il ne lui avait même pas agité sous le nez la magnifique couronne d'or et de pierreries que le Grand Chambellan lui avait présenté.

« Seigneur quelle beauté... »
« J’avoue que je ne peux qu’approuver » risqua-t-il avec élégance.

Asphodèle ne dit rien mais une petite moue discrète trahissait que sous ses jolies couleurs de métisse, elle rougissait de ce compliment. Elle ne s'en serait peut-être pas tant émue hors du livre ou s'il n'était pas sortie de cette bouche-là qu'elle avait embrassée avec force subjectivité quelques années auparavant. Mais le livre faisait bien les choses...

« Mais connaissez vous un moyen de la rendre humaine et surtout de lui redonner sa voix ? C’est de la plus haute importance et vous serez récompensée très généreusement si vous arrivez à me satisfaire. »

La courtisane fit les ronds de jambes circonstanciés, esquissant la réponse dans un sourire on ne pouvait plus respectueux. Elle leur donnait rendez-vous à minuit précise au puits de la Pointe Rocheuse. Asphodèle haussa un sourcil, pourquoi avait-elle l'impression que tout se jouait toujours avec un puits ou une fontaine... Elle tourna ses beaux yeux améthyste vers William comme pour voir s'il partageait les mêmes réserves qu'elle. Quoiqu'il en fut, ils avaient toute la journée pour y penser. Enfin surtout Asphodèle car William avait de royales occupations auxquelles il ne pouvait pas couper.

On donna à Asphodèle une petite chambre mitoyenne de celle du Roi et l'on fit monter un grand cuvier en argent que l'on remplit d'eau de mer tiédie avant de l'y abandonner. Difficile de leur faire comprendre que plus elle se tenait éloignée de l'eau mieux elle se portait. Il fallait donc se hisser hors de ce bain à la force des bras et se sécher comme elle put avec ce qu'elle put jusqu'à ce que sa queue de sirène disparaisse. Ne restait plus qu'à serrer les dents et se hisser sur longues jambes faiblardes. Elle ne savait pas ce que faisait William à ce moment-là mais elle aurait bien voulu avoir encore ses bras pour la soutenir. Mine de rien, elle ne pouvait pas toujours reposer sur lui, ce n'était pas dans sa nature de se reposer...

Elle s'exerça tout l'après midi avec l'impression qu'on lui arrachait les muscles fibre par fibre et les tendons avec mais pas question de rejoindre William en se dandinant comme un pingouin, les bras grands ouverts pour garder l'équilibre. Non. Elle finit par descendre rejoindre la salle du trône ou William écoutait les doléances de ses sujets en essayant de s'y intéresser du mieux qu'il pouvait. Elle se retint de laisser paraître son soulagement quand elle put enfin s'assoir à table. On leur servit du poisson et enfin on les laissa seuls mais puisqu'elle n'avait pas de voix... ils ne discutèrent pas vraiment jusqu'à l'heure H.

Sans y paraître, elle glissa sa main pour prendre son bras et soulager un peu la pression sur ses jambes, mais pas seulement... Ils trouvèrent une silhouette encapuchonnée qui les attendait au puits de la Pointe Rocheuse.

« Je ne pensais pas vous retrouver de si tôt et en si mauvais arrois mes enfants... »

Un vous! appuyé se dessina sur les lèvres muettes d'Asphodèle. Elle en aurait juré quand elle leur avait donné rendez-vous devant un puits. La jolie courtisane du matin retira son capuchon et se transforma en une avenante douairière aux robes impeccable. Dame Holle! Du moins c'était ainsi qu'elle s'était présentée la première fois qu'ils l'avaient rencontrée, sept ans auparavant. Visiblement, rien qu'à les voir, elle devinait qu'ils n'étaient plus le couple qu'elle avait vu naissant à l'époque...

« C'est un baiser d'amour qu'il vous faut. N'importe quel amour mais un baiser d'amour, simple, sans ombrage. Sans l'ombre d'un doute... »

Elle eut un sourire extrêmement tendre avant de conclure...

« Il serait peut-être temps d'avoir une petite discussion... »

Asphodèle la fusilla du regard, maudissant dans son silence forcé de n'avoir rien à jeter à la figure de cette sorcière! Qu'importe, elle avait déjà disparu...
La métisse eut un profond soupir et se retourna vers Will. Bien évidemment Dame Holle n'avait pas tord, il fallait qu'ils aient une vraie discussion seulement voilà, elle ne voulait pas commencer au risque de passer pour une garce capricieuse. Et de toute façon, elle n'avait pas le son alors ...

