Partagez|

Il n'y a qu'un pas entre le passé et le présent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Yuki N. Harada
GUERISSEUSE.



MessageSujet: Il n'y a qu'un pas entre le passé et le présent. Ven 24 Aoû - 13:55

La nuit venait de tomber sur la ville de Londres, lorsqu'une jeune femme s'engouffra dans l'air frais de l'été anglais. Habillée d'un jean et d'un fin pull noir ainsi que de baskets de la même couleur, il était impossible de dissocier son visage. En effet, l'inconnue avait prit le soin de mettre sa cape et de rabattre le capuchon. Que faisait une jeune femme seule, en pleine nuit ? Sûrement pas quelque chose de catholique. Les rues n'étaient plus sûres depuis le début du mois, avec la guerre entre d'un côté les Aurors et la BIM, et de l'autre la Veuve Noire, organisation criminelle réputée comme étant très dangereuse. Alors qu'elle s'engouffrait dans une impasse, la silhouette continua d'esquisser quelques pas avant de disparaître, tout simplement. Pré-au-Lard ; c'est à cet endroit qu'elle avait décidé de se rendre. N'allant pas aux Trois Balais, qu'elle trouvait beaucoup trop bruyants et fréquentés, la jeune femme opta plutôt pour un bar plus miteux mais où l'on pouvait avoir l'espace et l'intimité que l'on souhaitait. Entrant dans celui-ci, elle s'installa au bar et retira son capuchon. Elle avait de longs cheveux bruns et bouclés, une peau blanche comme la neige et des yeux gris comme l'acier. Yuki Harada était de sortie, ce soir. Elle avait laissé sa vie convenable avec un métier valorisant et un enfant magnifique, pour reprendre le costume qu'elle avait lorsqu'elle était encore étudiante à Poudlard. Affichant un léger sourire sur son visage, elle n'était pas sûre de ce qu'elle était en train de faire, mais c'était tout elle ; elle fonçait la tête baissée sans forcément penser aux conséquences qui viendraient par la suite. Elle passa une main dans ses cheveux, et commanda un cognac au serveur qui lui servit rapidement, vu le peu de monde qu'il y avait ce soir là.

Yuki Harada, voilà neuf ans qu'on ne l'avait pas vu fricoter avec le côté noire de la magie. Appelée Nora dans ce monde là, elle avait prit son second prénom comme nom d'emprunt suite à la rencontre d'une connaissance de son père qui l'avait délibérément appeler ainsi. Si Hikaru Harada n'avait jamais prit la peine de rencontrer sa fille où de lui adresser une touche d'attention, il avait parlé d'elle. Après tout, il était celle qu'il craignait. Les raisons restaient encore mystérieuses même si Yuki commençait à avoir, en sa possession, certaines pièces du puzzle, pour les comprendre. Portant le verre à ses lèvres, l'ancienne serdaigle n'était pas là pour la simple envie de prendre un verre ; elle avait rendez-vous avec quelqu'un. Si elle n'aimait pas agir en équipe et qu'elle partait du principe que l'on était jamais mieux servit que par soi-même, elle était, également, consciente qu'après une absence aussi longue, elle devrait bénéficier d'appui dans ce cercle fermé pour s'affirmer de nouveau. Elle avait des questions et elle comptait bien obtenir des réponses. Soudain, la clochette de la porte d'entrée se fit entendre et son regard d'une teinte iceberg se fixa sur la silhouette qui venait de prénétrer dans la pièce. Descendant du tabouret, elle lui adressa un signe de la main, et parti s'installer à la table la plus éloignée. Lorsque son invité l'eu rejoint, elle sortit sa baguette et formula le sort qui les isola complètement ce qui leur permettrait de parler en toute tranquilité. Elle ne comptait pas se faire déranger par une présence indésirable. « Merci d'être venu. Je suis Nora. » Joignant ses mains devant elle sur la table, elle reprit son verre et le vida d'une traite. Elle n'était pas là pour se faire des amis et n'avait pas l'intention de s'attarder sur les présentations et sur les formules de politesse. Soufflant un instant, elle rejeta ses cheveux en arrière avant de reprendre. « Je ne sais pas si tu es la personne que je recherche, mais j'ai eu des échos de certaines personnes me faisant penser que cela pour être le cas. »

