Partagez|

Le Malade Imaginaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Siobhán Mc Gill Fhaolain
CHARMEUSE ... DE DRAGONS.



MessageSujet: Le Malade Imaginaire Jeu 19 Juil - 19:22

A
force de regarder l'infirmière faire des aller et venues sans jamais s'arrêter chambre Oldridge, Siobhán se sentait d'autant plus la nausée. Elle venait d'abandonner Kingsley (selon sa propre expression) pour aller faire le poireau dans la salle d'attente de Sainte-Mangouste. Après une heure et demi montre en main passée dans la chauffeuse en face de la sorcière d'accueil, une note était tombée sur ses genoux lui indiquant qu'elle pouvait allait attendre au bout du couloir et qu'un guérisseur allait s'occuper d'elle très bientôt. C'était juste trois quart d'heure avant.

Siobhán leva les yeux au plafond pour oublier l'infirmière va-et-vient. Patiemment assise sur bord de la table d’auscultation (comme on le lui avait demandé), elle balançait ses jambes un peu à la façon d'une gamine et avec le nez en l'air comme ça, on ne lui aurait pas donné plus de 18 ou 19 ans. Elle avait l'habitude de ce genre de commentaire, généralement c'était son badge du ministère qui détrompait les gens, là, elle comptait plus sur la note que la sorcière d'accueil avait rédigée à l'attention du guérisseur qui était censé arriver... un jour... peut-être.

Les yeux de la jeune femme suivaient la note qui voletait au dessus de sa tête quand, allez savoir pourquoi, sans doute lassée par le grand silence, elle se mit à fredonner sans y penser un air qu'elle avait entendu dans la journée. Les paroles ne lui revenaient pas. Pour passer le temps, elle se mit à y réfléchir. Ça finirait bien par lui revenir... ça ou le léger vertige qui la faisait valser depuis deux ou trois jours.

La note lui passa juste sous le nez comme pour la narguer. De toute manière elle savait ce qu'elle disait : jeune femme, blonde, 22 ans, sensation d’écœurement, fatigue et perte d'appétit.

Comme si la couleur de ses cheveux avait quelque chose à voir avec sa nausée. Siobhán haussa les épaules, incrédule, c'est là que ça lui revint! un jour mon prince viendra.... Sa bouche s'étira en un sourire narquois. C'était nunuche comme chanson, même pour elle. Il fallait bien qu'elle s'occupe après tout...

Elle allait presque commencer à s'endormir quand des bruits de pas attirèrent son attention. Un homme entra. Elle sourit, pas rancunière pour un sous. Sans doute que tout le monde était débordé à l'hôpital.

Revenir en haut Aller en bas
Emìr Jawhari
GERANT DU SOUK DE KDHIM.



MessageSujet: Re: Le Malade Imaginaire Ven 20 Juil - 14:23

Le front contre le tapis aux couleurs vives de l'orient, des paroles d'une autre langue, une volonté inébranlable, une prière à son dieu, tourné vers l'est. Il se redresse sur ses genoux, les mains sur ses cuisses, le regard penseur. Emìr finit par se relever, avant de se rechausser pour reprendre son boulot, là où il l'avait arrêté. Pliant son tapis, il le range dans son casier, avant de sortir des vestiaires, et de reprendre le chemin vers les consultations. Un soupir las traversa ses lèvres lorsque les portes de l'ascenseur se refermèrent pour se rendre à l'étage tant haï.

Car oui, pour certains guérisseurs, les consultations ne sont pas franchement une tâche plaisante. Des obligations auxquels chacun dut se plier lorsque l'on porte la robe du Guérisseur. Les yeux fermés, il les ré-ouvrit au même moment que les portes de l'ascenseur s'ouvrirent sur l'enfer sans nom.

Aussitôt son visage devint plus sinistre, son regard se fit plus assassin, et ses lèvres semblaient disparaître sous l'effort surhumain qu'il semblait faire pour ne pas fuir et laisser cette basse besogne à ces médicomages. Il s'arrêta rapidement au coin des infirmiers, saisissant sa pile de dossiers avec une volonté digne d'un homme allant à la potence.

