Partagez|

Ever Ever After - Ft. Alderic

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Aisling Flynn
BRISEUSE DE MALEDICTIONS.



MessageSujet: Ever Ever After - Ft. Alderic Dim 22 Juil - 21:29

La matinée touchait à son terme quand Aisling sortit du Ministère. Elle avait été convoquée de fort bonne heure au département des Mystères afin de consulter les rapports des experts sur différents artefacts qu'elle avait réussi à contrer, aidée d'un intervenant extérieur, pour une affaire qui avait fait trembler le pays tout entier. La « Fée Carabosse » avait réussi à effrayer les grands de ce monde pendant des mois, avant que l'on décide de faire appel à la jeune briseuse de malédictions. Mise en face de son premier défi à l'échelle nationale, elle avait tenté de rester en-dehors des feux des appareils des médias pour pouvoir manier son art avec la dernière des dextérité. La cohabitation avec les figures de l'autorité l'avait fait tiquer à de nombreuses reprises, ne comptant plus les visages immondes qu'elle avait dû contempler. Quelques-uns avaient échappé à la règle, notamment parmi les Aurors qu'elle avait côtoyés, preuve qu'il existait encore quelques personnes aux intentions pures, dont le métier était une réelle vocation. Une expérience des plus intéressantes, qui lui avait permis d'acquérir une solide réputation et une rallonge impressionnante de son carnet d'adresses. Cependant, ce qui l'intéressait au point de l'obséder depuis le début de cette affaire se trouvait bien dans ce lieu interdit. Il lui fallu relire les rapports d'expert, les confirmer dans la mesure de ses capacités, et remplir des déclarations en plusieurs exemplaires avant de finir par les apercevoir. Quand on lui avait proposé un paiement, en négociant son intervention, elle avait refusé toute somme d'argent. Ce qu'elle avait exigé était les objets dont elle allait s'occuper. Cela avait fait hausser un nombre impressionnant de sourcils, on lui avait proposé une place au Ministère, on avait négocié, mais elle s'était montré intraitable. Et l'affaire avait donc été conclue. Un sourire se dessina sur ses lèvres fines, spectacle des plus rares quand on les lui présenta un par un avant de les mettre dans le sac sans fond qu'elle avait apporté pour les emporter. Ils étaient tous là et elle les caressa du regarda avant de tirer sa révérence, non sans une dernière signature et une ultime supplique pour qu'elle les laisse au patrimoine sorcier. Certainement pas.

Elle était bien loin d'être un enfant de choeur et encore moins une philanthrope. Le monde était tellement laid qu'elle ne voulait rien avoir à faire avec lui, ou en tous cas, le moins possible, et elle ne souhaitait rien partager avec ses semblables. Du moins, l'ensemble qu'ils formaient. Avec certains en particulier, pourquoi pas. En réalité, on pourrait plutôt dire avec un certain personnage, en particulier. Que personne n'aille se faire d'idées déplacées qui n'étaient ni dans le tempérament de l'un, ni dans les perspectives de l'autre. Elle n'avait simplement pas été la seule collaboratrice à travailler sur cette affaire. Et même si c'était elle, nominativement, que le Ministère avait employée, il n'en restait pas moins qu'ils avaient oeuvré en binôme et qu'elle comptait partager le butin acquis avec lui. Tout aussi passionné qu'elle par ce qu'ils avaient aperçu en ces heures troublées où ils avaient agi en tandem, il n'était que justice qu'il en conserve lui aussi quelques-uns. Ce fut donc pour cette raison que ses pas la menèrent directement au Crawldelia Rock. Habituée des lieux depuis qu'elle avait rencontré leur propriétaire, il y avait maintenant plusieurs années de cela, elle tira machinalement sur la queue du chat avant d'entrer. Elle connaissait son chemin au travers des allées remplies de livres. Son regard essayait cependant de capturer quelque objet intéressant, à chacune de ses visites, devinant s'il renfermait quelque secret à percer, quelque maléfice à briser. Rapidement, elle fut rejointe par Sherly, qu'elle caressa en se penchant. Bonjour, toi. Préférer la compagnie des animaux lui arrivait bien souvent, saluant plus volontiers certaines bêtes que leurs maîtres. Elle n'avait fort heureusement pas ce problème avec Alderic, une des rares personnes qu'elle fréquentait avec plaisir. Se relevant, elle observa les alentours, se demandant à quel moment il allait apparaître. Nul besoin de l'appeler, il arriverait sans doute sous peu.


_________________


There is a light ...
Revenir en haut Aller en bas
Alderic Warlock



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Lun 23 Juil - 19:43

Il régnait comme toujours un calme étrange au Crawldelia Rock. La mariée fixait paisiblement le vide au creux de ses mains et Sherly la fixait en retour comme s'il attendait quelque chose. Il n'était pas rare de voir le basset se poster à cet endroit-là avec l'air de compter les mouches.

Le chat en fer forgé se mit à feuler, signe que quelqu'un venait d'entrer. Sherly redressa le nez et donna de sa voix grave et basse. Il dut reconnaître tout de suite le parfum de la personne qui venait d'entrer puisque après quatre secondes, le bruit de ses griffes glissant sur le parquet de chêne massif se fit entendre. Un dérapage au détour d'un allée et Sherly venait renifler la main de Miss Flynn.

- Bonjour, toi.
- Bonjour, toi. , répondit une voix qui n'appartenait bien sûr pas à Sherly.

Enfin, bien sûr, c'est vite dit. Nous avions bien un majordome squelette qui se promenait avec un service à thé dans le Crawldelia Rock. Pourquoi pas un chien qui parle. Ca ne paraitrait même pas si extraordinaire que ça ici.
L'homme qui venait de sortir d'on ne sait où, leva un petit sourcil amusé. Alderic Warlock et son éternelle barbe de deux semaines toisait sa visiteuse avec un petit air amusé.