_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas
William Alex Slayers
AGENT IMMOBILIER
TRAFIQUANT DE POTIONS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Dim 2 Déc - 20:19





William & Asphodèle

❝ L'histoire sans fin ❞


William passa une journée des plus longues. Dans les livres ou la télé Moldu être Roi semblait être bien plus drôle que la vérité. Pour garder votre innocence intacte je garderais donc secrète toute les péripéties qui agrémentèrent la journée du jeune homme… Enfin vint le moment où William et Asphodèle avait rendez vous avec la servante. Quel ne fût pas leurs surprises quand ils tombèrent nez à nez avec Dame Holle ! Ils la connaissaient de leur précédent voyage dans le monde de « il était une fois. » William se demandait pourquoi elle souhaitait leur parler.

Je ne pensais pas vous retrouver de si tôt et en si mauvais arrois mes enfants... « C'est un baiser d'amour qu'il vous faut. » Mais elle ne m’aime plus… Pensa William qui avait déjà eut le cafard en se rendant compte de l’évidence… Il était son premier grand amour, il le savait. On disait souvent que le premier on ne l’oublie jamais et que quelque part on l’aimera toujours… Mais il fallait croire que tout ça n’était que légende, foutaise, conte qu’on racontait aux enfants… Le jeune Slayers ne pouvait malgré tout s’empêcher d’être déçu. Il aurait aimé être l’âme sœur d’Asphodèle. Comme autrefois…

« N'importe quel amour mais un baiser d'amour, simple, sans ombrage. Sans l'ombre d'un doute... Il serait peut-être temps d'avoir une petite discussion... » Mais de quoi parlait-elle ? Il n’avait absolument pas besoin d’avoir une conversation avec Asphodèle. Mais au vu du regard que la belle métisse lança à Dame Holle, c’était elle qui avait besoin de s’exprimer. Pas très pratique quand on a perdu sa voix.

« Une petite discussion sur quoi exactement ? Asphodèle et moi avons déjà discuté lors de nos retrouvailles. Tout est clair. On est amis maintenant. Non ? »
Lui demanda-t-il.



_________________

Irrésistible charmeur ♤ Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur.
Revenir en haut Aller en bas
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Dim 2 Déc - 21:13

« Une petite discussion sur quoi exactement ? Asphodèle et moi avons déjà discuté lors de nos retrouvailles. Tout est clair. On est amis maintenant. Non ? »
« En êtes vous sûr... », demanda Dame Holle d'une voix evanescente.

La sorcière disparut, les abandonnant à la discussion qu'ils étaient censés avoir désormais. Asphodèle évitait soigneusement le regard de William. Déjà elle ne voulait pas qu'il aperçoive cette petite moue crispée (ses jambes lui faisaient souffrir le martyr) mais surtout parce qu'elle ne voulait pas avoir l'air de celle qui avait quelque chose à dire.

William avait l'air si sûr de lui en disant qu'ils s'étaient déjà tout dit. Qu'allait-il penser si elle lui disait tout ce qu'elle avait sur le coeur depuis la dernière fois où elle était venue le voir à l'improviste. Elle qui n'était déjà pas coutumière du fait c'était juré de ne plus jamais réitérer après ça.
Tranquillement, elle fit un signe de tête à William pour lui signifier qu'ils rentraient. Ca lui laisserait tout le temps de réfléchir à ce qu'elle allait faire ou ne pas faire. Sans vouloir se donner l'air d'insister, elle retint entre ses doigts graciles un pan de la veste du Roi William pour qu'il lui prête son bras. Les cent mètres qui les séparaient du château furent une vraie torture, une fois arrivée dans la chambre de Will, elle s'assit sur le lit avisant de loin un encrier et un rouleau de parchemin probablement destiné à l'exercice du devoir martial de Sa Majesté.

Lasse, elle pointa l'objet du doigt pour qu'il le lui remette puis se mit à écrire sans lever une fois les yeux sur William, le destinataire de cette correspondance improvisée. Asphodèle n'était pas vraiment le genre à s'épancher mais à force de répéter cet exercice avec l'un et l'autre des frères Alamdovar, elle avait fini par y voir une utilité. Dans ce cas précis, sa frustration était telle qu'elle ne voyait pas quoi faire sinon parler avant de l'étriper...

La plume grattait le papier comme pour meubler le silence.

      Je n'ai pas plus envie que toi de cette discussion mais j'imagine que si on veut avancer, et pas seulement dans le livre, il faut qu'elle ait lieu. Je vais essayer de faire bref même si ce n'est pas mon fort.

      Quand je suis venue chez toi l'autre jour, avec ta fiancée et le reste... même si entre nous il ne doit plus rien y avoir, force est de constater que je suis pas prête pour ce genre de chose. Ça va te paraître complètement égoïste - et ça l'est - mais même si je ne suis pas prête à me réengager dans le genre de relation qu'on a pu avoir, quelque part j'ai toujours cru qu'on avait eu quelque chose d'unique et que ça ne perdrait jamais de sa valeur.