Levant la main à l'encontre du serveur, elle se commanda un autre verre, ainsi qu'un autre pour son invité. Attendant qu'ils arrivent, elle ne reprit pas la parole en attendant, laissant un silence s'installer entre les deux protagonistes. Lorsqu'ils furent servit, elle reprit. « Très bien. Dernièrement, j'ai appris certaines choses sur ma famille. Hikaru Harada, cela vous dit quelque chose ? » Le père des trois sœurs Harada avait été l'un des plus grands mangemorts à l'époque du seigneur des ténèbres. Toutefois, ceux qui le connaissait un peu plus intimement pouvait connaître les circonstances sur sa mort, ainsi que sa descendance. Yuki était celle qui avait été la plus discrète. Même si elle avait trempé dans le monde de la magie noire, elle n'avait toujours été qu'une opportuniste et n'avait jamais partagé les idées mégalomanes de son géniteur. Si elle revenait à présent, c'était simplement par fidélité envers ses deux grandes sœurs qui avaient été plus entraînées qu'elle dans cette sphère diabolique, que ce soit par obligation, par influence, ou par un idéal précis. Le silence s'était de nouveau installé, et la belle anglo-japonaise ne comptait plus reprendre la parole pour le moment, à présent, elle attendait des réponses pour savoir si elle allait approfondir cette conversation ou mettre fin à l'entrevue nocturne dont elle avait été l'organisatrice.

_________________


❝la vie n'est qu'un long rêve dont la mort nous réveille❞
Ce que vous appelez le bonheur n'est qu'un tumulte de sens, un orage de passions dont le spectacle est effrayant, même à le regarder du rivage.
Revenir en haut Aller en bas
Alderic Warlock



MessageSujet: Re: Il n'y a qu'un pas entre le passé et le présent. Sam 25 Aoû - 11:51

Depuis que le Ministère avait mis le marché aux trolls sens dessus dessous, Alderic se trouvait sans cesse sollicité par toutes sortes de gens louches. Jusque là, il n'avait jamais eu de mal à écarter les commandes qui lui semblaient trop douteuses. Cette fois-ci on souhaitait le rencontrer à Pré-au-Lard. Qu'à cela ne tienne il s'y rendrait bien que le Crawldelia Rock lui paraissait l'endroit le plus discret et le plus sûr pour faire affaire.

Il transplana un peu avant l'heure du rendez-vous pour se retrouver dans le bar le plus miteux et le plus impopulaire du village. Un choix délibéré il n'en doutait pas. Comme sa cliente lui faisait signe, il approcha, la saluant courtoisement mais sans trop de cérémonie. Alderic était un homme qui aimait avant tout la simplicité. Regarder les autres jouer au sorcier mystère ne l'intéressait guère quand bien même cela semblait devenir une mode ces derniers temps.

« Merci d'être venu. Je suis Nora. »
« Alderic Warlock. »
« Je ne sais pas si tu es la personne que je recherche, mais j'ai eu des échos de certaines personnes me faisant penser que cela pour être le cas. »
« Nous le serons bien assez tôt. Toutefois je tiens à vous avertir que je ne traite pas à n'importe quel prix, ni avec n'importe qui. »

Elle commanda pour eux deux et reprit.

« Très bien. Dernièrement, j'ai appris certaines choses sur ma famille. Hikaru Harada, cela vous dit quelque chose ? »

Daignant son verre sans en avoir l'air, le chasseur de relique acquiesça. Le nom d'Harada était au moins aussi connu que celui de Malefoy, Greyback ou encore McSwann. On ne demandait généralement pas à rencontrer les Harada, on cherchait plutôt le moyen d'éviter leur compagnie.

« C'est une question rhétorique? », demanda-t-il un brin sardonique.

