Partagez|

Facts and Furious (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Facts and Furious (pv) Dim 11 Nov - 17:12

La rencontre avec Sirius Lockwood avait été plus qu'enrichissante. Lui avait donné bien au-delà de ses espérances et s'il n'en avait pas conscience, Asphodèle, elle, mesurait la valeur de ce qu'elle avait appris ce soir au cimetière d'Abney Park. Le temps avait filé à une vitesse folle comme toujours dans ce genre de situation et, ce qui ne devait être que l'histoire d'une ou deux heures, comme elle l'avait dit à Dak en sortant, c'était éternisé. Il était plus de deux heures du matin quand elle arriva à l'appartement des frères Almadovar. Elle ne se sentait pourtant pas fatiguée pour un sou. Au contraire l'adrénaline la galvanisait au point qu'elle en oubliait les griffures sur sa gorge et le picotement désagréable qui allait avec.

Asphodèle traversa le vestibule à pas de velours, inutile de réveiller Dak. Elle ne doutait pas qu'Enrique allait lui tomber dessus d'une minute à l'autre. Elle était partie avant qu'il ne rentre - même si ce n'était pas à dessin - et aucun de deux jeunes hommes ne savaient exactement où elle était allée. Elle avait juste dit je reviens dans la soirée. Sans doute qu'ils avaient dû se dire qu'elle allait sortir avec Change' ou William. C'était généralement ce qu'elle faisait quand elle sortait. Elle ne connaissait de toute manière pas grand monde à Londres en dehors de ces deux-là.

Les idées parfaitement claires, elle débarrassa la table de la cuisine de la corbeille de fruit puis tirant sa baguette, elle prit appui sur le rebord du plateau. Pas moins des sept volumes poussiéreux vinrent se poser là devant elle. Ses pensées défilaient à toute allure toutes circonvolutionnant autour d'un nom : Rosario. Nulle part il n'était fait mention d'elle et pourtant il fallait qu'elle en ait le coeur net. Comment aurait-elle pu passer à côté d'une chose aussi énorme ?

Autour d'elle, les bougies flottaient pourvoyant à un éclairage tamisé peu propice à la lecture ou à l'étude mais Asphodèle brûlait trop de son propre feu pour s'en soucier. Elle était comme cette étudiante autrefois plongée dans les sept livres de l'archidoxe magique à la bibliothèque. Elle avait cette énergie folle qui se dégageait d'elle et qui lui donnait le vrai pouvoir. Quand elle était comme ça, elle pouvait conquérir le monde et elle en avait pleinement conscience. Enrique l'avait déjà vue maintes et maintes fois dans cet état d'excitation si particulier, avec cette lueur dans le regard qui disait j'y suis presque, rien ne peut me résister. Il l'avait vue sept ans auparavant, et pour la première fois depuis, cet étincelle formidable renaissait en elle et elle se sentait pleinement vivante.

_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Facts and Furious (pv) Lun 12 Nov - 11:38

Tout laisser tomber pour rejoindre la route qui lui était tracé avait quelque chose de vivifiant. Il n’aurait su l’expliquer, mais laisser tomber son métier, ainsi que tout ce qui entourait cette vie citadine, lui rendait les choses plus faciles, plus simple à comprendre. Être au service de ce pourquoi il était fait lui permettait de mieux appréhender la vie, avec beaucoup plus de facilité. Cela faisait quelques jours déjà qu’il avait démissionnés, qu’il était retourné au Mexique la journée, pour revenir à la nuit tombée, afin de voir si Asphodèle ne manquait de rien, et si son frère allait mieux. C’était peut-être son seul besoin social de la journée, pourtant, il y prenait un certain plaisir, malgré son étrange dispute avec sa meilleure amie, pour qui, ses sentiments, aujourd’hui, étaient devenus bien plus fort, bien plus intenses, dépassant enfin cette fine ligne qui sépare l’amitié la plus forte, à l’amour le plus sincère.