L'heure était bien avancée déjà, quand une infirmière vint lui dire que sa patiente numéro 6 attendait déjà depuis quelques longues minutes pour ne pas dire une bonne demi-heure. Emìr la fusilla du regard sans même lui répondre, avant de prendre la direction de la salle d'auscultation.

La porte étant déjà ouverte, son entrée fut un peu moins théâtrale qu'à son habitude. Il n'adressa même pas un regard à la patiente, jetant sa pile de dossiers sur son bureau pour la journée. Balayant du regard le dossier de la demoiselle avant de l'envoyer rejoindre les autres, il se redressa avant de contourner à nouveau le bureau pour s'approcher de la patiente.

« Bien, numéro 6. On va commencer. » Il claqua des doigts, et un tabouret vint jusqu'au Pakistanais. Il s'assit, puis daigna enfin poser son regard sur numéro 6. Un mouvement de recul de sa part, ses yeux s'écarquillèrent brièvement, comme si il avait reconnu quelqu'un, avant de finalement rouler des yeux l'air blasé, comme si la jeune fille semblait être un clown des rues, du genre totalement dégueulasse qui vous empoisonne l'air juste par sa simple présence. « Bon, expliquez-moi ces sentiments d’écœurement, s'il vous plaît. Autant que ça aille vite, j'ai pas ma journée, malheureusement. »

_________________



    « CHAQUE HOMME,
    POUR PEU QU'IL SOIT DISERT ET
    QU'IL AIME LES FEMMES,
    PORTE EN LUI SES MILLE ET UNE NUITS. »


Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Mc Gill Fhaolain
CHARMEUSE ... DE DRAGONS.



MessageSujet: Re: Le Malade Imaginaire Ven 20 Juil - 17:32

La première impression que Siobhán avait eu s'estompa très rapidement. A première vue rien à dire sur le jeune médicomage qui venait d'entrer. Il ne devait pas avoir la trentaine mais il avait quand même l'air un peu plus vieux que Siobhán. Elle alla sourire en guise de bienvenue quand il jeta négligemment sa pile de dossiers sur un bureau qui se trouvait là et lui adressa enfin la parole.

« Bien, numéro 6. On va commencer. »

Et on commence plutôt mal pensa la jeune femme. Elle fronça très légèrement les sourcils plutôt décontenancée par cette approche pour le moins... spéciale. Se faire appeler par un numéro ça n'avait jamais été le truc de Siobhán et on imagine sans mal que ça ne devait pas être le truc de beaucoup de monde d'ailleurs.
Mais, comme elle venait d'une bonne famille, elle avait beaucoup mieux à faire que de donner des leçons de bienséances à un médicomage qui de toute évidence... - elle ne put s'empêcher de remarquer son sursaut. Est-ce qu'elle avait un truc entre les dents ou sur le front.... - à un médicomage qui de toute évidence...

« Bon, expliquez-moi ces sentiments d’écœurement, s'il vous plaît. Autant que ça aille vite, j'ai pas ma journée, malheureusement. »

... allait l'expédier. A ce moment là, la première chose qui vint à l'esprit de Siobhán ce fut de se lever et de lui faire tout de suite gagner du temps en prenant ses clics et ses clacs pour Dunvegan. Il y avait un très bon rebouteux à Dunvegan... seulement il avait un peu les mains baladeuses. Attribuons cela à l'âge.

Au lieu donc de céder à la tentation de planter l'énergumène qui l'avait fait poireauter bien une heure pour lui dire maintenant qu'il n'avait pas cinq minutes à lui accorder, Siobhán força ostensiblement un sourire sur ses lèvres avant de répondre avec toutes les bonnes manières qu'elle pouvait employer :

« Ça a commencé il y a quelques jours. Ça me fait l'effet d'un vertige permanent et ça ne va qu'en empirant. »

Cordiale. C'était le mieux qu'elle pouvait faire.