- Walter ? Un peu de thé si tu veux bien. , annonça-t-il d'une voix forte, Alors... que nous vaut l'honneur Miss Flynn ? Ne me dis pas qu'une autre Fée Carabosse courre déjà les rues?

Sherly gronda joyeusement. Le vieux chien manifestait rarement autant d'enthousiasme mais il avait ses préférés dans les clients et certains parmi ses préférés lui faisait même oublier ses petits rhumatismes.



_________________


« Les sanglots des martyrs et des suppliciés sont une symphonie enivrante sans doute, puisque, malgré le sang que leur volupté coûte, les cieux ne s’en sont point encore rassasiés ! » Baudelaire, Les Fleurs du Mal.
Mes RP sont ouverts à tous, première réponse réservée mais n'hésitez pas à poster à la suite, ou à venir faire un tour dans mon carnet ou à m'attendre au Crawldelia Rock.
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Flynn
BRISEUSE DE MALEDICTIONS.



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Mar 24 Juil - 0:07

Bonjour, toi. Il n'avait effectivement pas tardé à paraître. Se redressant, non sans un dernier égard pour le compagnon de l'homme à qui elle rendait visite, Aisling offrir un de ses fins et rares sourires à son interlocuteur qui n'était autre que le propriétaire et maître incontesté des lieux. Si d'aventure on demandait à miss Flynn si elle partageait l'avis de la moitié des infirmières de Sainte Mangouste sur son cher ami, elle disait simplement qu'elle ne le voyait pas de la même façon qu'elles. Et pour cause. Elle n'avait aucune traître idée du physique réel de l'homme en face d'elle. Ce qu'elle voyait, elle, était un ensemble de traits d'une harmonie parfaite, nimbés d'une aura qui se ternissait depuis quelques temps sans qu'elle ne trouve cela bien alarmant (après tout, un homme restait un homme et elle n'allait certainement pas poser de questions intimes pour savoir si ses soupçons étaient fondés ou non). Ce qu'elle préférait ? Son odeur. Boisée, verte, capiteuse sans être entêtante, il embaumait la pièce sans le moindre souci, ce qui lui avait été d'un précieux secours à quelques occasions. Bonjour, toi, répéta-t-elle, peu désireuse de voir ce brave Sherly, qui montrait qu'il appréciait sa présence, lésé de cette première salutation qui lui était après tout destinée. Walter ? Un peu de thé si tu veux bien. Elle ne répondit rien, cherchant l'homme du regard. D'une placidité à toute épreuve, il était l'un des rares visages totalement neutres qu'elle connaissait, comme s'il n'avait ni désir, ni travers, une combinaison des plus apaisantes car n'éveillant aucun sentiment en elle. Il n'était cependant pas en vue, la laissant pour l'instant seule avec Alderic … sans oublier Sherly !

Alors... que nous vaut l'honneur Miss Flynn ? Ne me dis pas qu'une autre Fée Carabosse courre déjà les rues? Cela te plairait autant que moi, à n'en pas douter, nota-t-elle, passant son regard de l'homme aux trésors que recelait sa boutique. Aussi passionné qu'elle d'artefacts magique, ils avaient pris le même plaisir à pourchasser ce mage noir, à déjouer ses pièges en tandem, elle en était persuadée. Malheureusement non, mais ce ne serait guère palpitant, étant donné que nous l'avons déjà déjoué ses maléfices. Elle finit par poser la main sur le sac contenant le butin, plongeant son regard sombre dans les prunelles mouchetées de doré, à ses yeux en tous cas, du sieur Warlock. Mais tu as plutôt bien ciblé. Le Ministère m'a convoquée ce matin pour me remettre le paiement que j'avais négocié. La moitié te revient de droit. Alderic et elle n'avaient jamais parlé rémunération, aussi doutait-elle qu'il sache exactement de quoi elle parlait. Ce qui ne rendrait sa surprise que plus appréciée, elle n'en doutait pas une seconde.

_________________


There is a light ...
Revenir en haut Aller en bas
Alderic Warlock



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Dim 5 Aoû - 11:41

Cela te plairait autant que moi, à n'en pas douter. Malheureusement non, mais ce ne serait guère palpitant, étant donné que nous l'avons déjà déjoué ses maléfices.
Si l'on en croit les aurors on n'est pas à l'abri d'un copycat. Enfin... ne nous portons pas la poisse.

La perspective de repartir sur la même enquête ne l'aurait guère enchanté. Alderic était quelqu'un qui aimait partir à l'aventure, partir vers l'inconnu. Ça avait toujours eu quelque chose de très stimulant pour lui et c'était en grande partie la raison pour laquelle il n'avait pas repris l'horlogerie de ses parents. Mais bien sûr, l'histoire de l'horlogerie il la gardait pour lui, comme tant d'autres histoires d'ailleurs.

Mais tu as plutôt bien ciblé. Le Ministère m'a convoquée ce matin pour me remettre le paiement que j'avais négocié. La moitié te revient de droit.
Ohw... je ne me rappelais pas de cette clause dans le contrat mais ça me plait bien., fit-il avec un petit sourire en coin.

Il tira un petit carnet de la poche intérieur de sa veste. Dans quelques jours, il lui faudrait faire l'inventaire de sa boutique, comme tous les autres commerces du chemin de traverse. Cela ne s'annonçait pas être une partie de plaisir. Tous les ans l'inventaire au Crawldelia Rock relevait de l'épique. Et inutile de dire qu'il ne fallait pas penser à engager un assistant pour qu'il se fasse croquer ou mettre en pièce par l'une ou l'autre rareté qu'Alderic avait ramenée d'on ne sait où, ou pire encore qu'il fasse s'écrouler la baraque en prenant l'artefact qu'il ne fallait pas.