Autant vous dire de suite, que ça le travaillait beaucoup. Ses pensées, lorsqu’elle n’avait pas de la matière sur lesquelles se focalisaient, étaient brouillées, virevoltant autour d’un seul et même sujet : Asphodèle. Tout revenait à elle, et il ne pouvait rien y faire. Chaque moment de sa journée, chaque fois qu’il croisait une personne, un regard particulier, qu’il ressentait un manque étrange, c’était vers Asphodèle qu’il se retournait. Il ne comprenait pas pourquoi cette dernière ne ressentait pas cette chose également. Pourquoi elle était si hermétique à son approche, à ce qu’il avait tenté de lui expliquer, quoiqu’un peu abruptement ? Il ne savait pas vraiment comment lui parler de nouveau sans provoquer une dispute, sans qu’il ne lâche une réplique acerbe pour montrer sa frustration à son égard. Ainsi, chaque soir, quand elle dormait, il se rendait dans sa chambre pour la regarder, avant d’aller se coucher dans son lit, l’air plus ou moins apaisé.

Lorsqu’il releva la tête, le soleil était déjà tombé sur le Mexique. Ses yeux mirent quelques secondes avant de s’habituer à la clarté de la lune. Posant son regard sur la lune, il se mordit légèrement la lèvre, se disant qu’il était, encore une fois, en retard, et qu’il risquait de la rater. Il fallait qu’il lui parle, qu’il s’excuse, peut-être, afin de lui parler de nouveau. Attrapant sa veste, il l’enfila tout en transplanant vers Londres.

Quelques instants après – sûrement dû au décalage horaire -, il réapparut sur le seuil de l’appartement d’Alicante. Passant la mains sur la serrure, il ouvrit la porte, avant de la refermer à clé. De la lumière s’échappait de la cuisine, et tout en retirant sa veste, il se dirigea vers cette dernière.

C’est habillé sobrement, qu’il vit Asphodèle assise en train de lire, à la lueur des bougies. Un petit sourire vint se loger sur son visage, se rappelant des nombreuses fois où il l’avait vu de la sorte, signalant sûrement que sa convalescence touchait à sa fin. Il se racla la gorge, avant de venir s’asseoir à côté d’elle, lui demandant justement :
« Qu’est-ce que tu fais ? » Après tout, c’était toujours lui son compagnon de lecture !
Revenir en haut Aller en bas
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Re: Facts and Furious (pv) Lun 12 Nov - 21:40

Il lui semblait connaître les mots par coeur. L'histoire de la Valachie, de la Transylvanie, le berceau du vampirisme comme le disait la légende quoique pour Asphodèle il était plus qu'évident que c'était une fable qui trouvait son origine dans les évènements du 15/16ème siècle, là où son histoire à elle commençait. Rien. Il n'y avait rien. Pas la moindre mention d'une Rosarjo ou quoi que ce soit d'approchant. C'était frustrant mais aussi extrêmement stimulant pour quelqu'un qui pensait que rien ne pouvait lui résister. Et elle n'entendait même pas remettre en cause ce principe qui avait guidé toutes les bonnes décisions qu'elle avait pris.

« Qu’est-ce que tu fais ? »
« Des recherches. J'ai découvert un truc tellement énorme, tellement ... énorme! il faut trop que j- »

Elle stoppa net. Elle avait répondu spontanément à Enrique, avec l'enthousiasme qu'ils avaient toujours partagé. Sauf que ça faisait deux semaines qu'elle n'avait pas eu droit à un seul mot. Depuis la fameuse dispute. Depuis que Dak' lui avait dit ce qu'elle ne voulait surtout pas savoir. Enrique ne l'avait pas vraiment évitée, il avait simplement décidé de faire comme si elle, n'était pas là. Elle en resta figée quelques secondes puis un large sourire illumina son visage. Il était son partenaire d'études, depuis la première nuit dans la bibliothèque quand ils avaient tout démonté et s'étaient retrouvé collés ensemble pour le restant de la semaine. C'était comme ça que leur amitié était née, par la confrontation de leurs deux intellects. L'émulsion se reproduirait à chaque fois, elle n'en doutait pas. Il pouvait bien ne plus lui parler pendant des mois de toute façon elle le lui pardonnerait s'il voulait bien revenir et se mettre à une table d'étude avec elle. Comme avant.

