Partagez|

كما سقطت انجيل , القادمة

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Emìr Jawhari
GERANT DU SOUK DE KDHIM.



MessageSujet: كما سقطت انجيل , القادمة Lun 19 Nov - 11:06

Pour le commun des mortels, cela faisait presque quinze jours qu’Emìr Jawhari était partit d’Angleterre pour se retrouver à enterrer son père, en Turquie, pays du quel, ils seraient tous originaires. Ce voyage avait été particulièrement intéressant pour Emìr car bon nombres de révélations lui avaient été faites sur sa famille, et ce qu’ils faisaient vraiment. Sur leur passé, mais aussi sur ce qu’ils devaient faire, et qu’ils faisaient partit d’un tout, pour un projet bien plus global qu’on ne l’aurait pensé, dans le but unique de préserver une espèce de paix, plutôt bancale, mais qui permettait au monde de tourner. La plupart des découvertes qu’Emìr fit en Turquie, à İstanbul, le laissèrent à plusieurs reprises perplexes, surpris, et à certains moments, il s’était, en effet demandé, si son oncle, Selim, et sa mère ne se payaient pas sa tête, ce qui serait de très mauvais goût étant donné les circonstances. Au final, il finit par leur faire confiance, quand ces derniers lui prouvèrent la véracité de leurs propos. Un choc de plus dans la vie d’Emìr qui l’acheva complètement, le forçant, ou plutôt le libérant de ce qu’il était, pour devenir ce qu’il devait être au plus profond de lui. Ce qu’il avait toujours tu, en pensant bien agir, mais qui, en faites, n’était qu’une protection qui faisait que, ses parents n’avaient jamais réellement eut de soucis pour le tenir à l’écart de tout ça, étant donné qu’ils – lui, son frère et sa sœur – auraient été incapable de briser leurs couvertures, de riches sorciers à la tête d’une boutique d’antiquité orientale.

En réalité, plus d’un an c’était écoulé depuis qu’il avait quitté l’Angleterre. Sa relation avec Siobhàn était au point mort, mais son envie de la revoir ne s’était jamais faite aussi grand, rendant, par moment, son entraînement particulièrement complexe. Son oncle était particulièrement horrible, il n’avait pas hésité à le torturer, à le pousser dans ses retranchements les plus intimes pour voir ce dont il était capable, mais surtout pour voir ce qu’il pouvait endurer avant de cracher le morceau. Une des expériences dont il se souviendra toute sa vie, c’est lorsqu’il dû essayer de désarmer son oncle. Jamais il n’aurait pensé, un jour, être mis plus bas que terre. Mais lorsqu’il parvint à le faire, sa joie fut si intense qu’il en ressortit grandit, plus puissant, et en même temps beaucoup plus calme. Il avait vu en son entraînement de fou furieux, une espèce d’exutoire quant à son deuil, mais aussi, pour y canaliser cette colère dont il avait toujours été sous le joug, jusqu’à maintenant. Au final, prendre possession de son héritage avait été plus que bénéfique, chose que Siobhàn ne tarderait pas de remarquer quand elle le reverrait après quinze jours d’absences.

Une fois arrivée, tu le brises au sol, et tu ne retournes pas là où tu étais avant l’année prochaine. On te recontactera en temps et en heure, mon fils. avait-elle murmuré, avant de le prendre dans ses bras. Son frère, Selim, s’approcha à son tour, pour prendre son neveu dans ses bras, avant de le lâcher pour lui baiser le front. Il lui mit ensuite le retourneur de temps autour du cou, agita plusieurs fois ce dernier, puis il se mit à tourner, à tourner et à retourner pendant quelques minutes qui parurent interminable. Lorsqu’il eut fini, il saisit la main d’Emìr, et il lui mit dans le creux de la main. Aussitôt, le retourner s’activa, et en moins de temps qu’il ne me faut pour l’écrire, il traversa l’espace-temps à la vitesse de l’éclair.

D’un coup, dans le silence de la nuit, sur Istanbul, un éclair blanc jaillit du ciel pour frapper le jardin de la résidence des Jawhari. Emìr se retrouva nez dans l’herbe, le regard flou, la respiration saccadée. Il resta ainsi quelques instants, reprenant doucement ses esprits. Il entendit une porte s’ouvrir, puis des bruits de pas sur le sol de la terrasse. Rapidement, il reconnut l’odeur de sa mère, qui lui posa une main sur le front, avant de regarder le retourneur de temps. Elle eut un soupir, et lui murmura rapidement : « Brise le, et vite. Ton amie ne va pas tarder à arriver. »

Emìr se redressa tant bien que mal, puis, il retira le sablier de son cou pour le poser au sol. Il sortit sa baguette, la pointant sur l’artefact magique, et il l’explosa d’un coup sourd. Une volée d’oiseaux s’échappa d’un arbre, tandis que les lumières s’allumaient doucement autours d’eux, suite au vacarme qu’il avait produit en l’espace de quelques instants. Il rangea sa baguette magique, avant de serrer brièvement sa mère qui lui déposa un baiser sur la joue. Elle le rendit un peu plus présentable, lui retirant la trace de terre sur son nez et sa joue, avant de s’éclipser rapidement, laissant doucement planer cette douce fragrance raffinée dans l’air.