Je vais fermer, nous serons plus tranquille pour regarder ce que tu me ramènes...

Au moment où il disait ça, la pancarte sur la porte se retourna dans un claquement sonore. Fiers mes jeu indiquait-elle.

Walter arrivait juste avec le thé. Le charmant majordome squelette les servit puis s'effaça en bon gentleman qu'il avait été de son vivant.

_________________


« Les sanglots des martyrs et des suppliciés sont une symphonie enivrante sans doute, puisque, malgré le sang que leur volupté coûte, les cieux ne s’en sont point encore rassasiés ! » Baudelaire, Les Fleurs du Mal.
Mes RP sont ouverts à tous, première réponse réservée mais n'hésitez pas à poster à la suite, ou à venir faire un tour dans mon carnet ou à m'attendre au Crawldelia Rock.
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Flynn
BRISEUSE DE MALEDICTIONS.



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Ven 10 Aoû - 13:54

Si l'on en croit les aurors on n'est pas à l'abri d'un copycat. Enfin... ne nous portons pas la poisse. Elle se contenta de lever un sourcil approbateur sans s'étendre sur le sujet. Si elle faisait ce métier, c'était par plaisir et pour le défi, non pour se retrouver confrontée sans cesse aux mêmes problèmes, ce qui n'arrivait heureusement pas habituellement. Chaque malédiction avait ses propres subtilités, même si chaque personne avait sa signature. Aussi n'espérait-elle pas que quelqu'un s'amuse à plagier ce mage noir et qu'ils repartent sur le même cas. Car c'était sûr qu'ils feraient appel à eux si d'aventure ce cas de figure se présentait. Et même si une nouvelle association avec Alderic ne lui déplairait pas, apprenant toujours énormément de l'homme, plus vieux et donc plus cultivé qu'elle, il n'en restait pas moins qu'elle se passerait de cette corvée et n'avait pas besoin de cela pour échanger avec lui. Elle serait sans doute passée le voir d'elle-même dans la semaine, sachant qu'il faisait son inventaire, pour observer les reliques improbables qui risquaient de faire surface ou pour proposer son aide. Le Ministère n'avait fait qu'accélérer les choses (ou doubler le nombre de ses visites hebdomadaires, elle verrait selon l'humeur). Ohw... je ne me rappelais pas de cette clause dans le contrat mais ça me plait bien. Je m'en doutais, glissa-t-elle avec un léger sourire mystérieux. Elle montra le sac qu'elle tenait : J'avais pris le soin de négocier le seul prix pouvant nous intéresser. Lui comme elle ne courait pas après l'argent, mais la connaissance.

Je vais fermer, nous serons plus tranquille pour regarder ce que tu me ramènes... Effectivement, dit-elle en tournant son regard vers la pancarte au moment où elle bougea. Il ne valait mieux pas qu'ils soient interrompus. Les malédictions avaient certes été brisées, mais ils n'en restaient pas moins de puissants artefacts magiques qu'il ne fallait pas mettre entre toutes les mains ou exposer à tous les yeux. Elle remercia le majordome d'un hochement de tête, se disant qu'elle aimerait parfois que tous les humains ressemblent à ce demi-mort. Elle finit par poser son sac à terre et sortit sa baguette, lançant un informulé pour lui rendre une taille proportionnelle aux objets qu'il y avait à l'intérieur. Elle finit par briser le suspens : Toutes les reliques utilisées et saisies au domicile de la Fée Carabosse sont à nous. Elle caressa les formes sous le tissu du sac un instant avant de revenir à Alderic. Je te laisse faire ton choix. Après tout, tu as répondu présent sans hésiter quand je t'ai demandé de l'aide. Et cette mission aurait sans doute été beaucoup moins intéressante sans lui à ses côtés. Sa manière à elle de le remercier. Elle se saisit d'une tasse et le laissa ouvrir ou au moins formuler sa première requête, l'observant tranquillement.

_________________


There is a light ...
Revenir en haut Aller en bas
Alderic Warlock



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Ven 17 Aoû - 11:16

Alderic savait parfaitement bien ce que contenait le grand sac d'Aisling. Comment aurait-il pu oublier les trésors de la Fée Carabosse. Trésors dangereux mais ô combien inestimables à leurs yeux d'experts. Évidemment, les objets qu'il choisirait ne seraient jamais mis en vente mais les habitués du Crawldelia Rock ne seraient pas surpris. Des objets merveilleux qui n'étaient pas à vendre, il y en avait à ne plus savoir qu'en faire chez Alderic Warlock, à commencer par Walter, le majordome, qui tapait dans l'oeil de toutes les grandes familles de sang pur.

La flûte d'Hamelin... si tu n'y tiens pas je l'ajouterai bien à ma collection., annonça-t-il en levant à hauteur de leur regard une flûte traversière finement travaillée.

Si monsieur permet, j'ai fait mes classes en flûte traversière. Je pourrais vous jouer un morceau de la flûte enchantée...
Hélas mon cher Walter, je crains que nous ne devions nous en passer. Qu'en dites vous Mrs Flynn?

La perspective de voir Aisling lui danser une valse au milieu de son bureau ne lui aurait pas déplu mais il y avait fort à parier qu'elle l'aurait transformé en Pinocchio après ça. Inutile de dire que ça ne disait trop rien à Alderic.

Qu'est-ce que tu vas faire de la balle du Roi Grenouille?

Objet d'apparence inoffensif, sauf quand on considérait les dizaines d'héritières ruinées qu'il avait laissé derrière lui. Si dans le compte la princesse perdait sa balle dans un lac pour gagner une grenouille qu'elle devait ensuite épouser. Les malheureuses qui avaient ramassé cette balle avaient seulement gagné un escroc grimé en prince qui les avait ruiné de ses caprices en leurs miroiter le grand amour avec un noble qui les couvrirait d'or dès leurs épousailles...