« Je suis allée voir Sirius Lockwood ce soir... », chuchotta-t-elle comme s'il y avait une chance pour que Severus Rogue revienne d'outre-tombe pour leur coller une retenue pour violation du couvre-feu et démonstration d'affection inappropriée (un de ses grands dadas à l'époque). Puis comme elle voyait que le nom ne lui disait rien... « C'est un lycan. D'après ce livre et d'après Change' il était déjà là il y a plus de cinq cent ans voire beaucoup plus mais je n'ai pas de sources écrites... D'après ce même Sirius Lockwood, mon père aurait eu une fille avant moi. Une fille qui a suffisamment marqué son esprit pour qu'il s'en souvienne rien qu'en me regardant. Ce qui est assez paradoxal en fait parce que je ne peux avoir aucun lien de sang avec cette Rosario... je ne vois pas comment j'aurais pu passé à côté d'un truc aussi énorme. C'est ... impossible... si tu travaillais encore au Ministère on aurait pu se faufiler là bas et consulter le livre d'intermage... »

Elle réfléchissait tout haut, comme elle l'avait toujours fait quand ils travaillaient tous les deux. En fait en y repensant, il n'avait pas explicitement dit qu'il allait rester là à faire des recherches avec elle toute la nuit comme quand ils avaient 16 ans...

« Tu n'as pas l'intention d'aller te coucher tout de suite n'est-ce pas ...? »

Elle lui retourna un petit regard en coin plein de malice, le genre de regard qui vous achetait sans que vous n'ayez même eu le temps de réfléchir à la réponse que vous vouliez donner.

_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Facts and Furious (pv) Dim 18 Nov - 11:15

« Tu n'as pas l'intention d'aller te coucher tout de suite n'est-ce pas ...? »

Enrique lui lança un regard amusé. Il ne pouvait aller se coucher ainsi, alors qu’elle semblait sur le point de découvrir quelque chose de particulièrement intéressant sur son passé, mais surtout, sur l’histoire des vampires dont elle semblait descendre. L’hispanique s’approcha doucement d’elle, balayant du regard les bouquins, passant délicatement sa main sur les reliures de livre, comme si il espérait être attrapé par une quelconque vision. Mais rien ne se passa. Il eut un léger soupir, avant de lui répondre : « Non, pas tout de suite… Mais c’est vrai que ça aurait été sympa d’aller jeter un coup d’œil dans les archives du Ministère… Quoique je doute qu’on puisse y trouver quelque chose. Pourtant, ce n’est pas faute de vouloir rassembler toutes les informations, mais Poudlard est mieux fourni, en Angleterre. »

Enrique s’assit en face d’elle, attrapant un livre, afin de l’aider. Bien entendu qu’un tel sujet l’intéressait aussi, étant donné qu’il était allé la chercher dans un état plus proche du vampire, que d’être humain. Mais surtout pour tenter de la guérir complètement, la dénué de toutes traces vampires qui pouvaient encore la parcourir malgré le rituel d’Awa, et des autres Obeahs. Pour Enrique, il n’y avait rien de pire pour un être humain que de passer dans un état de non-mort permanant car cela entraînerait d’immenses douleurs auquel on ne pensait pas au premier abord. La perte des êtres chères à cause du temps, la perte de toute humanité au fur et à mesure que les siècles passent, ce besoin de tuer pour vivre, mais surtout ce besoin constant de se battre contre les autres afin de ne montrer aucun signe de faiblesse, car dans pareil univers, le moindre faux-pas pouvait être fatale, là où, en tant qu’humain, on pouvait aisément le pardonner, étant donné qu’à la fin, on finissait tous par vouloir la rédemption pour tous, avant de finir par s’éteindre, après de longues années de vie.

Ce qu’il ne comprenait pas, c’est que ce lycan lui avait dévoilé tout un tas d’informations qu’ils n’avaient jamais trouvé. Des choses totalement inexplicables, qui lui laissaient un arrière-goût dans la bouche, comme si on lui montrait ses cadeaux de Noël, pour attendre le jour J et les lui donner. Enrique parcourut les pages, tout en pensant à ce qu’elle lui avait raconté, sans rien trouver. Il finit par relever le regard, le plongeant sur le visage d’Asphodèle.

Quelques minutes passèrent, et il ne décrocha pas son regard de ses yeux, du moindre de ses gestes. Il n’avait qu’une envie, c’était de lui prendre la main, et de passer un peu de temps avec elle. Il baissa malgré tout le regard lorsqu’elle finit par relever le sien comme pour voir ce qu’il faisait, et il tourna une page de son bouquin, sans réellement y faire attention. Finalement, il se leva, saisissant une tasse de thé, où il fit apparaître une eau brûlante, dégageant des panaches de fumées. Il la posa sur la table, ouvrant un tiroir sur la commode à côté, et il en sortit un pot en terre-cuite. Saisissant une cuillère, il en sortit une épaisse poudre ambré dont on pouvait y déceler d’étranges traces vertes, et il la plongea dans l’eau qui se colora légèrement. Il finit par s’asseoir à nouveau, posant machinalement son regard sur le cou d’Asphodèle, lorsqu’il vit d’étranges marques, comme des griffures. Alors il se releva à nouveau, contournant la table, lui soulevant délicatement les cheveux d’une main, pour effleurer les marques de son autre main.