      C'est sans doute le vampire en moi qui refuse obstinément d'évoluer et de suivre l'évolution normale des choses. Ça me le fait avec toi. Ça me le fait avec Enrique. Avec Dak. En sept ans rien de ce que j'étais ne s'est altéré, je me suis enrichie, ouverte, mais je n'ai pas fondamentalement changé alors que vous vous avez avancer et c'est ce qu'il fallait faire, je ne vais pas vous en faire le reproche.

      Seulement je me rends compte qu'une vie de mortel ce n'est pas si long que ça et qu'en ce qui me concerne, j'ai toute une éternité devant moi que je ne partagerai vraisemblablement et de toute évidence avec aucune des personnes qui comptent à mes yeux. Ça n'aura probablement pas de sens pour toi puisque dans le fond je ne t'écris ni pour demander quelque chose ni pour rien en fait sinon me récrier de tout et de rien quand j'ai horreur de me donner en spectacle.

      Je t'aimerai probablement toujours, parce que c'est dans ma nature de vampire en devenir. Je ne te demande pas d'en faire autant, ce serait malsain et complètement stérile au demeurant. Juste de ne pas me demander de venir à ton mariage, ni de te féliciter le jour où tu publies tes bancs, même si dans le fond je me réjouirais toujours de savoir que tu es heureux et que tu as ce que tu veux, je ne pourrais jamais aimer ta femme, encore moins lui dire qu'elle a une jolie robe et que vous allez très bien ensemble parce que quelque part, ta femme sera toujours à ma place, ou du moins à la place que j'aurais pu avoir.

      Voilà.
      Je pense que c'est tout.


Quand elle eut fini, elle plia sa lettre soigneusement, comme pour gagner du temps avant de la glisser sous son oreiller et de faire signe à Will de l'aider à se relever. Elle posa un baiser sur sa joue, doucement, puis s'écarta de lui pour retourner dans ses appartements. Derrière elle, il put entendre la clé tourner dans la porte, signe qu'elle n'aurait pas envie d'en discuter une fois qu'il aurait lu.

Elle se coucha là dessus, et ne ressortit pas de la chambre avant tard dans la matinée. Là, toujours sans un mot, elle vint s'assoir sur le siège qu'on avait mis au pied du trône. Les doléances de la journée allait commencer. Elle évita soigneusement le regard du Roi, les mains posées sur ses genoux, elle portait toute son attention sur une laitière au ventre bien rond qui venait de s'agenouiller...

« Mon Seigneur, donnez moi votre bénédiction pour que mon enfant à naître soit un couillon. Si je devais encore mettre au monde une pisseuse mon époux ne me le pardonnerait pas... »

Asphodèle leva un sourcil critique... croyances moyenâgeuses ridicules... Après celle-ci, d'autres se succédèrent. Certains voulaient que le roi se fasse l'arbitre de querelles plus saugrenues les unes que les autres, d'autres seulement lui apporter des cadeaux en remerciant le ciel qu'il n'ait pas été perdu dans le naufrage de son navire. Cela expliquait ce qu'ils faisaient - du moins William - sur cette plage abandonnée, sans rien, à leur arrivée. Visiblement tous l'équipage avait péri. William était le seul survivant. D'autres sujets se présentaient aussi pour se plaindre de la dîme, ou encore réclamer des passes droits...

Pour une fois, Asphodèle s'ennuyait tout autant que William, du moins elle imaginait. Elle jeta un regard en coin pour voir. Un sourire pointa son nez sur ses lèvres. Il s'ennuyait à mourir. Son sourire s'attarda jusqu'à ce qu'une rumeur de surprise ne parcourt la cour assemblée autour d'une roi. Une riche jeune femme venait de faire irruption dans une robe toute cousue d'or. Une merveille d'artisanat qui la faisait paraître un soleil au milieu de la salle, éclipsant quiconque dans la pièce...

Ladite merveille se précipita jusqu'au trône, embrassant avec force passion le Roi entre ses bras, elle pleurait visiblement très émue :

« Je vous ai cru perdu à jamais mon Aimé. »

Ce n'est qu'à ce moment-là qu'Asphodèle reconnut ce visage, peut-être parce qu'il était si près d'elle blotti contre l'épaule de William... encore elle !