_________________


« Les sanglots des martyrs et des suppliciés sont une symphonie enivrante sans doute, puisque, malgré le sang que leur volupté coûte, les cieux ne s’en sont point encore rassasiés ! » Baudelaire, Les Fleurs du Mal.
Mes RP sont ouverts à tous, première réponse réservée mais n'hésitez pas à poster à la suite, ou à venir faire un tour dans mon carnet ou à m'attendre au Crawldelia Rock.
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Flynn
BRISEUSE DE MALEDICTIONS.



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Ven 17 Aoû - 15:15

Heureusement qu'Alderic avait fermé, songea silencieusement Aisling en sirotant sa tasse de thé, la répartition des biens risquait de prendre un temps appréciable. La cape du Petit Chaperon Rouge, qu'elle affectionnait tout particulièrement, mise à part, elle n'avait aucune idée de quel objet aurait sa préférence ou celle de son associé. Les artefacts étaient si nombreux et différents, et tous si intéressants qu'il allait être difficile de formuler des choix, à part pour quelques articles. D'ailleurs, il ouvrit le bal avec un instrument qu'elle reconnut sans peine La flûte d'Hamelin... si tu n'y tiens pas je l'ajouterai bien à ma collection. Elle détailla l'objet quelques instants, appréciant les moindres détails sculptés avant de répondre : Je t'en prie, finit-elle par dire. Non pas qu'elle ait hésité, il s'agissait plutôt d'un « au revoir » symbolique à cette relique qui les avait bien fait courir. Comme le dernier regard à un ennemi avant son exécution, teinté de respect, si vous préfériez. Si monsieur permet, j'ai fait mes classes en flûte traversière. Je pourrais vous jouer un morceau de la flûte enchantée... Hélas mon cher Walter, je crains que nous ne devions nous en passer. Qu'en dites vous Mrs Flynn? J'en dis qu'effectivement, nous devrons malheureusement nous passer de récital. Cependant, je serais ravie de vous entendre jouer à l'occasion. Etant donné que son ancien propriétaire s'en servait pour faire danser ses sublimes épouses jusqu'à ce qu'elles meurent de fatigue, elle passait son tour. Il y avait de plus intéressantes perspectives pour l'heure. Qu'est-ce que tu vas faire de la balle du Roi Grenouille? C'était une excellente question. Elle sortit la sphère en question, soigneusement enfermée dans une boîte en verre qui laissait apparaître sa surface dorée. Cela pourrait aider à servir de leçon à nombre d'impertinentes péronnelles, mais je n'ai guère vocation à me faire professeur ...

A lui, à elle, cela devenait effectivement compliqué : Je ne sais que dire. Le Chaperon Rouge m'intrigue et je l'étudierais bien, si tu n'y vois pas d'inconvénient. Quant au reste ... Elle considéra un moment le nombre de trésors inestimables qui restait dans son sac, ouvert à leurs pieds, de la lampe d'Ali Baba au rouet de la Belle au Bois Dormant, ils en avaient pour des heures à soupeser chacun, à se rappeler les histoires liées aux artefacts et à la manière dont ils avaient déjoué les plans de la Fée Carabosse à leur sujet. Cette idée n'avait rien de profondément dérangeant, mais il était vrai qu'ils n'avaient simplement pas réfléchi ni l'un ni l'autre … Et si nous sortions un brin ? Pour célébrer leur victoire, chose qu'ils n'avaient jamais faite. Et pour cause, ce n'était guère la tasse de thé de la demoiselle, aller se mêler à la foule plus que de raison. Cependant, elle accepta. Avec Alderic à ses côtés, le monde semblait toujours moins laid à regarder et la présence des autres, plus supportable. Ils laissèrent donc ce « problème » qui n'en était pas réellement un de côté, pour aller boire un verre. Qui fut une autre tassé de thé, pour commencer, attablés au Chaudron Baveur. Essayant de faire abstraction du monde extérieur, la jeune femme se concentrait sur leur discussion, qui coulait au rythme des minutes qui passaient. Tellement que le soleil commençait à décliner quand elle prit conscience de l'heure pour la première fois. Peu impressionnés et décidés à prolonger la soirée, les deux complices enchaînèrent donc avec un repas, qu'ils accompagnèrent de rafraîchissements un peu plus fort que la demoiselle ne refusa pas. La population nocturne était bien plus bruyante, désagréable à regarder et nauséabonde qu'en journée, aussi l'alcool était-il le bienvenu. Il n'était guère dans ses habitudes de se saouler pour oublier sa condition, mais sa potion était loin et elle n'avait pas envie de fausser compagnie au charmant antiquaire. La soirée était délicieuse, sa présence également, et elle se laissait simplement porter, arrêtant de calculer et de réfléchir quelques instants ...

_________________


There is a light ...
Revenir en haut Aller en bas
Alderic Warlock



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Sam 18 Aoû - 7:18

Remettre à plus tard ce n'était pas trop dans les habitudes d'Alderic, mais cette fois-ci l'indécision l'emportait. Chacun avait eu son coup de coeur parmi les merveilles qu'avait rapporté Aisling, mais pour un coup de coeur combien d'hésitations? Aller boire un verre puis dîner avait été la plus appropriée des formes de procrastination auxquelles ils auraient pu céder. En ressortant du restaurant, ni lui ni elle ne marchait bien droit, et, même si ça n'était pas ce qu'ils avaient prévu au départ, de son côté Alderic passait une excellente soirée.

La dernière fois qu'il avait dépassé le verre de trop c'était avec Harper en Irlande. Ça remontait donc à un baille. La porte du Crawldelia Rock s'ouvrit et la lumière s'éclaira en apparence comme par magie. Quelques secondes Walter, en bonnet et chemise de nuit apparaissait pour souhaiter une bonne soirée et disparaître à nouveau. Alderic s'effaça pour laisser entrer son amie, avec peut-être un petit peu moins de maîtrise qu'il n'en aurait eu d'ordinaire.