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas
Emìr Jawhari
GERANT DU SOUK DE KDHIM.



MessageSujet: Re: Le Malade Imaginaire Ven 20 Juil - 17:42

Emìr ne remarqua même pas le sourire, quoique forcé, de la jeune femme. Il s'en fichait éperdument. Plus vite, c'était fait, plus vite il partirait de cette affreuse journée. Heureusement, il n'en avait que très peu des comme ça. Deux, trois par mois, mais c'était déjà de trop. Emìr lui lançait un regard blasé, avec un minimum d’intérêt. Juste histoire de dire que... Il se fichait complètement de ce qu'elle pouvait bien en penser. Il était Guérisseur, pas assistant social.

« Ça a commencé il y a quelques jours. Ça me fait l'effet d'un vertige permanent et ça ne va qu'en empirant. »

Il fit une moue blasée avec sa bouche, avant de reprendre avec un air d'un type qui sentait très bien qu'elle était entrain de lui payer sa tête.

« Vous avez fait un test de grossesse avant de vouloir venir perdre votre temps ici ? »

Cela arrivait souvent. Surtout chez les jeunes femmes. Ce n'était pas comme si il existait tout un tas de potions magiques, d'herbes médicinales, et autres procédés totalement débile.

_________________



    « CHAQUE HOMME,
    POUR PEU QU'IL SOIT DISERT ET
    QU'IL AIME LES FEMMES,
    PORTE EN LUI SES MILLE ET UNE NUITS. »


Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Mc Gill Fhaolain
CHARMEUSE ... DE DRAGONS.



MessageSujet: Re: Le Malade Imaginaire Ven 20 Juil - 17:57

Qu'il ne relève même pas son sourire forcé, c'était presque pire que tout. Siobhán serra légèrement le rebord de la table d’auscultation sans s'en rendre compte. Ce type n'était pas arrogant. Il n'était pas puant. Non. Il était indifférent. Il n'y avait rien de pire. Elle s'arrêta net de balancer ses jambes de peur de ne pas pouvoir résister à la tentation de lui envoyer son pied dans les noix pour attirer son attention. Allons Siobhán ça ne se fait pas. Tu vaux mieux que ça., sermonnait-elle intérieurement.

Elle se contenta de répondre ainsi qu'on l'attendait d'elle. Claire. Concise. Elle nota l'espèce de moue blasée du médicomage ne lui échappa pas (contrairement à lui elle prêtait attention à ce qui se passait ELLE). Qu'allait-il lui sortir cette fois.

Vous utiilisez beaucoup trop de mot Mademoiselle., s'imaginait-elle. Quoique, après mûre réflexion vu l'intérêt que semblait lui porter ce monsieur, il ne devait même pas avoir remarqué qu'elle était une...

« Vous avez fait un test de grossesse avant de vouloir venir perdre votre temps ici ? »

... ah si il avait quand même remarqué.

« Je ne suis pas enceinte. », une réponse lapidaire qui anticipait d'avance une raillerie sur son manque d'activité sexuelle évident.

Qui pouvait répondre je ne suis pas enceinte aussi catégoriquement sinon une none ou une abstinente-malgré-elle. S'il se permettait le moindre commentaire, elle lui mettait sa main dans la figure.

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas
Emìr Jawhari
GERANT DU SOUK DE KDHIM.



MessageSujet: Re: Le Malade Imaginaire Sam 21 Juil - 18:59

« Je ne suis pas enceinte. » Répondit-elle, quoiqu'un peu sèchement. Emìr ne s'en était pas aperçu, il s'en fichait toujours. Si elle voulait capter son attention, il allait falloir qu'elle montre son caractère.

Il semblait comme fermé, hermétique. Complétement refermer sur lui-même. Il aurait très bien pu interpréter le rôle d'un pantin animé par une quelconque magie qu'on y aurait vu que du feu. Indifférent, elle aurait pu danser nue tout autours de lui qu'il n'aurait rien dit.