_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas
William Alex Slayers
AGENT IMMOBILIER
TRAFIQUANT DE POTIONS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Lun 3 Déc - 20:10





William & Asphodèle

❝ L'histoire sans fin ❞


En revenant aux châteaux les mots de dame Holle « En êtes-vous bien sûr ? » ne cessèrent de trotter dans la tête de William mais il resta silencieux. De toute façon Asphodèle n’était pas en mesure de lui répondre et il n’était pas d’humeur à meubler le blanc tout seul. Une fois arrivé, la belle métisse lui fit vite comprendre qu’elle désirait une plume et un parchemin. Elle commença à écrire alors qu’il se demandait ce dont il était question. Elle posa la lettre sur son lit et disparu avant même qu’il n’ait le temps de la lire. Il se retrouvait seul, penaud, ne savant pas ce qui l’attendait. Il redoutait ce qu’il pourrait lire dans cette lettre aussi il attrapa l’enveloppe et se dirigea vers la cheminée où brûler un bon feu, préférant rester ignorant…

Le lendemain matin William fût appelé pour accomplir ses devoirs de Roi. Il s’ennuyait à mourir ! Même les cours à Poudlard étaient plus intéressants que ça ! Il rêvait de pouvoir retourner dans son lit et il se retenait pour ne pas bailler sans retenue. Asphodèle finit par le rejoindre et elle ne lui adressa même pas un regard. Qu’importe ! Qu’elle fasse ce qu’elle voulait ! Il s’en fichait… William semblait d’humeur bougon, à se désintéressé de tout. Mais lorsqu’une jeune femme aux traits qu’il connaissait bien fit irruption dans la salle, captant tout les regards, il se redressa n’en croyant pas ses yeux. « Kiara ? » laissa-t-il sortir, abasourdie alors que la femme se précipita vers lui pour l’embraser avec passion sans qu’il n’ait le temps de protester. Sa façon d’embrasser… C’était elle sans nul doute. Ses joues rosés lui laissait devinait un cœur qui battait sous sa poitrine. Elle était vivante…

« Je vous ai cru perdu à jamais mon Aimé. » « Kiara… » William n’en revenait pas qu’elle soit là, vivante… Mais loin d’affichait un sourire ravie, des étoiles dans les yeux comme lorsqu’il avait retrouvé Asphodèle il y a peu, le regard de William était perdu et son regard teinté d’une grande tristesse. Jamais il n’aurait cru avoir la chance de la revoir vivante… Ce qui les avait rapproché lui et Kiara était une tristesse commune. La belle blonde avait perdu son plus grand amour à la guerre et pensait ne jamais s’en remettre. William de son côté pleurait Asphodèle. Ils éprouvaient la même peine et ils s’étaient rapidement compris. Il accepta le fait qu’il ne remplacerait jamais Zack et Kiara sut qu’elle ne serait jamais comme Asphodèle pour lui. C’était un amour différent mais un amour qui effacer leurs blessures et leurs permettaient de survivre, agissant l’un pour l’autre comme une béquille. Kiara n’avait pas seulement était sa fiancée elle avait été sa meilleure amie et peut-être qu’au fond elle n’avait même été que cela… La revoir le perturber énormément. Il essayait de ne pas perdre pied en se rappelant qu’il n’était pas dans son monde mais dans celui de « Il était une fois. » . Il jeta un coup d’œil à Asphodèle, les mots de sa lettre lui revenant en mémoire… Eh oui il l’avait lu et non brûlé !

Il se releva d’un seul coup, s’éloignant de Kiara et faisant ça face à la belle métisse, la colère l’animant désormais. « Tu es injuste ! Tu m’accuse d’avoir eut une autre fille dans ma vie, de ne pas avoir fait de toi la seul, l’unique, mais pas un seul jour ne s’est passé sans que j’ai une pensée pour toi. Tu crois que c’était facile ? Tu crois que c’était ce dont j’avais envie ? Toucher une autre fille que toi ? Sentir un autre parfum que la mûre sauvage qui me fait tant d’effets ? Non ça l’était pas du tout !!! J’aurais tant voulu que ce soit toi…. Je sais très bien que c’est moi qui est rompu et je ne cesserais jamais de m’en vouloir pour ça mais… croire que je t’ai oublié et qu’il est facile d’avancer sans toi comme si notre histoire ne représenter rien pour moi… C’est un mensonge !!! Si tu ne me crois pas…. » Il détacha la chaine qu’il portait toujours autour du cou et où pendait une bague. Il lança l’objet à Asphodèle. « Regarde. » A l’intérieur de l’anneau était gravée cette phrase. « Pour la reine des glaces qui a fait fondre mon cœur… » La bague autour du cou n’était pas son alliance de son futur mariage avec Kiara… C’était la bague qu’il comptait offrir à Asphodèle quand il était allé la chercher après la mort de son père. « Si je t’avais trouvé après la mort de mon père, aujourd’hui elle serait tienne. Je la porte autour du cou car comme ça tu es toujours avec moi… Elle m’avertie de la présence de Kiara comme tu as pût t’en rendre compte car elle est enchanter. Pour que le sort fonctionne il faut de l’essence de véritable amour… »




_________________

Irrésistible charmeur ♤ Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur.
Revenir en haut Aller en bas
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Lun 3 Déc - 21:12

Quand elle vit la blonde se jeter au cou de William, Asphodèle ravala comme une bouchée de pain dur qui lui restait en travers de la gorge. Elle ferma les yeux une seconde pour faire la part des choses. Ça n'était qu'un stupide livre et même si ça n'avait pas été le cas... Cette blonde était sans doute tout ce qui aurait dû arriver de mieux à William, si cette mascarade avait été vraie, la métisse ne se serait pas mise entre eux. On ne peut pas garder les gens figés en statue de cire indéfiniment, il fallait qu'elle lâche prise et qu'elle le laisse partir lui aussi. Elle l'avait compris depuis un bon moment même si la potion était dure à avaler.