Bien. Où en étions nous?, annonça-t-il plein d'entrain une fois de retour dans son bureau. Son regard s'arrêta un instant sur une magnifique pantoufle de verre, perplexe, Enlève ta chaussure. S'il faut ce qui est à toi et à moi. Ça règlerait tous nos problèmes ça., fit-il amusé.

La pantoufle de verre de Cendrillon était de loin l'un des objets les plus inoffensifs de la Fée Carabosse qui ne cherchait pas à trouver sa moitié mais plutôt à escroquer des jeunes femmes en détresse amoureuse. Aisling et Alderic avaient retrouvé cette pantoufle dans le repaire du malfrat à la fin de l'enquête. Elle n'avait probablement pas servi dans cette histoire-là.

Dans la main d'Alderic, l'objet était d'une grâce infini et en même temps d'une simplicité déconcertante. Lui, prince charmant brindezingue, un genou à terre, semblait rajeuni de quelques années... ou peut-être était-ce le feu qui crépitait dans la cheminée et jetait dans la pièce une lumière dorée et vacillante...

Il sourit, amusé. Quelle probabilité qu'un homme qui ne voulait pas entendre parler du mariage puisse trouver le pied de cette chaussure?

_________________


« Les sanglots des martyrs et des suppliciés sont une symphonie enivrante sans doute, puisque, malgré le sang que leur volupté coûte, les cieux ne s’en sont point encore rassasiés ! » Baudelaire, Les Fleurs du Mal.
Mes RP sont ouverts à tous, première réponse réservée mais n'hésitez pas à poster à la suite, ou à venir faire un tour dans mon carnet ou à m'attendre au Crawldelia Rock.
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Flynn
BRISEUSE DE MALEDICTIONS.



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Sam 18 Aoû - 13:49

Ils étaient retournés au point de départ, ou pas exactement. Aisling ne s'était jamais laissée aller à boire autant, à cause de l'effet que ça lui faisait, surtout après qu'on lui ait « malencontreusement » versé un filtre d'amour dans son verre, lors d'une soirée à Poudlard. Mais cette fois-là, c'était différent. Elle sourit à Alderic, de façon large, chose absolument inédite chez elle, avant d'entrer, incliner gracieusement la tête pour saluer Walter avant de retrouver le chemin du fauteuil. Elle contempla le sac à leurs pieds et croisa les jambes. Elle se sentait … bien, de façon étrange. Bien. Où en étions nous? A un nombre fini de dilemmes infinis, répondit-elle, sans se départir malgré tout de sa répartie immuable, quoique teintée de l'alcool qu'elle avait ingurgité. Ce qui était effectivement à leurs pieds. Un nombre infini de possibles qui s'offraient à eux, et parmi lequel son compagnon fit un choix surprenant. Enlève ta chaussure. S'il faut ce qui est à toi est à moi. Ça règlerait tous nos problèmes ça. Il exhiba la pantoufle de verre de Cendrillon, qu'ils n'avaient pu voir en action. Les lèvres de la jeune femme esquissèrent une moue surprise mais non choquée. Je ne parierais pas là-dessus. Quelle probabilité y avait-il qu'elle lui aille ? Strictement aucune. Le romantisme n'avait jamais été le fort de la demoiselle. Son avenir serait solitaire, elle le savait depuis des années, alors l'idée qu'Alderic puisse lui passer la bague au doigt, ou plutôt la pantoufle au pied lui semblait improbable.

Et pourtant. Était-ce la soirée qu'ils avaient passé, le nombre de verres trop avancé ? Celui-ci était en réalité responsable de la vision de lui qu'elle avait. Si les visions d'êtres humains viciés devenaient insoutenable, les traits déjà harmonieux de l'homme devenaient sublissimes. L'équilibre des ombres et de la lumière diffusée par la cheminée se mêlait parfaitement à la propre aura d'Alderic qui ressortait d'autant plus en cet instant. Et à le voir là, agenouillé, devant elle … elle secoua la tête d'un air amusé, ayant une pensée pour My et ses contes de fées et fit glisser sa propre chaussure de son pied avant de le présenter à son « prince » improvisé. Qui ne le serait sans doute pas, mieux valait que la mascarade prenne fin assez rapidement, le côté pragmatique et insensible de la briseuse de malédictions essayant de se raccrocher aux branches. Messire, je vous en prie ...

_________________


There is a light ...
Revenir en haut Aller en bas
Alderic Warlock



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Sam 18 Aoû - 22:07

Je ne parierais pas là-dessus.
Moi non plus. Justement., répondit-il avec un fin sourire de chat.

Il offrir sa main pour recevoir le pied délicat de son amie avant de le chausser de la précieuse pantoufle.


Messire, je vous en prie ...

Il eut un signe de tête fort distingué, et lui essaya le chausson de verre qui, contre tout attente, s'ajusta à la perfection. Les pupilles d'Alderic se dilatèrent sous la surprise. Il lâcha brusquement la jambe d'Aisling qu'il avait tenue auparavant avec tant de délicatesse, comme s'il s'y était brûlé.

On ne plaisantait pas avec ce genre d'artefacts, et d'ailleurs, s'ils avaient été sobres, ni lui ni elle ne se serait risqué à ce genre de petit jeu dangereux. Mais le mal était fait. En un instant, sa propre vie n'avait plus aucun sens. Pourquoi tant de souffrance, tant d'épreuves, si c'était pour s'offrir le bonheur à la pointe d'un soulier de verre? A quoi bon?