Quoique...

« Bien. » Bien, bien... C'était juste histoire de dire.

Bon, bon. Sentiments d’écœurement, vertiges, fatigue... Emìr réfléchissait tout en ré-ouvrant une fois de plus le dossier de la jeune femme.

« Je vois que vous êtes... Charmeuse de Dragon. » Temps de pause. « Curieux. » Commenta-t-il tout haut. « Avez-vous quitté récemment le pays ? Avez-vous été confronté à un venin en particulier d'un quelconque dragon vénimeux ? »

Et voilà. Les consultations devraient être faites par les médicomages. Dans sa tête, c'était la pleine des vents tellement il soupirait.

_________________



    « CHAQUE HOMME,
    POUR PEU QU'IL SOIT DISERT ET
    QU'IL AIME LES FEMMES,
    PORTE EN LUI SES MILLE ET UNE NUITS. »


Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Mc Gill Fhaolain
CHARMEUSE ... DE DRAGONS.



MessageSujet: Re: Le Malade Imaginaire Dim 22 Juil - 20:49

Plus elle regardait ce médicomage, plus elle avait une envie monstre de le secouer pour qu'il la regarde. Non pas qu'elle se sentait si désespérée que ça (oui bon elle n'avait pas eu de petit ami depuis un bon moment), mais quelque chose qu'elle n'expliquait pas l'irritait au plus haut point.

« Je vois que vous êtes... Charmeuse de Dragon. »
« Oui. Mes vaccins sont à jour. Pas de blessure récemment. Rien de p-. »

En fait en y pensant si. Il y avait bien un "truc de particulier". Cette affaire où elle avait fini dans une demi tonne de bouse de dragon. En y repensant, ses joues prirent une teinte rouge vif. Pas question d'évoquer ça. D'ailleurs la bouse de dragon était, d'après Sorcière Extra, un excellent hydratant pour la peau.

« Curieux. »
« Vous trouvez? », fit-elle avec un rire nerveux.
« Avez-vous quitté récemment le pays ?»
« Non. »
« Avez-vous été confronté à un venin en particulier d'un quelconque dragon vénimeux ? »
« Non. »

Silence. Siobhán s'éclaircit la voix un peu gênée. Son fard ne se calmait pas mais au contraire s'étendait à tout son visage comme si tout d'un coup elle faisait une poussée de fièvre.

« Vous êtes toujours aussi... communiquant ? », siffla-t-elle après un instant à se retenir.

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas
Emìr Jawhari
GERANT DU SOUK DE KDHIM.



MessageSujet: Re: Le Malade Imaginaire Mer 25 Juil - 19:43

Non. Non ? Mine de rien, derrière ce visage de marbre, l'impatience commençait à grimper de quelques échelons au fur et à mesure que le temps passait. Il ferma ses yeux, expirant doucement, comme pour conserver son contrôle. Devoir arracher les vers du nez, ça le gonflait mais au plus haut point. Allez, c'est bon, dis le que tu es tombée dans une tonne de bouse de dragon ! Il ré-ouvrit les yeux, entendant les propos de Siobhàn.

« Vous êtes toujours aussi... communiquant ? » C'était le pompon. Sa veine temporale gonfla d'un bloc.

« Si vous avez besoin de raconter votre vie, c'est un psychologue qu'il fallait demander, ou aller dans un bar, comme vous devez sûrement si bien le faire. » Il la défit du regard, tout en continuant : « Ça fait bien dix minutes que j'essaie de vous tirez les vers du nez, là. Alors soit vous m'expliquez rapidement ce que vous avez, et je peux travailler, soit vous dégagez. Je ne suis pas assistant social, votre vie, j'm'en tamponne le coquillard avec le pinceau de l'indifférence ! »

C'était du tout au tout avec lui. Cela trahissait bien évidemment ses conflits intérieurs. Visiblement, Siobhàn semblait être toute feu tout flamme, ce qui risquait de ne pas faire un bon ménage. Emìr n'avait, cependant, pas bouger de son tabouret.