_________________


« Les sanglots des martyrs et des suppliciés sont une symphonie enivrante sans doute, puisque, malgré le sang que leur volupté coûte, les cieux ne s’en sont point encore rassasiés ! » Baudelaire, Les Fleurs du Mal.
Mes RP sont ouverts à tous, première réponse réservée mais n'hésitez pas à poster à la suite, ou à venir faire un tour dans mon carnet ou à m'attendre au Crawldelia Rock.
Revenir en haut Aller en bas
Yuki N. Harada
GUERISSEUSE.



MessageSujet: Re: Il n'y a qu'un pas entre le passé et le présent. Lun 27 Aoû - 12:00

« Nous le serons bien assez tôt. Toutefois je tiens à vous avertir que je ne traite pas à n'importe quel prix, ni avec n'importe qui. »
« Parfait, parce que je ne suis pas n'importe qui. »

Elle n'ajouta pas un mot de plus, et ses yeux gris quittèrent le visage du jeune homme pour aller se perdre dans le fond de son verre. La discussion pouvait prendre plus d'ampleur et surtout, les deux protagonistes pouvaient entrer dans le vif du sujet, maintenant que les présentations avaient été faite, comme minimum vital de bonne éducation et de savoir vivre. La question de la famille harada fut vite posée sur le tapis par Yuki, après tout c'était le but essentiel de ce rendez-vous nocturne pour l'ancienne serdaigle alors autant y aller directement, elle n'était pas connue pour tourner autour du pot lorsqu'elle avait quelque chose en tête.

« C'est une question rhétorique? » Le sourire de l'homme qui lui faisait face fut sans équivoque pour la belle Harada. Il connaissait sa famille, mais fallait-il encore préciser s'il la connaissait de réputation ou bien beaucoup plus personnellement. Avalant une gorgée d'alcool qui vint lui réchauffer son œsophage, elle reprit calmement. « Que pouvez-vous me dire sur cette famille ? J'ai besoin d'informations. » Elle ne prit pas la peine de préciser qu'elle en faisait partie. Elle n'était pas là pour tenter de se vanter ou d'impressionner. Ce qu'elle désirait c'était apprendre les secrets d'Hikaru. Si la cadette des sœurs Harada était la plus grande des menteuses de la fratrie et qu'elle avait un don pour garder des secrets à tout le monde, elle se doutait qu'elle avait du hérité de ce trait de caractère de quelqu'un. Or, elle doutait que ce soit sa tendre mère qui lui avait donné un tel vice.

Reportant son regard d'un gris d'acier sur Aldéric, elle savait que si il lui donnait les informations qu'elle voulait, elle serait sûrement contrainte de lui dire ce qu'elle savait pour pouvoir avancer dans la mission qu'elle s'était fixée. Fermant doucement ses yeux, elle préférait ne pas y penser, se confier avait toujours été quelque chose que l'ancienne bleue et argent avait détesté trouvant en cela une marque de faiblesse énorme. Passant une main dans ses cheveux, elle reporta son attention sur celui qui lui faisait face. Elle avait entendu parler de lui, mais finalement ne savait pas grand chose sur son compte. Mais n'était-ce pas le propre de cette partie de la magie ? Ne jamais rien dévoiler sur soi pour ne pas se compromettre. Les sorciers n'étaient pas là pour se faire des amis mais pour assouvir des pulsions, accomplir des idéaux, ou alors comme Yuki, pour trouver des réponses. Silencieuse, elle attendait ce qu'Aldéric pouvait bien lui dire sur sa propre famille, et elle ne doutait pas qu'il y avait encore énormément de choses dont elle n'était pas au courant.

_________________


❝la vie n'est qu'un long rêve dont la mort nous réveille❞
Ce que vous appelez le bonheur n'est qu'un tumulte de sens, un orage de passions dont le spectacle est effrayant, même à le regarder du rivage.
Revenir en haut Aller en bas
Alderic Warlock



MessageSujet: Re: Il n'y a qu'un pas entre le passé et le présent. Dim 16 Sep - 17:30

« Que pouvez-vous me dire sur cette famille ? J'ai besoin d'informations. »

Alderic prit le temps de la réflexion. Il ne faisait pas exception pour ce qui était de fréquenter ou non des sorciers du type de Harada. Moins il en savait, mieux il se portait. Mais il savait malgré tout certaines choses.