Tout à coup, ses yeux devinrent dorés, et son visage afficha comme un air absent. Dans ses iris, on pouvait y voir des brefs passages de ladite vision, où il vit Asphodèle en train de parler à cet homme à la carrure impressionnante et aux yeux dorées. Il entendit ce qu’il lui racontait, lui révélant plus précisément les informations qu’Asphodèle lui avait donné. Il entendit même l’étrange conversation au sujet d’un jeune garçon vampire, avant de finalement se remettre à respirer comme si il sortait de l’eau après une apnée prolongée. Ses yeux gardèrent leur aspect dorés, avant de, tout doucement, reprendre leur couleur normal. Il murmura : « Je sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression d’avoir déjà entendu ça quelque part… C’est qui Caïn ? »

Il retourna s’asseoir, lançant un regard à Asphodèle, avant de se replonger dans sa recherche, buvant son thé. Il n’osait pas trop conserver un lien visuel avec elle, car même si il lui reparlait là, ils n’avaient pas discuté de tout ce qui s’était passé, et… Enrique, bah, c’était Enrique.
Revenir en haut Aller en bas
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Re: Facts and Furious (pv) Dim 18 Nov - 14:03

« Non, pas tout de suite… Mais c’est vrai que ça aurait été sympa d’aller jeter un coup d’œil dans les archives du Ministère… Quoique je doute qu’on puisse y trouver quelque chose. Pourtant, ce n’est pas faute de vouloir rassembler toutes les informations, mais Poudlard est mieux fourni, en Angleterre. »

Sans commentaire aucun. Ça n'était pas un secret, lui comme elle avait une opinion très arrêtée sur la compétence ministérielle britannique. Elle n'allait pas polémiquer et, même si les manquement du Ministère leur faisaient perdre un temps précieux, elle n'avait pas qu'une corde à son arc...

« Ca ne fait rien. Je connais quelqu'un qui connait quelqu'un qui me doit beaucoup de services... », annonça-t-elle d'un ton plein de roublardise.
Se procurer un livre d'Intermage n'était effectivement pas chose donnée à tout le monde. Mais si elle le disait, on pouvait être sûr qu'elle obtiendrait ce qu'elle voulait. « J'enverrai un hibou dès demain. », poursuivit-elle en leva les yeux sur lui.

Elle savait pertinemment qu'ils n'allaient rien trouver dans les quelques recueils qu'elle avait sous la main. Ça n'était pas comme si elle avait toute une bibliothèque dans ses affaires mais il semblait toujours qu'elle n'avait jamais assez de livres. La preuve en était... Après quelques secondes elle détacha son regard d'Enrique pour replonger dans les lignes tracées à l'encre noire. Elle ne reporta son attention sur lui que lorsqu'il se releva pour examiner sa gorge. Les griffures de Sirius Lockwood... elle n'y pensait déjà plus. Doucement elle prit la main d'Enrique, comme elle n'aimait pas qu'il soit en contact avec son sang, même séché. C'était peut-être de la paranoïa mais elle ne voulait prendre aucun risque alors...

« C'est rien c'est... Enrique? »

Il eut comme un sursaut et se tendit soudain, puis ses iris virèrent. Il y avait si longtemps qu'elle ne l'avait plus vu comme ça que sur le moment elle s'inquiéta puis, croisant le visage de son propre père dans les yeux d'Enrique, puis celui de William (fallait-il qu'il voit cela après ce que Dak lui avait dit...), elle attendit patiemment que ça se passe. Quand il refit surface, elle avait toujours une main fermée sur la sienne et l'autre soutenant sa nuque comme pour le rappeler à un état conscient, les yeux fichés dans les siens. Parfois il avait eu du mal à se raccrocher à la réalité. Ça dépendait de ses visions. Certaines étaient plus sereines que d'autres... plus longues que d'autres...