Il avait beaucoup changé. Même physiquement. Ce n’était plus vraiment le même, mais Siobhàn n’y verrait pas grand-chose. Quoique physiquement, il était devenu mieux bâtit, plus à l’aise dans ses basquettes. Son regard avait quelque chose de sérieux, mais son visage semblait déjà un peu plus prompt au rire que lorsqu’elle l’avait connu. S’asseyant sur le rebord de la fontaine au centre de la résidence, il trempa doucement sa main dans l’eau, en attendant qu’elle ne débarque, devant le portail en fer forgé noir. Un sourire con vint se loger sur son visage. Après tout ce temps, après toute cette attente, il allait enfin la revoir…

_________________



    « CHAQUE HOMME,
    POUR PEU QU'IL SOIT DISERT ET
    QU'IL AIME LES FEMMES,
    PORTE EN LUI SES MILLE ET UNE NUITS. »


Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Mc Gill Fhaolain
CHARMEUSE ... DE DRAGONS.



MessageSujet: Re: كما سقطت انجيل , القادمة Lun 19 Nov - 20:32

Les histoires d'amour de Siobhán étaient toujours désastreuses. Bien souvent, elle s'autodétruisaient d'elles mêmes avant même d'avoir commencé. Notre écossaise intrépide pleurait un bon coup puis elle finissait pas se remettre et retomber amoureuse. Juste avant Emìr, elle s'était faite larguée par une espèce de looseur mal rasé qui avait osé lui dire qu'elle était pas un bon coup au lit quand la veille il lui avait demandé de l'épouser et s'était lamentablement endormi après l'avoir appelée Stéphanie... Après ça, et même si elle avait dit non à la demande en mariage, elle s'était juré comme à chaque fois qu'elle ne retomberait plus jamais amoureuse. Et d'ailleurs, la première fois qu'elle avait vu Emìr, elle l'avait odieux, détestable, antipathique, prétentieux et plein de lui-même.

Résultat elle se retrouvait dans l'immense hall de la gare de Sirkeci. Elle avait pris un ticket depuis Calais en France à bord de l'Orient Express. Un drôle de choix pour une sorcière. Tout aussi drôle que sa présence dans ce pays. Siobhán n'était jamais sortie des frontières de la Grande Bretagne. Autour d'elle les gens se pressaient et elle se sentait perdue. Tuilelaith lui avait recommandé de prendre ce train fabuleux et Siobhán ne l'avait pas regretté une seconde pendant le voyage. Maintenant qu'elle était à Istanbul... Est-ce qu'elle avait fait le bon choix en venant ici? Est-ce qu'elle ne montrait pas déjà que tout était acquis, comme d'habitude ou du moins comme toutes les fois où elle avait foncé dans un mur?

Un vendeur de fleur vint faire des ronds de jambe devant elle, lui glissant une orchidée magnifique entre les mains avant de glisser quelque chose qu'elle ne comprit pas mais qu'elle prit pour un compliment à en juger par le large sourire du jeune homme - au demeurant très beau. Ça suffit à dissiper ses doutes. Comme elle l'avait dit à Kaprice un peu plus tôt dans la semaine, qu'importait que ça finisse comme d'habitude ou non, l'important c'était l'instant présent, ce florilège d'émotions qui fourmillaient en elle rien qu'à l'idée de le revoir. Oui ça ne faisait que deux semaines mais pour elle ça faisait comme s'il était parti depuis des mois... des années... des siècles...

Seule sur son petit nuage, elle plongea le bout de son nez dans la fleur pour en humer le parfum et alors son visage s'illumina d'un sourire radieux. Elle était aux anges et elle était prête à le partager avec tout le monde. Suivie par une demi tonnes de bagages griffés Veela, la pétillante blondinette se dirigea à grand pas vers la sortie, puis, traversa la rue pour entrer dans un grand hôtel sorcier. Un groom l'accueillit et la guida immédiatement vers la chambre qu'elle avait réservée. Là, elle se changea, passant la tenue qu'elle avait prévue en ayant sa lecture du Coran à l'esprit. Elle avait donc choisi une jean simple, une tunique couleur brique très seyante, mi longue pour ne pas montrer les formes que le jean tendait à mettre en valeur, manches longues également mais pas de décolleté. Et des bottines pour conclure le tout. Un long foulard bleu et voilà elle était prête.

Elle attacha ses cheveux, chose qu'elle ne faisait jamais sauf aux soirées de gala. Pour tout dire, elle avait tellement peur de paraître vulgaire aux yeux de la famille Jawhari et en même temps elle avait tellement peur de se contrefaire... sa tenue du jour lui paraissait un juste milieu entre les exigences du Coran et ce qu'elle était au naturel sans qu'on lui impose quoique ce soit.

La nuit était tombée quand elle mit le nez dehors. Elle avait pris le temps de relire la dernière lettre d'Emìr pour ne pas se tromper puis, avait transplané. Elle hésita longuement avant d'oser de pousser le portail de la résidence Jawhari. Ce n'est qu'en apercevant une silhouette penchée sur la fontaine qu'elle sentit son coeur battre.

« Emìr? » , demanda-t-elle timidement.

Si ça n'était pas lui, elle passerait encore pour une truffe. Non, c'était bien lui. Elle eut un sourire adorable mais ne bougea pas de devant le portail, il lui paraissait déjà bien assez gonflé de venir rendre visite à Emìr alors que sa famille était en deuil alors elle n'allait pas non plus entrer comme si elle était chez elle...

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas

كما سقطت انجيل , القادمة

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: L'univers de King's Cross. :: Vox Populi. :: (saison1) RPs.-