Un non récalcitrant s'effaça sur ses lèvres. Il ferma les yeux un instant pour chasser cette image d'un bonheur qu'il avait honte de se voir seulement suggéré, ailleurs qu'avec elle, Mary... Déboussolé, fou de douleur? De colère? D'elle? Il ne savait pas. L'alcool faisait son fin ouvrage dans les cheminements de ses pensées, bientôt l'image sacrée de la fiancée dans sa blanche robe se déroba pour laisser seulement place à la beauté farouche qui se tenait devant lui, tout aussi perplexe. Était-ce la lueur des flammes léchant l'ambre de sa peau qui la lui rendait soudain si désirable? Était-ce ni plus ni moins que la magie de cet artefact si soigneusement travaillé, qui se prétendait transparent, innocent... le seul bijou qu'elle portât sur elle à cet instant qui puisse avoir un sens pour lui?

Il se releva lentement, gardant une distance respectable sans vraiment savoir pourquoi. Pour qui? Après tout ce temps pour qui...

Il ne rompit pas le silence. Il prit simplement une décision pour lui, pour une fois. Et s'il la prenait l'esprit confus qu'importait... lorsque son bras passa autour de la taille menue d'Aisling, ça n'eut plus aucune importance. Rien n'en avait sinon le divin de ces lèvres que les siennes capturaient à l'instant. D'abord doucement, comme on approche un oiseau rare, puis, en étreignant d'une main plus ferme la chute de ses reins pour la garder contre lui, avec une fougue renaissance, tout juste extirpée de la tombe vide de Mary Joan Higgins. Et si dehors le ciel rinçait Londres de ses pluies torrentielles, à l'intérieur, il n'y avait que la chaleur du feu et qu'importe les bruits de l'extérieur, ils mourraient étouffés dans ce baiser.

_________________


« Les sanglots des martyrs et des suppliciés sont une symphonie enivrante sans doute, puisque, malgré le sang que leur volupté coûte, les cieux ne s’en sont point encore rassasiés ! » Baudelaire, Les Fleurs du Mal.
Mes RP sont ouverts à tous, première réponse réservée mais n'hésitez pas à poster à la suite, ou à venir faire un tour dans mon carnet ou à m'attendre au Crawldelia Rock.
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Flynn
BRISEUSE DE MALEDICTIONS.



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Lun 20 Aoû - 1:41

Moi non plus. Justement. Sinon, jamais ils n'auraient pris le risque d'effectuer un tel geste. Sans cela, s'ils avaient été dans leur état normal, jamais ils ne se seraient approchés aussi près et aussi intimement d'artefacts qui avaient été en la possession de la Fée Carabosse. Après tout, ils avaient été des mois après ce mage noir, n'était-il pas étonnant qu'il n'ait jamais rien tenté contre eux ? Ne restait-il pas un objet capable de les piéger, de tenter de les détruire comme ils l'avaient fait avec chaque maillon de la chaîne parfaite que constituaient les desseins de cet homme, aussi fou qu'ambitieux ? On ne jouait pas avec la magie, on ne jouait pas avec les contes de fées, surtout, Ash l'avait appris d'une nouvelle manière récemment avec sa nièce. Alors il aurait été illogique qu'elle acquiesce et tende son pied de la sorte, rendant son sourire à l'ami qui la chaussait. Peut-être avaient-ils pensé qu'ils en riraient ensuite et que cela renforcerait leur lien, excluant toute ambiguïté à tout jamais, même s'il n'en avait jamais eu jusqu'alors ? Oui, jusqu'alors. Car, contrairement à toute attente … la pantoufle lui alla comme un gant.

Médusée, la jeune femme fixa l'écrin de verre qui enserrait son pied comme s'il avait été fait sur mesure. Son examen tourna court alors qu'Alderic la lâchait, comme brûlé, et fermait les yeux. Comment l'en blâmer ? Elle-même était incapable d'émettre le moindre son, considérant l'objet du délit avec la dernière des stupéfactions. S'il était bien une chose qu'Ash avait toujours su n'être surtout pas faite pour elle, c'était bien l'amour, et, au-delà de cela, l'union avec un autre être. Elle avait depuis longtemps décidé et accepté que son chemin se ferait en solitaire, peu désireuse de supporter balafres, brûlures qui risquaient à tout instant d'apparaître sur le visage aimé, même si elle trouvait chaussure à son pied (ce qui était diablement dans le ton). Cela semblait donc parfaitement irréel. Cette pantoufle ne pouvait lui aller, malgré la preuve sous ses yeux, yeux qu'elle releva vers le « prince » qui la lui avait enfilée. Il n'avait rien du mièvre gentilhomme qu'elle avait fait apparaître dans son bureau d'un baiser, loin de là. Lui était vrai, et unique. Un joyau qu'elle se plaisait à côtoyer et qu'elle avait besoin de voir, au moins une fois la semaine, pour ne pas sombrer, dans ce monde monstrueux. Il lui rappelait que certaines personnes pouvaient être somptueuses en tout point. Et, yeux clos, en proie lui aussi sans aucun doute au même choc qu'elle, il était tout simplement divin. Non. Cet ange ne pouvait lui être destiné, elle et son monde imparfait, et son reflet se distordant un peu plus jour après jours …

Mais quand il bougea, qu'il s'approcha, rien ne lui sembla plus naturel que cet état de fait. Quand elle sentit son bras autour d'elle, quand son visage s'approcha du sien … quand leurs lèvres s'épousèrent. Était-ce une question, ce frémissement qui passa de lui à elle, ou d'elle à lui ? La réponse ne tarda pas. La jeune femme se releva alors que son étreinte se faisait plus forte, venant se lover contre lui, redemandant que son souffle se mêle au sien afin de le lui faire perdre. Étourdie, elle en oublia même l'instabilité due à ses deux chaussures différentes. Tout avait disparu sauf lui, sauf eux. Les sensations qui l'enveloppaient étaient capiteuses, tendaient leurs mains vers elle alors qu'elle posait l'une dans le bas du dos de l'homme, et l'autre contre son corps. Une volupté sans précédent qui lui rappela … elle manqua de paniquer, une fraction de seconde. Mais une caresse de sa langue et ses paupières entrouvertes lui rappelèrent contre qui elle se trouvait. Et qu'elle pouvait s'abandonner sans craindre de mauvaises surprises. Réellement ? Il était de toutes les manières bien trop tard. Emportée par une vague qu'elle pensait pourtant avoir endiguée pour le restant de ses jours, elle se faisait plus audacieuse, se jouant du tissu. L'irréparable serait bientôt commis. Une pression de sa paume, un mouvement pour l'entraîner à l'étage ou au sol et l'on arrêterait plus rien. Comme si on le pouvait encore ...