« Je sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression d’avoir déjà entendu ça quelque part… »
« Quoi donc ? »
« C’est qui Caïn ? »
« Oh ça... Oui tu as déjà dû l'entendre une bonne centaine de fois. Ca fait partie de certaines croyances répandues en occident chez les lycans. Chaque civilisation a besoin de mythes cosmogoniques alors ... j'imagine qu'imputer les premières traces de vampirisme au premier des meurtriers devait, à une certaine époque, permettre de justifier certaines choses... », expliqua-t-elle en bonne anthropologue qu'elle était, le doigt courant le long d'une phrase manuscrite... « En fait dans un sens, puisque le vampire tue pour se nourrir ce n'est pas une association surprenante et les grandes périodes de chasse aux lycans coïncidant avec les différents épisodes d'hystéries et de répression initiés par l'Eglise catholique... »

Elle n'allait pas lui raconter les Croisades, les chasses aux sorcières ni même lui raconter la Bible à lui qui était catholique... pas à lui.
Il retourna s'assoir, sa tasse de thé à la main. Elle voyait bien qu'il ne se comportait plus comme d'habitude depuis leur dispute. En temps normal il serait rester au plus près d'elle comme pour lire d'un même oeil, à la moindre idée lumineuse, leurs regards se seraient épousé dans un éclair de génie et tout autour d'eux se serait mis à vibrer d'une énergie extrêmement créative et vivifiante. Là, les choses étaient posées. Il y avait comme une réserve entre eux qui la gênait mais qu'elle respecterait puisqu'elle gardait toujours à l'esprit ce que Dak' lui avait dit.

_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Facts and Furious (pv) Lun 19 Nov - 9:13

Enrique ne comprenait pas vraiment pourquoi ce prénom résonnait en lui, comme si il l’avait déjà entendu quelque part, et que, lorsqu’il s’en souviendrait, se frapperait sûrement le front, avant de dire : Mais oui ! C’est dans la… Pour le moment, c’était plutôt cette étrange sensation d’avoir de l’eau entre ses deux oreilles qui l’agaçait. Il sirota son thé aux milles arômes, tandis qu’il continuait de tourner les pages de son ouvrage, après une rapide lecture en travers de ces dernières. Les phrases étaient écrites dans un langage ancien, assez archaïque, mais rien d’insurmontable. Certaines phrases, certains mots, ceux qu’il ne parvenait à comprendre, il les retournait dans tous les sens grâce au sens de la phrase pour en trouver la signification, ou bien, il demandait un coup de main à Asphodèle. L’hispanique n’avait jamais eu honte de lui demander de l’aide malgré leur première rencontre assez explosive dans la bibliothèque de Poudlard. Il se sentait égal à elle, ce qui lui permettait d’être beaucoup plus productif, qu’en compagnie d’un autre, où l’étrange sensation de tout se taper l’énerverait tellement qu’il n’en branlerait rien.

Quelques dizaines de minutes plus tard, il reposa sa tasse sur la table, ne comprenant pas pourquoi il se sentait toujours pareil, qu’il ne se sentait pas plus apaisé qu’avant de boire son infusion aux multiples arômes. « Je comprends pas pourquoi ça ne me détend pas aujourd’hui. » Il avait très chaud ceci dit. Il se passa une main sur le front, avant de finalement retirer son tee-shirt. « Qu’est-ce qu’il fait chaud, purée. » Sûrement les bougies au-dessus, peut-être. Tout à coup, il eut du bruit dans le couloir. Enrique tourna la tête vers la porte de la cuisine, pour y voir un Dakota sûr de lui, un sourire gros comme un soleil sur le visage, comme si un de ses plans c’était déroulé à merveille. La main sur la poignet, son grand frère s’écria : « C’est génial ! Quoi de mieux, maintenant que de passer ces prochaines douze heures l’un avec l’autre ? » Et il ferma la porte avec force. Sortant sa baguette, il lança un collaporta, avant de lancer tout un tas d’autres sortilèges rendant l’ouverture impossible jusqu’à ce que lui le décide. Un sourire sur son visage, un pas de danse exécuté dans le couloir, et il sut qu’il allait réussir ce qu’il voulait : Les rassembler, de sorte à ce qu’ils soient suffisamment intime pour laisser parler leurs véritables émotions.