« Je sais ce que tout le monde sait et un peu plus quoi que bien malgré moi. », son doigt refaisait patiemment le tour de sa tasse, courant sur le bord du contenant de céramique avec un bruit mat, «Hikaru Harada n'était pas le plus aimé des hommes. Beaucoup de ceux qui le redoutaient vous dirons que l'homme était rongé par la peur de voir sa fille cadette lui planter un couteau dans le dos. Une bien sombre prophétie pour un homme de pouvoir. », il porta son verre à ses lèvres, estimant finalement qu'il n'y avait plus aucun danger à le faire. La tension dans la conversation retomba soudainement comme il reprenait la parole, « Une prophétie vieille comme le monde n'est-ce pas? »

Combien de puissants avaient cru pouvoir se débarrasser du fils qui devait les mener à leur perte et ainsi se précipiter d'eux même vers leur propre tragédie? Plus qu'on ne croyait. C'était le genre d'histoire que l'on taisait dans les vieilles familles jusqu'à ce qu'un jour, on fasse appel à quelqu'un comme lui ou Aisling Flynn pour en démêler tous les noeuds.

Les yeux d'Alderic se posèrent à nouveau sur celle qui s'était présentée sous le nom de Nora.

« Et vous, quelle est votre place dans tout ça... Nora? »

Il avait avant tout besoin d'en savoir plus sur elle, du moins si elle envisageait de lui faire accepter le contrat maintenant qu'elle lui avait parlé des Harada. Il ne travaillait pas pour l'argent, ni pour la gloire, il travaillait pour l'amour des énigmes, des histoires perdues. Mais il ne s'engagerait pas sur des paroles vides. Il ne passerait qu'un accord de confiance. Ca ne voulait pas dire qu'il voulait tout savoir d'elle. Seulement le nécessaire...

_________________


« Les sanglots des martyrs et des suppliciés sont une symphonie enivrante sans doute, puisque, malgré le sang que leur volupté coûte, les cieux ne s’en sont point encore rassasiés ! » Baudelaire, Les Fleurs du Mal.
Mes RP sont ouverts à tous, première réponse réservée mais n'hésitez pas à poster à la suite, ou à venir faire un tour dans mon carnet ou à m'attendre au Crawldelia Rock.
Revenir en haut Aller en bas
Yuki N. Harada
GUERISSEUSE.



MessageSujet: Re: Il n'y a qu'un pas entre le passé et le présent. Mar 18 Sep - 18:45

« Je sais ce que tout le monde sait et un peu plus quoi que bien malgré moi. » La remarque n'étonna guère la dernière des filles d'Hikaru Harada. Après tout, en arrivant dans le monde de la magie, à onze ans, elle avait dû apprendre à vivre avec le fait que sa famille était connue, funestement connue, et cela ne s'était pas arrangée au fil des années avec les activités de ses sœurs aînées. « Hikaru Harada n'était pas le plus aimé des hommes. Beaucoup de ceux qui le redoutaient vous dirons que l'homme était rongé par la peur de voir sa fille cadette lui planter un couteau dans le dos. Une bien sombre prophétie pour un homme de pouvoir. » Ainsi les suspicions de Yuki venait de se confirmer. Il y avait bien eu une prophétie qui avait annoncé à Hikaru qu'elle serait celle qui apporterait problème au nom Harada. Cependant, comme elle s'en doutait, personne ne savait que c'était parce qu'elle avait enfanté et là était son rôle dans toute cette sombre affaire. « Une prophétie vieille comme le monde n'est-ce pas? » L'anglo-japonaise laissa un fin sourire apparaître sur son visage. C'était par sa soif de pouvoir, sa mise à l'écart d'une fille pour se concentrer sur les deux autres, sur la nature schizophrène de celle du milieu, qu'Hikaru Harada était allé à sa perte. C'était ironique et triste mais pour l'ancienne serdaigle c'était tout simplement bien fait, rien de plus, rien de moins. Elle n'avait jamais eu de compassion pour cet homme qui l'avait abandonné et qui avait laissé sa tendre mère seule avec trois gamines. Si Keiko l'appelait « papa » pour elle, il n'était rien d'autre que le spermatozoïde indispensable à sa création et s'il n'y avait pas eu ses sœurs, il était sûr qu'elle aurait changé de nom de famille depuis. Reportant ses yeux gris sur Alderic qui lui faisait face, elle but une gorgée de la liqueur qui lui chauffait l'oesophage, avant de reprendre dans un murmure teinté de malice. « A vouloir modifier ce qu'est notre destin, on finit par le faire s'accomplir plus vite. N'est-il pas mort en présence de la fille du milieu ? Après tout, on ne peut pas fuir ce que le sort nous réserve et ceux qui pense pouvoir contourner cela, sont de sombres idiots. »