_________________


There is a light ...
Revenir en haut Aller en bas
Alderic Warlock



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Jeu 23 Aoû - 18:55

Entre Aisling et Alderic l'alchimie s'était toujours faite naturellement, il n'y avait donc aucune raison pour que ce ne soit pas le cas là. Quand elle lui rendit son baiser, Alderic la serra plus tendrement, sa main remontant jusqu'à sa nuque et déjà ils s'oubliaient sur les lèvres l'un de l'autre. Ils ne s'arrêteraient plus maintenant. Alderic la souleva pour la guider vers les escaliers, bien trop gentleman pour l'allonger sur le tapis devant la cheminée.

De mémoire, Aisling n'était jamais montée. Personne n'était jamais monté d'ailleurs. Alderic n'était peut-être pas complètement abstinent mais pour les quelques écarts qu'il s'était permis en quinze ans, il avait toujours été réglo. Pas question de ramener la fille chez lui, ni de lui faire croire une seule seconde que ça allait être plus qu'une soirée très agréable. Il prenait soin de ne jamais se diriger vers une fille qui aurait pu attendre plus.
Mais ce soir il n'était guère en capacité de penser à ce genre de choses. Il poussa la porte de sa chambre sans quitter une seconde ses lèvres. S'il avait pu la consumer entièrement il l'aurait fait. Son parfum l’enivrait et comme il glissait son visage contre sa gorge, doucement ils accostèrent contre le lit. Il attira la jolie métisse contre lui, pour qu'elle suive le mouvement tandis qu'il s'allongeait, les main sur les hanches d'Aisling.

Il ne l'avait jamais regardée de cette manière, avec cette lueur dans le regard, comme si elle avait été la seule femme du monde. Et elle l'était à l'instant.

Sa bouche refaisait la descente de la gorge de la jeune femme. Sa main trouvait le chemin vers une épaule à dénuder. Le chemin pour se glisser juste à la naissance de son ventre. A la chute de ses reins. A l'aube d'une danse suave où leur peau se brûleraient l'une contre l'autre sans jamais se lasser qu'à l'épuisement mutuel.

_________________


« Les sanglots des martyrs et des suppliciés sont une symphonie enivrante sans doute, puisque, malgré le sang que leur volupté coûte, les cieux ne s’en sont point encore rassasiés ! » Baudelaire, Les Fleurs du Mal.
Mes RP sont ouverts à tous, première réponse réservée mais n'hésitez pas à poster à la suite, ou à venir faire un tour dans mon carnet ou à m'attendre au Crawldelia Rock.
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Flynn
BRISEUSE DE MALEDICTIONS.



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Mer 29 Aoû - 17:39

Quand il s'empara d'elle, elle perdit sa pantoufle qui rebondit sur le tapis, avant de s'arrêter devant la cheminée. Les reflets dansants des flammes semblaient rire de bon coeur, comme si l'ancien propriétaire de la relique savourait le spectacle et les conséquences que celui-ci aurait sur la relation que les deux personnages principaux de cette scène. Eux étaient trop occupés pour s'en soucier pour l'instant. Les mains nouées derrière la nuque d'Alderic, Ash se laissait étourdir par des sensations inconnues, qu'on n'avait fait que lui décrire, comme si elles lui étaient à jamais interdites. Qu'elles viennent de lui n'avaient rien d'étonnant, au final, simplement dans l'ordre des choses. Ils s'étaient entendus dès les premiers instants, et ses traits étaient superbes à ses yeux, témoignant de la beauté de son coeur et de son âme. D'une culture plus qu'étendue, il était un compagnon des plus agréables … Comment ne pas comprendre que si elle devait ressentir une quelconque félicité au contact d'un homme, ce serait au sien ? L'affaire étant entendue, il n'y avait plus qu'à savourer.

Reprenant pied en haut, elle se laissa guider, ayant déjà commencé à supprimer l'un des obstacles se mettant entre eux, semant quelques boutons sur leur chemin, qui la guideraient vers la sortie le lendemain matin. Quand il lâcha ses lèvres, elle pensa reprendre son souffle mais le perdit aussitôt de nouveau, basculant avec lui, savourant ses baisers qui se promenaient dans sa gorge. Ses doigts s'étaient perdus sous l'étoffe qui venait de céder, dans les replis des muscles de son torse qu'elle esquissait à l'aveugle. Leurs regards se croisèrent, embrasant encore plus son être, juste quelques instants qui suffirent à la perdre de nouveau. Pourtant débutante en la matière, il lui semblait que les gestes coulaient de source, effaçant peu à peu les limites physiques qui les entravaient, les empêchant de savourer totalement cet instant de folie pure. Plus il se rapprochait, plus son coeur s'accélérait et plus cette frustration qui la retournait grandissait. Tendresse, douceur, volupté, mais également passion, chaleur, sensualité. Un mélange qui la laissait frissonnante entre ses bras, reprenant finalement ses lèvres dans un mouvement fluide en se laissant glisser à ses côtés, ses mains dévalant son dos pour se poser en bas de celui-ci, imprimant une légère poussée. Demandant plus.