Enrique lança un regard étrange à Asphodèle, avant de finalement s’approcher de la porte, tentant de l’ouvrir, mais sans succès. Il se passa une main sur le visage, avant de l’agiter frénétiquement comme pour se procurer un peu d’air, mais sans succès. « J’ai très chaud. » Il ne le voyait pas, mais son corps semblait changer – sans réellement changer. Comme si on lui avait jeté un charme de séduction, il semblait devenir irrésistible, divin. Ses bouffés de chaleurs étaient intenses, avant de finir par se stabiliser. Finalement, il se rapprocha de la table, saisissant son verre de thé qu’il refroidit d’un passage de sa main au-dessus de l’eau, avant d’en boire une autre gorgée. « Qu’est-ce qu’il voulait ? Pourquoi il a fait ça Asphodèle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Re: Facts and Furious (pv) Lun 19 Nov - 18:33

« Je comprends pas pourquoi ça ne me détend pas aujourd’hui. »

Asphodèle leva le nez de son bouquin. D'instinct, un fin sourcil noir se leva comme elle examinait son meilleur ami. Si ça n'avait pas été Enrique, elle aurait très probablement fait remarquer qu'à utiliser des potions pour s'offrir une chose aussi banale qu'un moment de détente on se risque à développer et une accoutumance et une addiction pas piquée des veracrasses. Mais elle partait du principe qu'Enrique savait ce qu'il faisait.

« Qu'est-ce que tu mets dedans? », s'enquit-elle par curiosité.

Il y avait tout un tas d'explications rationnelles au manque d'efficience d'une potion à commencer - mais ça elle l'excluait - par un piètre préparateur. Venait ensuite la qualité des ingrédients. La méthode de collecte de ces mêmes ingrédients, la méthode de réduction employée, le mode d'assimilation, le temps de décantation, les phases lunaires, le signe astrologique du préparateur et du consommateur... bref. Elle aurait pu en faire une encyclopédie. D'ailleurs, en fait elle en avait fait une (pour ceux que ça intéressent et qui lisent couramment le sanskrit).

« Qu’est-ce qu’il fait chaud, purée. »
« Les vapeurs de peyolt bolivien périmées produisent couramment ce genre d'effet, c'est inconfortable mais généralement sans gravité. On a qu'à ouvrir la fenêtre attends... », répondit-elle en le voyant se défaire de son t-shirt.

Elle l'avait vu torse-nu au moins un millier de fois, tout comme Dak' et un tas d'autres hommes, femmes, enfants, et créatures humanoïdes d'ailleurs. Pour tout dire, étant anthropologue, la nudité des autres et dans certain cas la sienne, ne lui faisait en soi aucun effet. Il n'y avait que Dak qui pouvait se prévaloir de l'émouvoir en érotisant ses apparitions torse nu mais seulement à condition qu'il utilise au choix, l'atout du voleur de pommes mexicain ou celui de la cabine de douche inexistante du Poudlard Express. Il se trouvait qu'il en usait fort peu. Une aubaine pour la jolie métisse.

Asphodèle se leva pour ouvrir la fenêtre juste au moment où Dak passait par l'embrasure de la porte une tête de lutin facétieux :

« C’est génial ! Quoi de mieux, maintenant que de passer ces prochaines douze heures l’un avec l’autre ? »

A peine eut-elle le temps de voir cette tête disparaître que la porte claqua et avec elle la fenêtre qu'elle venait d'ouvrir en grand.

« Non mais ça va pas mieux lui... », fit-elle remarquer d'un ton flegmatique tout en sortant sa baguette ... « collaporta... heureusement que c'est auror et que ça à fait Serpentard hein... », se moqua-t-elle en jetant un maléfice pour ouvrir la porte.

Le jet lumineux dût frapper le panneau de bois avec quelques millisecondes de retard sur le sortilège que Dak avait lancé pour doubler son ridicule sortilège de Poufsouffle première année voire pré-rentrée. Asphodèle réitéra via un autre sortilège sans perdre de temps. Elle faisait ça avec une aisance naturelle, sans le moindre effort.

« Ça suffit là! On va pas y passer la soirée Señor Collaporta. », chapitrait-elle à travers la porte sans s'arrêter jusqu'à ce qu'un bruit de succion reconnaissable entre mille la calme tout de suite. « J'espère pour toi que tu as perdu le contre-sort de ce sort parce que quand tu ouvriras cette porte demain matin ça va chier pour ton matricule Dakota Almadovar!!!! », promit-elle d'une voix chantante pour ne pas avoir tout à fait perdu le dernier mot.

Elle fulminait adossée à la porte comme elle croyait deviner le but de la manœuvre... si seulement elle avait su...