Le destin, c'était quelque chose en quoi Yuki croyait très fort. Si elle n'avait aucune conviction religieuse, elle était persuadée que l'on arrivait sur Terre avec un but, une mission, un rôle à remplir. C'était ainsi, chaque personne était un petit caillou, une petite pierre nécessaire à la construction de ce que le monde était. Le rôle de Yuki avait été d'être là pour ses sœurs et d'être rejetée par son père pour comprendre le mystère familial qui planait chez les Harada. Son rôle avait été de mettre au monde un enfant qui saurait alors régler tous les problèmes de cette famille pathétique. Malgré tout, si elle acceptait la charge de son rôle, il était hors de question d'en attribuer un aussi dangereux à son bébé. Songeuse, elle était restée silencieuse, ne faisant plus vraiment attention à Alderic qui était pourtant toujours là. « Et vous, quelle est votre place dans tout ça... Nora? » La place, le rôle, c'était la même chose. Sa place était celle de l'entre deux. N'étant pas partisanne de la magie blanche et de toute la mièvrerie qui allait avec, elle n'avait pas trouvé satisfaction magique en son sein, et d'un autre côté, les idéaux de la magie noire étaient, pour elle, primitifs, dégradant pour l'esprit humain. Seuls des trolls pourraient adhérer à ça, et ainsi admettre qu'ils avaient le cerveau d'un homme des cavernes. Aucun des deux camps ne lui permettait l'épanouissement, et c'était par « obligations » et tradition familiale qu'elle avait fait pencher la balance en faveur de la magie noire, au détriment de son histoire d'amour. Le cœur brisé, mais le cerveau aiguisé, Yuki avait fait le choix de plonger corps et âme dans cette histoire, il y a de cela trois ans, pour découvrir les mystères des Harada et pouvoir protéger son fils, du mieux qu'elle le pouvait. Dans sa descente aux enfers, elle avait avec elle Karly, sa meilleure amie, ainsi que Kaprice, une très bonne amies, toutes deux étant très proche de James et voulant le protéger coûte que coûte. Passant une main dans ses cheveux, elle reprit d'un ton détaché, se laissant tomber contre le dossier de son siège. « La famille Harada m'est assez familière sans que j'en connaisse réellement tous les aspects. » Elle ne mentait pas, c'était la pure vérité. Seulement, le point fort de Yuki était de déformer ses propos pour contourner la question posée sans créer de véritables mensonges. « Ce qui m'intéresse réellement c'est de savoir pourquoi un homme aussi puissant qui a passé beaucoup de temps à asservir ses filles, n'a jamais voulu de la troisième alors qu'il aurait pu la soumettre facilement durant son enfance avec un peu de chantage. Quel était réellement ce risque. Est-il toujours d'actualité ? » Il était à présent temps de rentrer dans le vif du sujet. James était-il en danger ? C'était la seule question qui préoccupait Yuki ; la sûreté de son enfant.

_________________


❝la vie n'est qu'un long rêve dont la mort nous réveille❞
Ce que vous appelez le bonheur n'est qu'un tumulte de sens, un orage de passions dont le spectacle est effrayant, même à le regarder du rivage.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il n'y a qu'un pas entre le passé et le présent.

Revenir en haut Aller en bas

Il n'y a qu'un pas entre le passé et le présent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
King's Cross :: Les lowlands écossaises. :: Le village de Pré-au-Lard.-