_________________


There is a light ...
Revenir en haut Aller en bas
Alderic Warlock



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Sam 8 Sep - 19:18

La nuit ne s'arrêta pas si tôt qu'ils avaient pu le prévoir avant de s'embarquer dans cette expérience aussi délicieuse et vénéneuse. Tandis qu'ils menaient ensemble la plus douce et la plus fougueuse des danses, le temps s'égrainait leur ravissant ces précieux instants et quand ils s'endormirent lovés l'un contre l'autre, le feu se blottit au creux d'une bûche et la lumière ne se fit plus qu'une caresse feutrée, intime.

Alderic, contrairement à ses habitudes, ne se réveilla que tard le lendemain matin. Un rayon de soleil filtrant à travers les volets fin le tirer d'un doux rêve, si doux que lorsqu'il ouvrit les yeux pendant un bref instant, il ne réalisa pas que le rêve avait un peu plus de consistance que ceux dont il avait l'habitude.
Quand il réalisa qu'Aisling Flynn était là, blottie contre lui complètement nue, il eut un sursaut brusque qui la tira du sommeil. La mine livide, il ne dit d'abord rien puis, sautant du lit directement dans son jean.

- ... Ash..., commença-t-il.

Mais que dire sur la scène de leur propre crime? Pour Alderic, l'addition était salée en culpabilité. Aisling était son amie et surtout sa cadette de dix ans. Il avait toujours eu beaucoup de respect pour elle, et tenue une attitude protectrice, bien loin de celle qu'il se souvenait avoir eu la nuit précédente.

D'autre part, il n'avait jamais laissé aucune femme depuis Mary froisser ses draps. Jamais. Parce que c'était l'unique privilège de sa chère Mary. Celle qu'il avait aimée si fort. La seule. Et pour la première fois de sa vie, Alderic avait la sensation de l'avoir trahie.

- Ecoutes, je... je m'excuse pour tout ça. Ce n'est vraiment pas mon genre.

_________________


« Les sanglots des martyrs et des suppliciés sont une symphonie enivrante sans doute, puisque, malgré le sang que leur volupté coûte, les cieux ne s’en sont point encore rassasiés ! » Baudelaire, Les Fleurs du Mal.
Mes RP sont ouverts à tous, première réponse réservée mais n'hésitez pas à poster à la suite, ou à venir faire un tour dans mon carnet ou à m'attendre au Crawldelia Rock.
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Flynn
BRISEUSE DE MALEDICTIONS.



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic Dim 9 Sep - 12:48

Cette nuit serait inoubliable, pour la jeune femme, malgré toute l'ardeur qu'elle mettrait à nier ces instants passionnés. Expérience unique, n'ayant jamais connu ce qu'était ce désir à l'état pur, elle ne pourrait effectivement pas la gommer de sa mémoire, ce qui aurait pourtant été préférable. Pas de black-out au réveil, dû à ce trop plein d'alcool qui avait pourtant précipité les choses. Ça aurait été trop simple. Beaucoup trop simple, comme l'enchaînement des événements qui l'avait menée jusque là, dans le plus simple appareil, blottie au creux des bras d'Alderic, l'ombre d'un sourire aux lèvres dans son sommeil. Ce fut le sursaut de l'homme qui la tira de ceux de Morphée. Surprise de sentir quelqu'un contre elle, elle jeta un regard par-dessus son épaule et … ne dit rien. Même si un frisson venait de la prendre. Qu'avaient-ils fait ? Mais les images de la veille, plutôt claires dans son esprit, lui épargnèrent de se torturer trop longuement, tout comme leurs tenues. Elle détourna le regard alors qu'il se rhabillait, ses yeux effleurant sa robe sur le sol, de l'autre côté du lit. ... Ash... Alderic, répondit-elle mécaniquement. Elle ne savait pas si elle avait honte, si elle avait peur, si elle avait mal. Elle ne savait pas si elle regrettait. Elle savait juste qu'elle avait une folle envie d'aller se cacher. Elle tendit la main pour attraper son vêtement et se glissa dedans. Elle prit pied par terre, lui tournant le dos.

Ecoute, je... je m'excuse pour tout ça. Ce n'est vraiment pas mon genre. Ce n'est pas le mien non plus, dit-elle sobrement. Elle venait de remettre la main sur un de ses sous-vêtements, qu'elle enfila rapidement, et renonça à l'autre. Il fallait qu'elle se retourne pour lui faire face, mais en réalité, elle ne savait pas quoi dire. Elle ne savait pas ce qu'elle devait dire ou faire. Elle voulait juste retrouver l'obscurité de son cabinet et se maudire, au sens propre ou figuré, au choix, pour ce moment d'inattention. À quoi tout cela rimait ? Elle avait embarrassé un ami dont elle avait besoin, au quotidien, pour ne pas flancher. Elle ferma les yeux un moment, avant de se retourner vers lui, impassible comme à son habitude. Ou un peu plus que d'habitude, n'arrivant pas à retrouver le sourire qu'elle lui réservait pourtant d'ordinaire. Je suis désolée. Elle aurait dû se retenir. Ne pas s'emballer à la lueur des flammes, simplement parce que lui n'était pas monstrueux. J'ai beaucoup de rendez-vous aujourd'hui. Il faut que j'y aille. Et elle se détourna, descendant les escaliers un peu trop rapidement, à l'instar de la princesse à laquelle elle avait dérobé son soulier cette nuit. Soulier à côté duquel elle passa sans lui jeter un regard, abandonné devant la cheminée. Tout comme le sac, débordant d'artefacts, qu'elle laissa derrière elle sans une pensée.

_________________


There is a light ...
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ever Ever After - Ft. Alderic

Revenir en haut Aller en bas

Ever Ever After - Ft. Alderic

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: L'univers de King's Cross. :: Vox Populi. :: (saison1) RPs.-