Elle avait donc détourné discrètement le regard autant pour s'épargner cette scène de romantisme que par égard pour Will. Surtout s'il avait lu cette ridicule lettre. Mais que lui avait-il pris d'écrire ça? Avait-il besoin de savoir qu'elle l'aimerait toujours alors même qu'elle ne voulait surtout pas entendre parler d'amour? Ca avait été une erreur...

Tout d'un coup William bondit. Asphodèle sursauta, puis, comme elle avisait son air furibond, elle fronça les sourcils, déjà sur déjà sur la défensive :

« Tu es injuste ! Tu m’accuse d’avoir eut une autre fille dans ma vie, de ne pas avoir fait de toi la seul, l’unique, mais pas un seul jour ne s’est passé sans que j’ai une pensée pour toi. Tu crois que c’était facile ? Tu crois que c’était ce dont j’avais envie ? Toucher une autre fille que toi ? Sentir un autre parfum que la mûre sauvage qui me fait tant d’effets ? Non ça l’était pas du tout !!! J’aurais tant voulu que ce soit toi…. Je sais très bien que c’est moi qui est rompu et je ne cesserais jamais de m’en vouloir pour ça mais… croire que je t’ai oublié et qu’il est facile d’avancer sans toi comme si notre histoire ne représenter rien pour moi… C’est un mensonge !!! Si tu ne me crois pas…. »

Elle rattrapa l'alliance au vol plus par réflexe qu'autre chose tant son attention était rivée vers son premier amour, pétri de colère et de souffrance. Il n'avait pas tout à fait compris le sens de ces mots jetés sur le papier. Elle aurait bien dû s'en douter, ils avaient déjà du mal à se comprendre à l'oral... Elle ouvrit la bouche lâchant un mais complètement muet avant de reporter son attention sur le petit bijou entre ses doigts.

Derrière Will, la princesse à la robe d'or était figée, pâle fleur délicate qui ne pouvait souffrir d'être délaissée par l'homme qu'elle aimait. La cour observait cette étrange scène, leurs yeux rivés sur l'anneau. Quand l'expression de la sirène se décomposa, on vit un hoquet silencieux lui échapper et les larmes couler mais elle ne se donna pas longtemps en spectacle. Ses doigts se refermèrent sur le petit anneau d'or, elle releva les yeux comme le roi reprenait la parole :

« Si je t’avais trouvé après la mort de mon père, aujourd’hui elle serait tienne. Je la porte autour du cou car comme ça tu es toujours avec moi… Elle m’avertie de la présence de Kiara comme tu as pu t’en rendre compte car elle est enchantée. Pour que le sort fonctionne il faut de l’essence de véritable amour… »

Asphodèle fronça sévèrement les sourcils. N'importe qu'elle personne rationnelle aurait pu lui jeter ça à la figure? Mais ce n'était pas ce qui la contrariait... Dans le dos de Will, sa future épouse pleurait à chaudes larmes, atterrée de se voir ainsi bafouée. Ils n'étaient pas dans la réalité mais dans un conte où les choses étaient soit blanches soit noires. Pas de nuance de gris. On comprendrait donc que la gentille était forcément celle qui pleurait et la méchante celle qui affichait un air encourroucé, les sourcils froncés et avait de surcroît piqué l'amoureux de la princesse... Et elle n'avait pas vraiment de quoi plaider sa cause puisqu'elle avait gagné également la colère du roi.

Un Will ! ulcéré se dessina dans le silence, sur les lèvres d'Asphodèle, puis un Will... plus désolé. Elle passa la main à sa gorge, frustrée puis finalement s'approcha du roi. Il y eu un mouvement de foule, une épée se glissa entre lui et elle mais comme le roi ne semblait pas s'alarmer, on la laissa poursuivre. Sa main effleura celle de Will avant de la serrer avec tendresse. Cette main elle l'avait souvent tenue à un moment de sa vie. Enfin ses iris violets se posèrent doucement dans les yeux de William. Elle le serra fort dans ses bras, comme elle l'aurait serré s'il l'avait laissé faire le jour où il était parti. Puis, après un petit moment, juste avant d'oublier tout ce monde qui les regardait, elle sourit et secoua la tête à la négative l'air de dire tu ne comprendras jamais rien... et alors elle fit quelque chose de réellement inattendu : elle le poussa doucement vers la jeune femme éplorée jusqu'à ce que celle-ci puisse le serrer lui dans ses bras, son roi.