« J’ai très chaud. »

La voix d'Enrique, soucieuse, lui coupa cependant toute envie d'admonester encore la porte muette et probablement sourde. Doucement elle se décolla du panneau de bois pour venir poser le dos de sa main contre la joue d'Enrique. La potion n'était pas forcément en cause il aurait aussi bien pu être malade après tout. Elle le laissa finir son thé tout en réfléchissant. Sa peau n'était pas chaude outre mesure, elle était... douce. Elle exhalait cette délicieuse odeur de sable chaud, exhibant un grain d'or qui la laissait une seconde rêveuse.

Perturbée sans trop savoir pourquoi, Asphodèle secoua la tête pour se remettre les idées en place puis détourna le regard d'Enrique, inconsciemment. Tout à coup elle se sentait terriblement frustrée mais ça n'était pas la connerie de Dak qui avait cet effet... après tout elle avait de quoi lire, de quoi écrire pour quand elle aurait fini de lire et elle avait Enrique pour parler donc son incarcération provisoire dans la cuisine n'était pas particulièrement gênante. Non. C'était autre chose. Une frustration dévorante. Une envie impérieuse qu'elle ne s'expliquait pas et dont elle ne connaissait pas les motivations.

« Qu’est-ce qu’il voulait ? Pourquoi il a fait ça Asphodèle ? »
« Je crois qu'il s'attend à ce qu'on discute de notre dispute de l'autre soir. », décida-t-elle simplement sans le quitter des yeux.

Elle ne savait pas si c'était le fait d'avoir pris l'air à la fenêtre puis de se retrouver confinée, si c'était Enrique qui dégageait une telle chaleur, ou si c'était elle, mais elle crevait littéralement d'envie de... Asphodèle ouvrit de grands yeux détournant immédiatement le regard d'Enrique. Non! Il n'avait pas fait ça?! Il n'aurait pas osé? A en juger par les quatre boutons de chemisier qu'elle venait de défaire toute seule sans s'en rendre compte, si!

Elle ferma longuement les yeux tournant le dos complètement à Enrique. Autant continuer de lui faire la conversation pour faire abstraction.

« Seulement ça fait deux semaines que tu ne m'as pas décroché un mot et je comptais bien en profiter un peu plus longtemps... », poursuivit-elle au début sans arrière-pensée puis trop obnubilée par le pli de sa bouche pour s'en rendre compte, elle se rapprochait de lui en continuant de déboutonner son chemisier de petite anthropologue studieuse... Quand elle n'eut plus rien à déboutonner, elle se hissa sur la pointe des pieds, son corps presque à l'état de nature venant épouser le torse nu d'Enrique dans une ondulation toute jouisseuse. « Laisse-moi te faire profiter de mon frais, je n'ai pas envie de discuter là, j'ai envie de... »

Et la demoiselle de confier à l'oreille de celui qu'elle avait toujours vu comme son meilleur ami et uniquement ça, une indiscrétion aussi scabreuse qu'éhontée...

_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Facts and Furious (pv) Ven 7 Déc - 14:48

Asphodèle devint tout à coup étrange. A tel point que l’hispanique ne put s’empêcher de se demander si la connerie puérile de son grand frère n’avait pas faites sans raison. Il s’approcha machinalement de sa tasse, se doutant pour on ne sait quelle raison que cela venait de ça. En effet, cette dernière ne l’avait pas apaisé comme elle l’aurait dû, au contraire. Il avait chaud, il s’était demandé s’il pouvait retirer sa chemise devant Asphodèle, depuis qu’il lui avait… Enfin, vous avez compris. Portant sa tasse à la hauteur de ses narines, il reconnut quelques odeurs, sans réellement toutes les devinés, ni même comprendre quels étaient leur but. Ecoutant Asphodèle d’une oreille distraite par la réaction de son frère, il reposa la tasse sur la table, tandis que sa meilleure amie lui tournait désormais le dos, continuant de lui faire la discussion.

Il ne put s’empêcher de trouver ça très impoli, surtout venant de sa part, étant donné l’éducation qu’elle avait reçu concernant les convenances, et le savoir-vivre dont elle savait faire preuve, malgré un tempérament pour le moins glacial, voir polaire, lorsqu’on ne la connaissait pas du tout. Ce n’est que lorsqu’elle se retourna qu’il comprit. Son décolleté… Son attitude tout à coup… La tasse de thé… Enrique comprit, mais avant même qu’il ait eut le temps de faire quoi ce soit pour tenter d’éviter ce genre de chose étant donné que ce n’était pas vraiment Asphodèle qui parlait, mais la potion qu’il avait bu (chose qu’il trouvait d’autant plus étrange, surtout venant de son frère). Il la vit se rapprocher de lui, et peut être pour la première fois, il sut qu’il n’opposerait aucune résistance. Il en mourrait d’envie comme jamais, et lorsqu’elle se serra contre lui, et qu’elle lui susurra dans l’oreille ce qu’elle voulait qui lui fasse, il sentit comme une intense bouffée de chaleur l’envahir.