_________________



    « CHAQUE HOMME,
    POUR PEU QU'IL SOIT DISERT ET
    QU'IL AIME LES FEMMES,
    PORTE EN LUI SES MILLE ET UNE NUITS. »


Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Mc Gill Fhaolain
CHARMEUSE ... DE DRAGONS.



MessageSujet: Re: Le Malade Imaginaire Mer 25 Juil - 20:13

« Si vous avez besoin de raconter votre vie, c'est un psychologue qu'il fallait demander, ou aller dans un bar, comme vous devez sûrement si bien le faire. »

Siobhán haussa un sourcil, ce qui n'était jamais très bon signe chez elle. Un calme olympien affiché, et cette expression altière sur son visage... n'importe qui chez les Mc Gil Fhaolain auraient tout de suite vu venu le moment de se taire à l'instant. Siobhán de tous les enfants Mc Gil Fhaolain, était la seule à avoir hérité du caractère explosif de son arrière grand père. Ce vieux dragon à qui l'on n'osait jamais répondre...

« Je vous trouve bien prompt à juger, ai-je l'air d'une ivrogne. »

Le mot était toujours un peu facile quand on parlait à un écossais, ça le rendait toujours et d'autant plus vexant. Plus encore quand on était une Mc Gil Fhaolain, héritière née d'un des derniers clans écossais. Qui sait ce que le clan signifie pour un écossais ne saisira donc jamais cette perche vilement tendue. Mais le médicomage de continuer sa diatribe vindicative.

« Ça fait bien dix minutes que j'essaie de vous tirez les vers du nez, là. Alors soit vous m'expliquez rapidement ce que vous avez, et je peux travailler, soit vous dégagez. »
« Remettez-vous un petit peu en cause, je ne fais que répondre à vos questions. Et, de toute évidence, vous les choisissez mal.»
« Je ne suis pas assistant social, votre vie, j'm'en tamponne le coquillard avec le pinceau de l'indifférence ! »
« Vous devez faire un bien piètre peintre alors en plus d'un piètre médicomage. »

La discussion prenant un tour de plus en plus sympathique, Siobhán croisa ses bras sur sa poitrine, détournant sa jolie tête blonde pour ne pas arracher celle de ce pseudo médecin incapable de faire un diagnostic. Et bientôt ça allait être de sa faute.

Elle fulminait. Au sens propre...


_________________

 
Revenir en haut Aller en bas
Emìr Jawhari
GERANT DU SOUK DE KDHIM.



MessageSujet: Re: Le Malade Imaginaire Dim 29 Juil - 17:01

« Vous devez faire un bien piètre peintre alors en plus d'un piètre médicomage. »

Emìr inspira longuement. Son regard était assassin. Dans la pièce, personne n'aurait pu dire qui était le plus énervé entre la patiente, et le Guérisseur Jawhari. La tension était palpable... À couper au couteau. Des dizaines de phrases toutes aussi violentes qu'insultantes lui brûlaient les lèvres, mais il ne pouvait les dire. Sa religion l'en empêchait. Surtout en période de ramadan. Il se passa une main sur le visage, avant de sortir sa baguette de l'autre, pour la pointer directement sur Siobhàn.

« Si c'est pour m'insulter, on va employer les grands moyens. »

Et en deux, en trois mouvements, exécutés avec une fluidité à faire pâlir un maître duelliste, il lui lança un sortilège qui la frappa en pleine poitrine. Le sort, orangé, l'entoura d'une aura pâle, comme celle d'un sorbet à la mandarine. Puis, tout d'un coup, comme dans un film en accéléré, des tâches de rougeurs montrant une forte poussée de fièvres, des écailles apparurent de part et d'autres de son corps, et ses doigts s’amincirent, et ses ongles s'étirèrent comme si elles devenaient des griffes acérés.