Si l'on se fiait au conte ils étaient plus fait pour être ensemble, lui le roi, elle la princesse, que lui et elle.

« Cette fille est à moitié serpent Mon Roi. Elle ne vous apportera que le malheur croyez m'en. Vous la devriez jeter aux cachots avant qu'elle ne s'en prenne à notre future reine… », conseillait le Grand Chambellan comme la sirène prenait la direction de la sortie.

Cela ne lui échappa pas bien entendu. Asphodèle se garda bien de hâter le pas. N'allons pas en plus paraître suspecte. Elle avait dans de choses à dire à Will. Pas de voix. Et pas de narrateur pour appuyer ses actions. L'histoire n'allait pas dans son sens et ça ne l'arrangeait vraiment pas. Il fallait qu'elle trouve le moyen d'inverser la tendance... Dans son dos ça chuchotait.

Elle allait attendre Will dans sa chambre, il finirait bien par y revenir, elle espérait juste qu'il y reviendrait seul. Non pas par jalousie mais parce qu'elle ne s'en serait sentie que plus mal à l'aise. Il fallait qu'ils discutent d'une façon ou d'une autre. Le temps s'envola sans même qu'elle s'en rende compte, ses yeux restaient rivés sur l'anneau, sur cette petite phrase qui tournait en rond à l'intérieur.

« Pourquoi ne pas la passer à ton doigt? », Asphodèle sursauta. Dame Holle! Encore! La métisse fronça les sourcils. Elle n'aimait pas qu'on la surprenne et même si elle avait aimé, elle aurait largement eu son quota de surprises pour la journée... « C'est ce dont tu as envie n'est-ce pas? ... Ne fais pas non ainsi ma belle enfant... N'est-ce pas toi qui écrivis ceci hier soir? », la vieille tendit la main vers les flammes et la lettre en ressortit, intacte... Elle passa sous le nez d'Asphodèle puis Dame Holle la rendit aux flammes pour sortir un long poignard d'argent qu'elle posa sur les genoux d'Asphodèle, « Tu as perdu ta voix en perdant votre amour, sa confiance, ta confiance en lui... reprends donc ce qui est tiens de droit. Tu enfonceras ce poignard dans son coeur et alors ce sera comme si elle n'avait jamais existé. Les choses rentrerons dans leur bon ordre. Tu retrouveras ta voix. Tu retrouveras ton roi. Et tu resteras femme. »

Ca n'était pas si terrible que ça à y penser, ce n'était pas vraiment un assassinat puisqu'ils étaient dans un livre... ça n'avait aucune conséquence vraiment grave sauf peut-être...

« Et si tu refuses? Il fallait bien que tu poses la question. Tu mourras... »

Voilà qui s'appelait un choix... Asphodèle soupira. Elle ne se souvenait pas de s'être fait à ce point suer la première fois qu'elle était venue dans ce livre. Mais il y avait une chose qu'elle savait : cette mégère n'était en rien Dame Holle. Aussi Asphodèle n'hésita pas une seconde, et plongea le couteau dans le coeur de la vieille. Un mauvais sourire naquit sur ses lèvres. A ce moment-là la porte s'ouvrit. William venait d'entrer et Dame Holle de se changer en une merveilleuse princesse à la robe d'or... l'air si innocent...

Comment allait-elle lui expliquer ça? Elle était couverte de sang, elle tenait sa fiancée dans les bras et, allez savoir comment, l'anneau de William était passé à son doigt. Asphodèle eut un profond soupir... le crime passionnel ce n'était vraiment pas son genre... espérons qu'il le sache.

_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas
William Alex Slayers
AGENT IMMOBILIER
TRAFIQUANT DE POTIONS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Mer 5 Déc - 10:00





William & Asphodèle

❝ L'histoire sans fin ❞



William ne s’était pas attendu à voir Asphodèle pleurait en lisant l’inscription graver sur la bague. Peut-être était-ce dût au fait qu’ils soient dans un conte de fée, leurs caractères étant malgré eux quelque peu modifiés. Mais ça ne changeait rien au fait qu’il pouvait compter sur le bout des doigts le nombre de fois où il avait pût apercevoir des larmes couler sur ses joues délicates. Si bien que sa réaction ne pouvait que le toucher… Mais alors qu’il avait oublié l’espace de quelque seconde la présence de Kiara, les pleurs de la princesse le ramenèrent à la réalité… Les gens du peuple présent observaient la scène comme si Asphodèle était une vilaine sorcière maléfique. William lui restait le cul entre deux chaises… Il avait envie d’une part de consoler Kiara en hommage à l’amitié qu’il avait pour elle et d’un autre côté de poser ses lèvres sur celle de la métisse qu’il aimait toujours… Cette dernière se dirigea vers lui et glissa sa main dans la sienne. Il accueillit cet échange avec un sourire ravis qui s’élargit quand elle vint se blottir contre lui, elle qui n’avait pût supporter un câlin que l’espace de 4 ou 5 seconde le jour où il avait apprit son retour. Cette étreinte paraissait désormais à la jeune femme si naturelle… William s’attendait à ce qu’elle finisse par l’embrasser mais elle le regarda d’un demi air plein de reproche, amusait et quel ne fût pas sa surprise quand elle le poussa dans les bras de Kiara… La princesse le serra contre lui alors que William le regard perdu regarda la belle métisse s’enfuir vers la sortie. Il craignait de ne plus la revoir aussi se mit-il a crier « Asphodèèèèèèèèèèèèèèèèle » se fichant bien des conseils du grand chambellan. Toutefois la Nospheratov ne se retourna pas pour lui revenir et il dût se faire à l’idée de rester avec Kiara qui le regarda avec des yeux de pauvre biche blesser. Le jeune Slayers lui adressa un sourire rassurant. « Ça va aller. » lui dit-il pour qu’elle cesse de pleuré…