Il ferma les yeux, comme dans une dernière tentative de se contenir, mais lorsqu’il les rouvrit, il n’avait qu’une envie : Lui donner ce qu’elle voulait, là, tout de suite.

Enrique approcha doucement son visage du sien, avant de l’embrasser avec une fougue surprenante. La poussant vers la table, il balaya d’un regard l’intégralité des livres qui allèrent s’écraser contre la commode, faisant tomber les épices au sol. Ni une, ni deux, il la souleva pour la mettre sur la table, avant de l’allonger, et de lui déposer des baisers sur l’intégralité de son torse, une fois qu’il eut ouvert le chemisier de sorte à ce que tous les boutons sautent.
Revenir en haut Aller en bas
Asphodèle Nospheratov
ANTHROPOLOGUE
APOTHICAIRE AU MARCHE AUX TROLLS.



MessageSujet: Re: Facts and Furious (pv) Sam 8 Déc - 11:30

Asphodèle d'ordinaire si maître d'elle s'était transformée en une nymphe assoiffée d'amour. Comme si perdre le contact physique avec Enrique, ne serait qu'une toute petite seconde, lui était insupportable. Il n'y avait plus de place pour la moindre pensée, le désir supplantait tout le reste, allumant en elle un incendie que ni elle ni Enrique ne seraient capables d'éteindre.

Ses yeux caressaient les courbes du visage de son meilleur ami comme il se rapprochait d'elle, pour aller s'attacher inévitablement à ses lèvres, juste avant qu'elles ne viennent à l'assaut des siennes. Si elle avait été en pleine possession de ses moyens, Asphodèle aurait senti son coeur s'emballer devant la fougue qu'il mettait dans ce baiser. Elle aurait rougi. Elle aurait été touchante. Fragile. Délicieuse. Et il l'aurait dévorée toute entière. Possédée jusqu'au dernier atome.

Mais l'Asphodèle qui tenait entre ses mains était un vrai démon qui lui rendait toute sa furia coup pour coup. Quand il croyait prendre d'assaut cette bouche gourmande, ses lèvres se retrouvaient prises au piège des siennes. Quand il l'allongeait, lui arrachant presque ce qu'il restait de ses vêtements, elle se donnait corps et âme et mieux encore, déjà son corps vibrait sous les baisers fougueux de son amant. Mais bien vite la belle abandonnait sa position lascive. Une main glissée dans les cheveux d'Enrique, elle se cambrait de plaisir et d'une jambe agile le ramenait plus encore contre elle, désireuse de connaître de lui le peu qu'elle ne connaissait pas encore.

Elle connaissait désormais le goût de ses lèvres, le goût de sa gorge au parfum de sable chaud qui battait contre sa bouche. Derrière cette fougue surprenante, il restait un brin de l'Asphodèle qu'Enrique aimait et qui se trahissait dans cette façon si douce qu'elle avait de gémir son prénom à son oreille... même à lui qui ne supportait pas ce prénom, cet appel sonnerait comme un cadeau. Il semblait qu'elle n'en aurait jamais assez de lui, qu'elle en voudrait toujours plus.

Elle le serrait, le caressait puis finalement ses mains se laissaient glisser, toujours sans la moindre gêne le long de son torse. Avant même qu'elle n'est touché au jean d'Enrique, il se retrouva sur ses chevilles mais ça ne l'arrêta pas, elle jouait déjà avec la ceinture de son caleçon prête à l'en déposséder aussi d'une seconde à l'autre...

_________________


Let's all give thanks that I am a liar,
'Cause I've got a feeling I just might get worse.
Now there's nothing wrong with you,
I'm just tired.
And I'm in a mood for a brand new curse.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Facts and Furious (pv)

Revenir en haut Aller en bas

Facts and Furious (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Humanitarian relief in Haiti: Some shocking facts
» So fast so furious
» Zlatan Facts !
» Saga Fast & Furious
» Fast & Maybe Furious ▲ Ft. AVS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: L'univers de King's Cross. :: Vox Populi. :: (saison1) RPs.-