Emìr expira longuement, secouant la tête, l'air fatigué.

« C'est le comble d'une charmeuse de dragon de chopper la dragoncelle, hein ? » Il se dirigea vers la porte, et il se retourna vers elle : « Vous devez me noter sur le carnet qui apparaît le nom de toutes les personnes avec lesquels vous avez été en contact, histoire de vérifier qu'ils ne l'aient pas contracté. » Un carnet ainsi qu'une plume apparut sur le lit, à côté de Siobhàn. Il se retourna et referma la porte derrière lui.

Deux secondes après, la porte se réouvrit. Emìr passa la tête et ajouta avec un grand sourire de tout ce qu'il y a de plus hypocrite.

« Félicitation, on va se voir non-stop pendant environ deux mois, à peu près. »

_________________



    « CHAQUE HOMME,
    POUR PEU QU'IL SOIT DISERT ET
    QU'IL AIME LES FEMMES,
    PORTE EN LUI SES MILLE ET UNE NUITS. »


Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Mc Gill Fhaolain
CHARMEUSE ... DE DRAGONS.



MessageSujet: Re: Le Malade Imaginaire Dim 5 Aoû - 9:54

« Si c'est pour m'insulter, on va employer les grands moyens. »
« C'est vous qui avez commencer, je ne fais que répondre sur le même registre.»

Il avait quand même un culot monstre celui-là. Jamais de sa vie Siobhán n'avait eu affaire à un tel mufle. Elle se retenait de lui coller son poing dans la figure parce qu'elle valait mieux que ça mais dans sa tête elle lui faisait vraiment passer un sale quart d'heure. A quoi bon gaspiller de la salive pour lui, elle valait beaucoup mieux que ça. Elle décida donc qu'elle ne lui adresserait plus la parole jusqu'à ce qu'il ait terminé son fichu diagnostic. Mais elle ne manquerait pas de signaler son comportement odieux en sortant de là, après tout, une Mc Gil Fhaolain méritait beaucoup mieux que ça.

Avant qu'elle n'ait pu le lui annoncer à haute voix, il lui lança un sortilège (un bon médicomage aurait prévenu et expliqué son geste mais lui non. Pensez-vous !) et soudain, elle se mit à ce sentir plus mal qu'elle n'avait jamais été de toute sa vie. Sans parler de la rage qui lui monta tout d'un coup. D'ordinaire Siobhán avait un tempérament explosif mais là c'était sans comparaison.

« C'est le comble d'une charmeuse de dragon de chopper la dragoncelle, hein ? » , fit-il d'un air suffisant.

Deux volutes de fumée s'échappaient du nez de la jeune femme qui à ce moment là ressemblait plus à une femme-serpent qu'autre chose, si elle s'était vu, elle aurait tout de suite su que dans une seconde ça allait sentir le roussi. Malheureusement pour le médicomage, lui ne semblait pas expert en physionomie saurienne. Il poursuivit donc sur le même ton concluant de la plus agaçante manière :

« Félicitation, on va se voir non-stop pendant environ deux mois, à peu près. »

La réponse de Siobhán s'exprima dans une jet de flammes furibondes qui vint s'engouffrer par l'embrasure de la porte, laissant une marque calcinée sur le mur du couloir. Elle eut juste le temps d'espérer qu'après ça on ne retrouverait du docteur Jawhari qu'un petit tas de cendres dans une paire de chaussures racornie avant de perdre connaissance.

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le Malade Imaginaire

Revenir en haut Aller en bas

Le Malade Imaginaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» LE PRESIDENT EST TROP VIEUX ,TROP MALADE TROP COQUIN POUR L''EXIL ET LA RETRAITE
» mais il est malade !!
» le chef est malade......(pv fumée et la lieutenante ^^)
» Je deteste etre malade
» quand le travail rend malade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: L'univers de King's Cross. :: Vox Populi. :: (saison1) RPs.-