Durant toute la journée, William pensa. Il devait trouver un moyen pour changer de conte, ce n’était que comme ça qu’Asphodèle redeviendrait humaine et retrouvait sa voix. Pour ça il n’y avait à ses yeux que deux solution : 1) un baiser d’amour mais ça avait échoué et Asphodèle semblait avoir disparut… 2) Tuer Kiara… Il en était venu à cette conclusion en repensant à l’histoire. Dans la petite sirène la vilaine pieuvre qui avait voler sa voix à Ariel prend apparence humaine et se fait passer pour le grand amour du prince Eric. Un choix s’offre alors à elle, tuer l’imposteur ou mourir… William n’avait aucun doute sur le fait que Kiara représentait la pieuvre… Il refusait de voir mourir Asphodèle ! Bien trop de gens était morte dans ses bras. Son père, la vraie Kiara… Aussi sa décision était prise : il tuerait la princesse ! De toute façon il était dans un conte, elle n’était qu’un personnage alors qu’Asphodèle était une vraie personne. Il s’était toujours demander ce qui ce passait si on mourrait dans le livre, si la mort était réelle et qu’on cessait aussi d’exister dans l’autre monde. Mais il préférait ne pas obtenir la réponse ainsi… Puis dans le monde réel Kiara était déjà morte donc…

Arriver au soir il était sûr de son choix. Il la tuerait ! Il se rendit à sa chambre pour se changer mais qu’elle ne fut pas sa surprise quand il vit Asphodèle assise sur le lit, le corps de Kiara sans vie sur elle.

« Oh alors tu l’a tuer ! » dit-il sans plus de peine. « A choisir je préfère quand même que ce soit toi plutôt que moi. » Il lui attrapa la main, décidé à ce qu’elle le suive. « Viens on doit y aller un autre conte nous attends. » Sa main dans la sienne il sentit la bague qu’elle portait. Un sourire apparut sur les lèvres de William. « Je savais qu’elle te plairait. » commenta-t-il avant de sortir en douce du château en sa compagnie…

Les deux adultes marchèrent le long d’un chemin, s’éloignant du château avant qu’ils ne tombent sur du sable à perte de vue… Le décor rappela vite la savane… Un grand rocher pointer vers le haut se trouvait au loin. William continua de marcher jusqu’à tomber sur une flaque d’eau. Il se pencha pour regarder son reflet et sursauta en apercevant un lionceau là où il aurait dût voir son visage… Il se tourna vers sa compagne d’infortune. « Euh Asphodèle viens voir… Je crois qu’il y a un truc qui cloche ! »


_________________

Irrésistible charmeur ♤ Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur.
Revenir en haut Aller en bas
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Mer 5 Déc - 20:55

« Oh alors tu l’a tuer ! »
« Je sais de quoi ça a l'air mais c'est vraiment pas ce que tu crois... », plaida-t-elle sans conviction.

Bien sûr que ça avait l'air d'un crime passionnel. Elle poussa le cadavre avec autant de respect qu'elle estimait devoir à William. Inutile de dire qu'elle n'avait pas d'égard particulier pour Kiara, elle ne la connaissait pas et le peu qu'elle savait d'elle lui suffisait amplement. Tout ce qu'elle aurait pu attendre de Kiara, si elle avait été vivante, c'était qu'elle rende William heureux. Ce n'est qu'après coup que l'expression indifférente de William la frappa :

« A choisir je préfère quand même que ce soit toi plutôt que moi. »
« Non mais - » Il ne lui laissa pas le temps de lui faire la leçon sur sa façon de prendre l'assassinat de la copie de son ex décédée. Il la prit par la main et l'entraîna derrière lui. Ce n'est que là qu'ils remarquèrent l'alliance à son doigt...
« Je savais qu’elle te plairait. »

Elle ne prit pas le temps d'élucider ce mystère (comment cette alliance était-elle passée de la paume de sa main à son doigt?). Elle le suivit sans moufter. Ce n'est qu'après un bon moment de marche que ses jambes se remirent à la lancer. Bien sûr comme elle avait retrouvé la voix, elle n'attribua pas ces douleurs à sa demi-humanité mais seulement à la longue marche vers nulle part dans laquelle elle s'était lancée avec Will.

Peu à peu, l'atmosphère se fit plus sèche et la chaleur leur tombait sur les épaules. Asphodèle réfléchissait à ce qu'elle pourrait bien dire pour expliquer le meurtre de Kiara. Elle réfléchissait tant et si bien qu'elle ne vit pas que Will s'était arrêté et vint s'encastrer entre ses deux omoplates. Elle étouffa un petit grognement et s'écarta très vite comme elle se rappelait leur première fois et la façon dont elle s'était allongée sur lui, le visage blotti entre ses deux omoplates... il y avait fort longtemps...

Elle releva les yeux pour se rendre compte que son compagnon d'infortune était en totale contemplation devant son propre reflet. Si le livre se mettait à taper dans la mythologie grecque ils étaient mal barrés pensa-t-elle. D'autant qu'elle n'y connaissait rien en fleur... du moins quand on sortait du domaine des potions et de la botanique.

« Euh Asphodèle viens voir… Je crois qu’il y a un truc qui cloche ! »

Elle se pencha par dessus son épaule et fronça les sourcils...

« ...euh... c'est adorable? »

Elle se toucha le visage pour s'assurer que tout ça n'était qu'une illusion animalière des plus originales... tout était bien à sa place! Encore une chance. Elle n'avait rien contre les animaux mais rien que de penser aux puces, aux mouches et aux amateurs de safari ...

«Où est-ce qu'on va ? J'espère qu'on se déplace pas pour rien... » , s'enquit-elle avec une mine sceptique, puis elle ajouta sans trop savoir pourquoi ...« T'as un épi. Je pense qu'on a au moins mérité un bon bain si c'est vers cet étang que tu nous emmènes. Surtout que... y a rien à voir près de l'étang... du moins on dirait. »

_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas
William Alex Slayers
AGENT IMMOBILIER
TRAFIQUANT DE POTIONS.



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle} Mer 12 Déc - 20:18





William & Asphodèle

❝ L'histoire sans fin ❞



« ...euh... c'est adorable? » « C’est pas vraiment le nom que j’aurais employer mais… si à toi ça te plait. » Asphodèle se toucha le visage et William réalisa qu’ils ne s’étaient transformés en lions sans qu’ils ne s’en rendent compte mais que seul les reflets étaient modifier. Enfin… Pour l’instant en tout cas… Le jeune Slayers ne pouvait s’empêcher d’éprouver une certaine déception. Ça devait être drôle d’être un lion. Mais un grand, un adulte, un qui rugissait et non miaulait. Un qui était déjà roi et non petit prince. « Où est-ce qu'on va ? J'espère qu'on se déplace pas pour rien... T'as un épi. Je pense qu'on a au moins mérité un bon bain si c'est vers cet étang que tu nous emmènes. Surtout que... y a rien à voir près de l'étang... du moins on dirait. » « Tu verras quand on y sera, si tu as raison. En entendant marche, je suis le roi et tu dois faire tout ce que j’’t’ordonne ! » Lui dit-il en bombant le torse, sûr de lui. Après que William eut jouait au sale gosse – ce qui n’était plus de son âge – ils recommencèrent à marcher et ils finirent par arriver devant des os immensément grand. « Waaaaw » s’émerveilla William. « Regarde comme c’est beau. Allez viens on va explorer plus loin. » Il fit signe à Asphodèle de le suivre mais elle sembla hésita. « Qu’est-ce qui a ? Tu a peur ? Moi je n’ai peur de rien. Je ris face au danger. Ahah ahah » Alors que William faisait semblant de rire une bande de trois garçons apparut comme sortit de nulle part. Greg – celui là Will le connaissait personnellement - , Darla et Tod. Ces trois là n’étaient pas connus à Poudlard pour leur grande intelligence… Aux pieds de Greg se trouvait de l’eau. William adressa un regard à Asphodèle. « Regarde son reflet. » Là où elle aurait dût apercevoir Greg se trouvait une hyène… Les ennuis n’allaient pas tarder…

_________________

Irrésistible charmeur ♤ Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'histoire sans fin {Asphodèle}

Revenir en haut Aller en bas

L'histoire sans fin {Asphodèle}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'histoire sans fin
» Histoire sans queue ni tête
» [Menue-tâche] Histoire sans parole… ou presque. (Kinimo)
» L'histoire sans fin...
» L'histoire sans queue ni tête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: L'univers de King's Cross. :: Vox Populi. :: (saison1) RPs.-